Le Polonais Michal Kwiatkowski (INEOS-Grenadiers) a remporté la 56e édition de l'Amstel Gold Race (WorldTour) de très peu à l'issue d'un sprint avec son compagnon d'échappée le Français Benoît Cosnefroy (AG2R-Citroën). Les deux hommes se sont isolés successivement d'un groupe de onze coureurs dans le dernier tour du circuit local. Après 254,1 km et un total de 33 ascensions de "bergs", Kwiatkowski, qui a dû attendre plusieurs minutes avant d'être déclaré vainqueur, a signé son deuxième sacre dans cette course après celui acquis en 2015. Pour Cosnefroy, déclaré "vainqueur officieux" dans un premier temps, la déception est grande.

La troisième place est revenue à Tiesj Benoot (Jumbo-Visma), qui avait provoqué la première sélection définitive dans le Keutenberg, en faussant compagnie au groupe de poursuivants. Le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), grandissime favori, a dû se contenter de la 4e place.

Le Polonais Michal Kwiatkowski (INEOS-Grenadiers) a remporté la 56e édition de l'Amstel Gold Race (WorldTour) de très peu à l'issue d'un sprint avec son compagnon d'échappée le Français Benoît Cosnefroy (AG2R-Citroën). Les deux hommes se sont isolés successivement d'un groupe de onze coureurs dans le dernier tour du circuit local. Après 254,1 km et un total de 33 ascensions de "bergs", Kwiatkowski, qui a dû attendre plusieurs minutes avant d'être déclaré vainqueur, a signé son deuxième sacre dans cette course après celui acquis en 2015. Pour Cosnefroy, déclaré "vainqueur officieux" dans un premier temps, la déception est grande. La troisième place est revenue à Tiesj Benoot (Jumbo-Visma), qui avait provoqué la première sélection définitive dans le Keutenberg, en faussant compagnie au groupe de poursuivants. Le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin-Fenix), grandissime favori, a dû se contenter de la 4e place.