Le sort a soufflé le froid et le chaud sur la saison 2012 de Jurgen Roelandts. Une chute en janvier dernier au Tour Down Under a mis le coureur brabançon sur la touche pendant 4 mois, suite à une vertèbre fracturée et à une thrombose qui lui a notamment occasionné des vertiges. "J'ai été 4 mois 'out', sans classiques", a expliqué l'ex-champion de Belgique après sa victoire dimanche à Tournai. "Je ne pouvais plus monter sur un vélo. La période a été très difficile à vivre pour moi."

Roelandts avait reçu le feu vert de la faculté en mai et il avait réussi à s'imposer lors de la 1ère étape du Tour de Luxembourg. "Je termine la saison dans les meilleures conditions alors qu'elle avait commencé avec une catastrophe. Il me reste un grand rendez-vous cette saison, celui de Paris-Tours dimanche prochain. Je me suis imposé dans cette épreuve chez les espoirs. Son profil me convient et je suis très motivé après avoir passé 4 jours sans problème à l'Eurométropole Tour. J'ai par ailleurs prouvé au championnat du monde que j'avais les jambes pour assumer une course de plus de 250 kilomètres."

A Tours, Roelandts visera le podium. Les quatre mois qu'il a passés sur la touche au printemps dernier appartiennent désormais aux mauvais souvenirs oubliés. "La période n'a certes pas été facile à vivre pour moi mais, rétrospectivement, je me dis que je n'ai que 27 ans et 5 saisons professionnelles derrière moi. J'ai déjà prouvé que je savais très bien gérer des semi-classiques. Laissons donc le temps au temps avant de gagner une grande classique", a conclu le coureur de Lotto-Belisol.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Le sort a soufflé le froid et le chaud sur la saison 2012 de Jurgen Roelandts. Une chute en janvier dernier au Tour Down Under a mis le coureur brabançon sur la touche pendant 4 mois, suite à une vertèbre fracturée et à une thrombose qui lui a notamment occasionné des vertiges. "J'ai été 4 mois 'out', sans classiques", a expliqué l'ex-champion de Belgique après sa victoire dimanche à Tournai. "Je ne pouvais plus monter sur un vélo. La période a été très difficile à vivre pour moi." Roelandts avait reçu le feu vert de la faculté en mai et il avait réussi à s'imposer lors de la 1ère étape du Tour de Luxembourg. "Je termine la saison dans les meilleures conditions alors qu'elle avait commencé avec une catastrophe. Il me reste un grand rendez-vous cette saison, celui de Paris-Tours dimanche prochain. Je me suis imposé dans cette épreuve chez les espoirs. Son profil me convient et je suis très motivé après avoir passé 4 jours sans problème à l'Eurométropole Tour. J'ai par ailleurs prouvé au championnat du monde que j'avais les jambes pour assumer une course de plus de 250 kilomètres." A Tours, Roelandts visera le podium. Les quatre mois qu'il a passés sur la touche au printemps dernier appartiennent désormais aux mauvais souvenirs oubliés. "La période n'a certes pas été facile à vivre pour moi mais, rétrospectivement, je me dis que je n'ai que 27 ans et 5 saisons professionnelles derrière moi. J'ai déjà prouvé que je savais très bien gérer des semi-classiques. Laissons donc le temps au temps avant de gagner une grande classique", a conclu le coureur de Lotto-Belisol. Sportfootmagazine.be, avec Belga