Beaucoup plus courte que celle de jeudi, la 19e étape entre Saint-Jean-de-Maurienne et Tignes va-t-elle permettre aux grimpeurs de faire vaciller Julian Alaphilippe de son trône, ou au contraire le Français va-t-il continuer à épater tous les observateurs et préserver encore sa tunique jaune qu'il porte en digne N.1 mondial sans discontinuer depuis la 8e étape à Saint-Etienne ? Il compte toujours 1:30 d'avance sur le Colombien Egan Bernal, 1:35 sur le Gallois Geraint Thomas, 1:47 sur le Néerlandais Steven Kruijswijk et 1:50 sur le Français Thibaut Pinot.

Si la distance de 126,5 km à parcourir a de quoi rassurer les allergiques aux dénivelés positifs, l'arrivée à Tignes à 2.113 mètres au sommet d'un col de 1e catégorie (7,4 km à 7%), précédé quelque 35 km plus tôt par celui hors catégorie (12,9 km à 7,5 %) de l'Iseran situé à 2.770 m a de quoi réfréner cet optimisme. En outre, au passage au sommet de l'Iseran - le toit de ce 106e Tour de France - 8, 5 et 2 secondes de bonifications seront attribuées. Trois montées moins difficiles devraient animer la première moitié de course : la Côte de Saint-André (3e cat.) longue de 3,1 km à 6,8% au 25e kilomètre, la Montée d'Aussois (2e cat.) 6,5 km à 6,2% survient au km 38 et le sommet du Col de la Madeleine (3e cat.) 3,9 km à 5,6% est situé au km 63,5. Alaphilippe n'aura plus de descente pour revenir dans le final. Reste à savoir quels coureurs parmi la demi-douzaine de ses poursuivants qui peuvent en rêver de terminer en jaune à Paris prendront leurs responsabilités.

"Je sais que je vais être attaqué", a reconnu le maillot jaune. "Je sais que les étapes de vendredi et samedi seront peut-être encore plus difficiles que la première étape alpine. Je vais faire de mon mieux pour garder le maillot jaune, c'est tout ce que je peux faire." Tim Wellens a perdu le maillot du meilleur grimpeur au profit de Romain Bardet jeudi. Le Français possède 86 points, Wellens 74. Vendredi, il y a 59 points à gagner. "Je n'abandonne pas encore", a déclaré le Limbourgeois jeudi, "mais je réalise qu'il sera très difficile de reprendre ce maillot", tant il est vrai que le leader d'AG2R peut sauver son Tour en ramenant le maillot à pois sur les Champs-Elysées.

Tignes ne reçoit le Tour que pour la deuxième fois de son histoire, 12 ans après la victoire de Michael Rasmussen, qui s'était emparé du maillot jaune mais avait dû quitter le Tour quelques jours plus tard en raison de problèmes de localisation. Il devait ensuite être suspendu pour dopage. Le Danois travaille aujourd'hui en tant que journaliste sur le Tour et regardera sans doute l'étape avec un certain regard. La météo pourrait aussi jouer son rôle aujourd'hui. Jeudi, un orage a éclaté après l'arrivée. Le risque d'orage est un peu plus élevé vendredi mais les dernières tendances indiquent une météo clémente.

Beaucoup plus courte que celle de jeudi, la 19e étape entre Saint-Jean-de-Maurienne et Tignes va-t-elle permettre aux grimpeurs de faire vaciller Julian Alaphilippe de son trône, ou au contraire le Français va-t-il continuer à épater tous les observateurs et préserver encore sa tunique jaune qu'il porte en digne N.1 mondial sans discontinuer depuis la 8e étape à Saint-Etienne ? Il compte toujours 1:30 d'avance sur le Colombien Egan Bernal, 1:35 sur le Gallois Geraint Thomas, 1:47 sur le Néerlandais Steven Kruijswijk et 1:50 sur le Français Thibaut Pinot.Si la distance de 126,5 km à parcourir a de quoi rassurer les allergiques aux dénivelés positifs, l'arrivée à Tignes à 2.113 mètres au sommet d'un col de 1e catégorie (7,4 km à 7%), précédé quelque 35 km plus tôt par celui hors catégorie (12,9 km à 7,5 %) de l'Iseran situé à 2.770 m a de quoi réfréner cet optimisme. En outre, au passage au sommet de l'Iseran - le toit de ce 106e Tour de France - 8, 5 et 2 secondes de bonifications seront attribuées. Trois montées moins difficiles devraient animer la première moitié de course : la Côte de Saint-André (3e cat.) longue de 3,1 km à 6,8% au 25e kilomètre, la Montée d'Aussois (2e cat.) 6,5 km à 6,2% survient au km 38 et le sommet du Col de la Madeleine (3e cat.) 3,9 km à 5,6% est situé au km 63,5. Alaphilippe n'aura plus de descente pour revenir dans le final. Reste à savoir quels coureurs parmi la demi-douzaine de ses poursuivants qui peuvent en rêver de terminer en jaune à Paris prendront leurs responsabilités. "Je sais que je vais être attaqué", a reconnu le maillot jaune. "Je sais que les étapes de vendredi et samedi seront peut-être encore plus difficiles que la première étape alpine. Je vais faire de mon mieux pour garder le maillot jaune, c'est tout ce que je peux faire." Tim Wellens a perdu le maillot du meilleur grimpeur au profit de Romain Bardet jeudi. Le Français possède 86 points, Wellens 74. Vendredi, il y a 59 points à gagner. "Je n'abandonne pas encore", a déclaré le Limbourgeois jeudi, "mais je réalise qu'il sera très difficile de reprendre ce maillot", tant il est vrai que le leader d'AG2R peut sauver son Tour en ramenant le maillot à pois sur les Champs-Elysées. Tignes ne reçoit le Tour que pour la deuxième fois de son histoire, 12 ans après la victoire de Michael Rasmussen, qui s'était emparé du maillot jaune mais avait dû quitter le Tour quelques jours plus tard en raison de problèmes de localisation. Il devait ensuite être suspendu pour dopage. Le Danois travaille aujourd'hui en tant que journaliste sur le Tour et regardera sans doute l'étape avec un certain regard. La météo pourrait aussi jouer son rôle aujourd'hui. Jeudi, un orage a éclaté après l'arrivée. Le risque d'orage est un peu plus élevé vendredi mais les dernières tendances indiquent une météo clémente.