57 secondes, c'est le temps qui séparait Tadej Pogacar et Primoz Roglic au matin du 19 septembre, date de l'avant-dernière étape de ce Tour de France 2020 si particulier. Au menu, un contre-la-montre de 36 kilomètres entre Lure et la Planche des Belles Filles. Sur papier, un parcours convenant à merveille à Roglic, l'aîné des deux Slovènes qui se disputent la victoire finale.

Alors que la plupart des observateurs s'attendaient à un statu quo, voire à une consolidation de son avance par Roglic, c'est le jeune Pogacar (22 ans deux jours plus tard) qui écrase tout sur son passage ce jour-là ! Le leader de l'équipe UAE-Team Emirates parvient à mettre 49 secondes dans la vue d'un spécialiste comme Wout van Aert rien que sur la partie plate du parcours. Et que dire de son ascension ? Pogacar, équipé d'un vélo ultra-léger (il ne comporte ni capteur de puissance ni compteur de vitesse pour gagner un maximum de poids), enfonce le clou et boucle chaque kilomètre de montée 13,5 secondes plus vite que son aîné.

Au final, Roglic termine ce chrono avec peine et 1'56'' de retard sur le grand vainqueur du jour. Si l'on pouvait s'attendre à mieux de la part du leader du Team Jumbo-Visma, surtout au vu de sa domination dans les semaines précédentes, Roglic n'a pas vraiment perdu le Tour en ce samedi de septembre, c'est Pogacar, 1'21 plus rapide que Tom Dumoulin deuxième, qui l'a gagné.

Vainqueur de la course la plus prestigieuse du monde avant ses 22 ans, Pogacar illustre à merveille le renouveau que connaît le peloton. Une tendance déjà amorcée par Egan Bernal (23 ans) ou Remco Evenepoel (20 ans) et confirmée plus tard par les succès de Marc Hirschi (22 ans) à la Flèche Wallonne ou de Tao Geoghegan Hart (25 ans) au Giro, sans même parler des performances de Wout van Aert (26 ans) et Mathieu van der Poel (25 ans). Les années à venir s'annoncent passionnantes.

57 secondes, c'est le temps qui séparait Tadej Pogacar et Primoz Roglic au matin du 19 septembre, date de l'avant-dernière étape de ce Tour de France 2020 si particulier. Au menu, un contre-la-montre de 36 kilomètres entre Lure et la Planche des Belles Filles. Sur papier, un parcours convenant à merveille à Roglic, l'aîné des deux Slovènes qui se disputent la victoire finale.Alors que la plupart des observateurs s'attendaient à un statu quo, voire à une consolidation de son avance par Roglic, c'est le jeune Pogacar (22 ans deux jours plus tard) qui écrase tout sur son passage ce jour-là ! Le leader de l'équipe UAE-Team Emirates parvient à mettre 49 secondes dans la vue d'un spécialiste comme Wout van Aert rien que sur la partie plate du parcours. Et que dire de son ascension ? Pogacar, équipé d'un vélo ultra-léger (il ne comporte ni capteur de puissance ni compteur de vitesse pour gagner un maximum de poids), enfonce le clou et boucle chaque kilomètre de montée 13,5 secondes plus vite que son aîné.Au final, Roglic termine ce chrono avec peine et 1'56'' de retard sur le grand vainqueur du jour. Si l'on pouvait s'attendre à mieux de la part du leader du Team Jumbo-Visma, surtout au vu de sa domination dans les semaines précédentes, Roglic n'a pas vraiment perdu le Tour en ce samedi de septembre, c'est Pogacar, 1'21 plus rapide que Tom Dumoulin deuxième, qui l'a gagné.Vainqueur de la course la plus prestigieuse du monde avant ses 22 ans, Pogacar illustre à merveille le renouveau que connaît le peloton. Une tendance déjà amorcée par Egan Bernal (23 ans) ou Remco Evenepoel (20 ans) et confirmée plus tard par les succès de Marc Hirschi (22 ans) à la Flèche Wallonne ou de Tao Geoghegan Hart (25 ans) au Giro, sans même parler des performances de Wout van Aert (26 ans) et Mathieu van der Poel (25 ans). Les années à venir s'annoncent passionnantes.