Contador s'est remis in extremis de ses bobos et participera, ce samedi, au contre-la-montre par équipes de Jerez de la Frontera, qui inaugure la Vuelta. Froome, lui, est rétabli depuis quelque temps de sa fracture du poignet. Après le Tour, il est parti en stage en Californie.

Le Britannique va croiser le fer pendant trois semaines avec les deux coureurs, Nairo Quintana et Joaquim Rodriguez, qui l'ont accompagné sur le podium du Tour 2013. Quintana veut devenir le premier coureur depuis Contador en 2008 à enlever le Giro et la Vuelta la même année. Une semaine après son succès dans la Botte, il reconnaissait déjà des étapes de la Vuelta. Le Colombien, qui s'est préparé dans les Andes, est donc motivé. D'après lui, Alejandro Valverde, quatrième du Tour, sera co-leader de Movistar mais Quintana ne tardera pas à exiger le leadership intégral. Le Tour de Burgos, qui se déroulait du 13 au 17 août, était l'ultime test.

Joaquim Rodriguez, qui a chuté au Giro et n'a gagné ni des étapes ni le maillot à pois du Tour, rêve d'enfin enlever un grand tour. Ajoutez-y Daniel Martin et Andrew Talansky, qui ont abandonné après une chute, respectivement au Giro et au Tour, Rigoberto Uran, Fabio Aru et Wilco Kelderman (deuxième, troisième et septième du Giro), les Français Thibaut Pinot (maillot blanc et troisième du Tour) et Warren Barguil (deux victoires d'étape à la dernière Vuelta), les vétérans BMC Cadel Evans et Samuel Sanchez, Robert Gesink, rétabli de son opération au coeur, Carlos Betancur, vainqueur de Paris-Nice, plus notre Jurgen Van den Broeck, et vous comprendrez que la lutte sera chaude et bien plus intense qu'au Tour, dominé par le seul Vincenzo Nibali, qui ne roule pas la Vuelta. Le vainqueur sortant, le vétéran américain Chris Horner (42 ans), retiré vendredi par son équipe Lampre en raison d'un taux de cortisol trop bas, sera par contre absent.

Cette Vuelta 2014 aura huit arrivées au sommet - quatre de moins que l'année dernière. Les dix dernières étapes, au Nord de l'Espagne, sont particulièrement ardues avec l'arrivée à Lagos de Covadonga (étape 15), à La Farrapona (16) et au raide Puerto de Ancares, l'avant-dernier jour. L'ultime étape ne se déroule pas à Madrid, pour la première fois depuis 1993, mais à Compostelle, avec un contre-la-montre de 9,7 kilomètres. Dans la dixième étape, les coureurs doivent aussi courir 36 kilomètres contre le chrono mais la Vuelta devrait se décider en montagne. Les bonifications attribuées à l'arrivée inciteront Froome et Cie à se battre pour chaque victoire d'étape.

Les amateurs de cyclisme ne s'ennuieront pas durant les étapes plates, grâce à la présence de Mark Cavendish, John Degenkolb, Nacer Bouhanni, Michael Matthews, Peter Sagan, Tom Boonen, Philippe Gilbert, Zdenek Stybar, Tony Martin et Fabian Cancellara.

PAR JONAS CRÉTEUR

Contador s'est remis in extremis de ses bobos et participera, ce samedi, au contre-la-montre par équipes de Jerez de la Frontera, qui inaugure la Vuelta. Froome, lui, est rétabli depuis quelque temps de sa fracture du poignet. Après le Tour, il est parti en stage en Californie. Le Britannique va croiser le fer pendant trois semaines avec les deux coureurs, Nairo Quintana et Joaquim Rodriguez, qui l'ont accompagné sur le podium du Tour 2013. Quintana veut devenir le premier coureur depuis Contador en 2008 à enlever le Giro et la Vuelta la même année. Une semaine après son succès dans la Botte, il reconnaissait déjà des étapes de la Vuelta. Le Colombien, qui s'est préparé dans les Andes, est donc motivé. D'après lui, Alejandro Valverde, quatrième du Tour, sera co-leader de Movistar mais Quintana ne tardera pas à exiger le leadership intégral. Le Tour de Burgos, qui se déroulait du 13 au 17 août, était l'ultime test. Joaquim Rodriguez, qui a chuté au Giro et n'a gagné ni des étapes ni le maillot à pois du Tour, rêve d'enfin enlever un grand tour. Ajoutez-y Daniel Martin et Andrew Talansky, qui ont abandonné après une chute, respectivement au Giro et au Tour, Rigoberto Uran, Fabio Aru et Wilco Kelderman (deuxième, troisième et septième du Giro), les Français Thibaut Pinot (maillot blanc et troisième du Tour) et Warren Barguil (deux victoires d'étape à la dernière Vuelta), les vétérans BMC Cadel Evans et Samuel Sanchez, Robert Gesink, rétabli de son opération au coeur, Carlos Betancur, vainqueur de Paris-Nice, plus notre Jurgen Van den Broeck, et vous comprendrez que la lutte sera chaude et bien plus intense qu'au Tour, dominé par le seul Vincenzo Nibali, qui ne roule pas la Vuelta. Le vainqueur sortant, le vétéran américain Chris Horner (42 ans), retiré vendredi par son équipe Lampre en raison d'un taux de cortisol trop bas, sera par contre absent. Cette Vuelta 2014 aura huit arrivées au sommet - quatre de moins que l'année dernière. Les dix dernières étapes, au Nord de l'Espagne, sont particulièrement ardues avec l'arrivée à Lagos de Covadonga (étape 15), à La Farrapona (16) et au raide Puerto de Ancares, l'avant-dernier jour. L'ultime étape ne se déroule pas à Madrid, pour la première fois depuis 1993, mais à Compostelle, avec un contre-la-montre de 9,7 kilomètres. Dans la dixième étape, les coureurs doivent aussi courir 36 kilomètres contre le chrono mais la Vuelta devrait se décider en montagne. Les bonifications attribuées à l'arrivée inciteront Froome et Cie à se battre pour chaque victoire d'étape. Les amateurs de cyclisme ne s'ennuieront pas durant les étapes plates, grâce à la présence de Mark Cavendish, John Degenkolb, Nacer Bouhanni, Michael Matthews, Peter Sagan, Tom Boonen, Philippe Gilbert, Zdenek Stybar, Tony Martin et Fabian Cancellara. PAR JONAS CRÉTEUR