Dans la catégorie des favoris, le vainqueur sortant, le Colombien Egan Bernal, est apparu vulnérable dans Peyresourde, le dernier col du jour. Mais le Slovène Primoz Roglic, le plus à l'aise avec le Colombien Nairo Quintana, n'a pas insisté.

Au classement général, Adam Yates, à la peine dans le dernier col, a maintenu sa position. Il a lâché une quarantaine de secondes au Slovène Tadej Pogacar et quelques secondes au Français Romain Bardet, parti dans le final.

Pour le cyclisme français, le bilan est ambivalent. Il peut se féliciter du succès de Peters (AG2R La Mondiale), qui a signé la deuxième victoire française après celle de Julian Alaphilippe dimanche dernier à Nice, mais déplorer le lourd échec de Pinot, sa meilleure chance au départ pour le classement final.

A l'arrivée, sous les yeux du Premier ministre Jean Castex, Peters a précédé de 47 secondes le Letton Toms Skujins et l'Espagnol Carlos Verona.

Le Français (26 ans), déjà vainqueur l'an passé dans une étape de montagne du Giro mais néophyte dans le Tour, a attaqué à 9 kilomètres du sommet du port de Balès, le premier col classé hors catégorie de ce Tour, et a distancé ensuite le Russe Ilnur Zakarin dans la descente.

Zakarin, lui aussi membre de l'échappée de 13 coureurs lancée dès les premiers kilomètres, s'est rapproché à une dizaine de secondes dans Peyresourde avant de baisser pavillon.

Dans le groupe des favoris, le Slovène Tadej Pogacar a attaqué à trois reprises dans la dernière ascension et a obtenu le feu vert de Roglic, qui s'est contenté de neutraliser le démarrage de Quintana près du sommet de Peyresourde.

Pinot, pour sa part, a été distancé très tôt, à 45 kilomètres de l'arrivée. Souffrant du dos depuis sa chute du premier jour à Nice, le Français, entouré par ses équipiers de Groupama-FDJ, a sombré au point de basculer à plus de sept minutes de ses rivaux au sommet de Balès.

Le champion d'Europe, l'Italien Giacomo Nizzolo, a abandonné en cours d'étape, tout comme son compatriote Diego Rosa, après une chute dans la descente de Balès, et les Français William Bonnet et Lilian Calmejane, selon des informations données sur la course.

Dimanche, à la veille de la première journée de repos, la 9e étape traverse le Béarn entre Pau et Laruns avec principalement deux cols de première catégorie, Hourcère et Marie-Blanque, sur les 153 kilomètres du parcours.

Dans la catégorie des favoris, le vainqueur sortant, le Colombien Egan Bernal, est apparu vulnérable dans Peyresourde, le dernier col du jour. Mais le Slovène Primoz Roglic, le plus à l'aise avec le Colombien Nairo Quintana, n'a pas insisté.Au classement général, Adam Yates, à la peine dans le dernier col, a maintenu sa position. Il a lâché une quarantaine de secondes au Slovène Tadej Pogacar et quelques secondes au Français Romain Bardet, parti dans le final.Pour le cyclisme français, le bilan est ambivalent. Il peut se féliciter du succès de Peters (AG2R La Mondiale), qui a signé la deuxième victoire française après celle de Julian Alaphilippe dimanche dernier à Nice, mais déplorer le lourd échec de Pinot, sa meilleure chance au départ pour le classement final.A l'arrivée, sous les yeux du Premier ministre Jean Castex, Peters a précédé de 47 secondes le Letton Toms Skujins et l'Espagnol Carlos Verona.Le Français (26 ans), déjà vainqueur l'an passé dans une étape de montagne du Giro mais néophyte dans le Tour, a attaqué à 9 kilomètres du sommet du port de Balès, le premier col classé hors catégorie de ce Tour, et a distancé ensuite le Russe Ilnur Zakarin dans la descente.Zakarin, lui aussi membre de l'échappée de 13 coureurs lancée dès les premiers kilomètres, s'est rapproché à une dizaine de secondes dans Peyresourde avant de baisser pavillon.Dans le groupe des favoris, le Slovène Tadej Pogacar a attaqué à trois reprises dans la dernière ascension et a obtenu le feu vert de Roglic, qui s'est contenté de neutraliser le démarrage de Quintana près du sommet de Peyresourde.Pinot, pour sa part, a été distancé très tôt, à 45 kilomètres de l'arrivée. Souffrant du dos depuis sa chute du premier jour à Nice, le Français, entouré par ses équipiers de Groupama-FDJ, a sombré au point de basculer à plus de sept minutes de ses rivaux au sommet de Balès.Le champion d'Europe, l'Italien Giacomo Nizzolo, a abandonné en cours d'étape, tout comme son compatriote Diego Rosa, après une chute dans la descente de Balès, et les Français William Bonnet et Lilian Calmejane, selon des informations données sur la course.Dimanche, à la veille de la première journée de repos, la 9e étape traverse le Béarn entre Pau et Laruns avec principalement deux cols de première catégorie, Hourcère et Marie-Blanque, sur les 153 kilomètres du parcours.