Fin du mois de juin, Mathieu Van der Poel procurait des frissons aux amateurs de vélo en s'imposant au sommet de Mûr-de-Bretagne lors de la deuxième étape du Tour de France. Le petit fils de Raymond Poulidor se parait de jaune dès son deuxième jour sur la course de juillet, ce que son prestigieux grand-père n'avait jamais réussi à faire en 14 participations.

Après avoir quitté le Tour une semaine plus tard et abandonné son maillot jaune à Tadej Pogacar, le polyvalent néerlandais espérait briller à Tokyo, non pas sur route mais en VTT. Grand favori de l'épreuve, sa course s'arrêta dès le premier tour et une planche retirée sur le parcours, qui provoqua sa chute et l'empêcha de remporter une médaille d'or qui fut passée au cou d'un autre habitué du bitume, Tom Pidcock.

Depuis lors, Mathieu Van der Poel grimace ou du moins son dos. Cet épisode n'est d'ailleurs pas sans rappeler celui vécu par Thibaut Pinot lors du Tour 2020. Tombé lors de la première étape de la course, le Français avait abandonné quelques jours plus tard, se plaignant du dos sans réussir à trouver l'origine du bloquage. Après un Tour des Alpes complètement raté en avril dernier, le Franc-Comtois a pris le temps de soigner ses maux pour revenir seulement voici une semaine... près d'un an après sa chute initial.

EVITER UN SCENARIO A LA PINOT

Alpecin-Fenix doit certainement avoir ce scénario dans un coin de sa tête et le forfait longue durée de son fer de lance batave serait un réel coup dur tant l'équipe belge a été construite autour de ses indéniables qualités.

Adrie Van der Poel, le père du coureur néerlandais, a laissé planer un doute sur la suite de saison de son fils lors d'une interview accordée à Het Laatste Nieuws."Nous ne savons pas d'où vient ce problème de dos. Quand vous gagnez, les petites douleurs sont vites oubliées. Mais quand je vois qu'un Thibaut Pinot a dû tout arrêter pendant quatre mois pour soigner un dos douloureux, c'était la bonne décision d'interrompre le stage de Mathieu à Livigno.", estime-t-il.Et d'évoquer les objectifs que son fils s'était initialement fixés. "Je ne sais pas s'il va interrompre sa saison, cela sera discuté avec l'équipe. Jusqu'à présent, ils ont toujours pris les bonnes décisions. Mais d'après moi, cela n'a aucun sens d'aller au championnat du monde et à Paris-Roubaix si vous n'êtes pas à 100%.", poursuit celui qui fut aussi un coureur de renom à la fin des années 80, début des années 90.

Ce vendredi, Alpecin-Fenix a confirmé le forfait de VDP pour le Benelux Tour, qui commencera lundi et dont il était le tenant du titre. En ajoutant espérer le voir s'aligner sur les championnats du monde à Louvain et à Paris-Roubaix. : "Son entraînement et son calendrier seront ajustés en fonction de sa guérison. Mais pour le moment, il n'y a aucune raison de douter de sa participation au Mondial et à Paris-Roubaix.", a déclaré son employeur.

Ces incertitudes quant à la présence et au niveau de Mathieu Van der Poel pour ces courses qui seront disputées respectivement le 26 septembre et le 3 octobre prochain doivent certainement être suivies par le clan de Wout Van Aert. Nul doute que le champion de Belgique espérerait briller sur la course arc-en-ciel et dans l'Enfer du Nord en prenant le dessus sur son plus grand rival, mais son absence serait quand même une sacrée épine du pied en moins pour le natif d'Herentals.

Fin du mois de juin, Mathieu Van der Poel procurait des frissons aux amateurs de vélo en s'imposant au sommet de Mûr-de-Bretagne lors de la deuxième étape du Tour de France. Le petit fils de Raymond Poulidor se parait de jaune dès son deuxième jour sur la course de juillet, ce que son prestigieux grand-père n'avait jamais réussi à faire en 14 participations.Après avoir quitté le Tour une semaine plus tard et abandonné son maillot jaune à Tadej Pogacar, le polyvalent néerlandais espérait briller à Tokyo, non pas sur route mais en VTT. Grand favori de l'épreuve, sa course s'arrêta dès le premier tour et une planche retirée sur le parcours, qui provoqua sa chute et l'empêcha de remporter une médaille d'or qui fut passée au cou d'un autre habitué du bitume, Tom Pidcock.Depuis lors, Mathieu Van der Poel grimace ou du moins son dos. Cet épisode n'est d'ailleurs pas sans rappeler celui vécu par Thibaut Pinot lors du Tour 2020. Tombé lors de la première étape de la course, le Français avait abandonné quelques jours plus tard, se plaignant du dos sans réussir à trouver l'origine du bloquage. Après un Tour des Alpes complètement raté en avril dernier, le Franc-Comtois a pris le temps de soigner ses maux pour revenir seulement voici une semaine... près d'un an après sa chute initial.Alpecin-Fenix doit certainement avoir ce scénario dans un coin de sa tête et le forfait longue durée de son fer de lance batave serait un réel coup dur tant l'équipe belge a été construite autour de ses indéniables qualités.Adrie Van der Poel, le père du coureur néerlandais, a laissé planer un doute sur la suite de saison de son fils lors d'une interview accordée à Het Laatste Nieuws."Nous ne savons pas d'où vient ce problème de dos. Quand vous gagnez, les petites douleurs sont vites oubliées. Mais quand je vois qu'un Thibaut Pinot a dû tout arrêter pendant quatre mois pour soigner un dos douloureux, c'était la bonne décision d'interrompre le stage de Mathieu à Livigno.", estime-t-il.Et d'évoquer les objectifs que son fils s'était initialement fixés. "Je ne sais pas s'il va interrompre sa saison, cela sera discuté avec l'équipe. Jusqu'à présent, ils ont toujours pris les bonnes décisions. Mais d'après moi, cela n'a aucun sens d'aller au championnat du monde et à Paris-Roubaix si vous n'êtes pas à 100%.", poursuit celui qui fut aussi un coureur de renom à la fin des années 80, début des années 90.Ce vendredi, Alpecin-Fenix a confirmé le forfait de VDP pour le Benelux Tour, qui commencera lundi et dont il était le tenant du titre. En ajoutant espérer le voir s'aligner sur les championnats du monde à Louvain et à Paris-Roubaix. : "Son entraînement et son calendrier seront ajustés en fonction de sa guérison. Mais pour le moment, il n'y a aucune raison de douter de sa participation au Mondial et à Paris-Roubaix.", a déclaré son employeur.Ces incertitudes quant à la présence et au niveau de Mathieu Van der Poel pour ces courses qui seront disputées respectivement le 26 septembre et le 3 octobre prochain doivent certainement être suivies par le clan de Wout Van Aert. Nul doute que le champion de Belgique espérerait briller sur la course arc-en-ciel et dans l'Enfer du Nord en prenant le dessus sur son plus grand rival, mais son absence serait quand même une sacrée épine du pied en moins pour le natif d'Herentals.