Dimanche, ce sera le jour du Tour des Flandres. Une course qui reste une immense fête populaire au nord du pays.

JACQUES SYS:"C'est une course qui, au fil des ans, est devenue une véritable pièce de théâtre flamande : un peloton qui cogne sur des pavés rugueux, le long de routes sinueuses et sur des pentes parfois vertigineuses. C'est fascinant de suivre la course, de voir des centaines de milliers de personnes massées le long de la route, sur ces bergs et de se rendre compte qu'il n'existe pas vraiment de classes sociales ce jour-là. Tous ces villages où passe le Ronde font la fête. Le Tour des Flandres était autrefois raconté en poèmes rédigés par son illustre fondateur, Karel Van Wijnendaele. Vous remarquez qu'aujourd'hui encore, les gens emploient des mots forts et des envolées lyriques pour parler de cette course. Il s'agit d'une compétition au statut quasi inattaquable, d'un feuilleton familial, d'une lutte contre le vent et le temps. Il s'agit avant tout d'une légende immortelle qui suscite des émotions et à laquelle est attaché beaucoup d'héroïsme."

La course s'élancera à nouveau d'Anvers, avant de revenir à Bruges l'année prochaine. Le Tour des Flandres se plie souvent devant les considérations commerciales, comme ce fut le cas avec son changement de parcours en 2012.

SYS:"C'est la différence avec Paris-Roubaix où le parcours reste pratiquement inchangé, année après année. L'Enfer du Nord est d'abord tranquille jusqu'à Troisvilles où arrivent les premiers secteurs pavés et le début du calvaire. Et il y a toujours la même finale à travers l'"impitoyable" nord de la France, ses champs et ses rafales de vent. Sans oublier la traversée légendaire de la forêt de Wallers. Mais l'organisateur ne touchera jamais à de tels mythes."

Wout van Aert est le grand favori du Tour des Flandres.

SYS:"Ce serait bien sûr fantastique s'il pouvait gagner la course avec le maillot tricolore, mais la saison a déjà exigé beaucoup de lui. Je vois plutôt Mathieu van der Poel remporter le Tour des Flandres. Le fait qu'il ait terminé troisième à Milan-San Remo après une si longue période d'inactivité m'a vraiment surpris. Ce serait génial d'assister à un nouveau duel entre Van Aert et Van der Poel. Il ne reste plus qu'à savoir quel rôle jouera Tadej Pogacar. Il ne sera pas facile pour lui de s'adapter directement aux pavés, malgré sa classe indiscutable et indéniable. Je m'attends surtout à ce que le Tour des Flandres mette encore plus le cyclisme sur la carte grâce à la génération actuelle. Ce sont des coureurs qui veulent toujours gagner mais qui osent aussi parfois perdre. Ils sont vraiment une bénédiction pour le cyclisme."

JACQUES SYS:"C'est une course qui, au fil des ans, est devenue une véritable pièce de théâtre flamande : un peloton qui cogne sur des pavés rugueux, le long de routes sinueuses et sur des pentes parfois vertigineuses. C'est fascinant de suivre la course, de voir des centaines de milliers de personnes massées le long de la route, sur ces bergs et de se rendre compte qu'il n'existe pas vraiment de classes sociales ce jour-là. Tous ces villages où passe le Ronde font la fête. Le Tour des Flandres était autrefois raconté en poèmes rédigés par son illustre fondateur, Karel Van Wijnendaele. Vous remarquez qu'aujourd'hui encore, les gens emploient des mots forts et des envolées lyriques pour parler de cette course. Il s'agit d'une compétition au statut quasi inattaquable, d'un feuilleton familial, d'une lutte contre le vent et le temps. Il s'agit avant tout d'une légende immortelle qui suscite des émotions et à laquelle est attaché beaucoup d'héroïsme."SYS:"C'est la différence avec Paris-Roubaix où le parcours reste pratiquement inchangé, année après année. L'Enfer du Nord est d'abord tranquille jusqu'à Troisvilles où arrivent les premiers secteurs pavés et le début du calvaire. Et il y a toujours la même finale à travers l'"impitoyable" nord de la France, ses champs et ses rafales de vent. Sans oublier la traversée légendaire de la forêt de Wallers. Mais l'organisateur ne touchera jamais à de tels mythes."Wout van Aert est le grand favori du Tour des Flandres.SYS:"Ce serait bien sûr fantastique s'il pouvait gagner la course avec le maillot tricolore, mais la saison a déjà exigé beaucoup de lui. Je vois plutôt Mathieu van der Poel remporter le Tour des Flandres. Le fait qu'il ait terminé troisième à Milan-San Remo après une si longue période d'inactivité m'a vraiment surpris. Ce serait génial d'assister à un nouveau duel entre Van Aert et Van der Poel. Il ne reste plus qu'à savoir quel rôle jouera Tadej Pogacar. Il ne sera pas facile pour lui de s'adapter directement aux pavés, malgré sa classe indiscutable et indéniable. Je m'attends surtout à ce que le Tour des Flandres mette encore plus le cyclisme sur la carte grâce à la génération actuelle. Ce sont des coureurs qui veulent toujours gagner mais qui osent aussi parfois perdre. Ils sont vraiment une bénédiction pour le cyclisme."