122 coureurs étaient au départ. Une échappée de 12 coureurs, dont Greg Van Avermaet, s'est formée au 15e kilomètre. L'avance maximale a été de 4:36. Le regroupement a eu lieu à 63 kilomètres de l'arrivée. Gert Steegmans, Julien Vermote, Kenny Dehaes, Stig Broeckx, Tosh Van der Sande, Stijn Steels, Jelle Wallays, Sep Vanmarcke et Kris Boeckmans sont alors passés à l'attaque. L'écart a grimpé à 1 minute. Avec 4 coureurs (Broeckx, Dehaes, Boeckmans et Van der Sande), Lotto-Belisol était la formation la mieux représentée.

Derrière, le tenant du titre Stijn Devolder a tenté par deux fois de revenir, sans succès. Chaque contre était bloqué par Omega Pharma-Quick Step ou Lotto-Belisol.

À cinq kilomètres de l'arrivée, les échappés conservaient 22 secondes d'avance. Vanmarcke tentait un solo, contré par Dehaes et Vermote. Dans le peloton, l'équipe de Steegmans changeait de fusil d'épaule pour jouer la carte Boonen. Les échappés étaient repris dans le dernier kilomètre. Dans le sprint massif, Debusschere était parfaitement piloté par Jürgen Roelandt et décrochait le titre.

Debusschere enlève la cinquième victoire de sa carrière. L'an passé, il avait remporté le Championnat des Flandres (1.1), une étape et le classement final de l'Eurométropole Tour (2.1) et le Prix national de clôture (1.1).

Steegmans se sent trahi

Gert Steegmans était dans la bonne échappée. Jusqu'à cinq kilomètres de l'arrivée, il pensait pouvoir sprinter pour le tricolore. Puis son équipe Omega Pharma-Quick Step a décidé de boucher le trou sur les fugitifs, ruinant ses chances d'un premier sacre national. "Mon équipe m'a joué un mauvais tour", a-t-il pesté, déçu.

"Si j'étais certain de la victoire, je pouvais tenter ma chance. Et bien, j'étais certain de la victoire. Tout se déroulait parfaitement puis ma propre équipe m'a rattrapé. Je ne comprends pas cela. Je ne pouvais déjà pas rouler les classiques, je ne peux pas aller au Tour à présent. Apparemment, ils ne veulent pas vraiment de moi dans l'équipe", a-t-il conclu.

"Des fautes ont été commises"

Tom Boonen, qui a terminé 3e, comprend la frustration de son équipier. "Nous avons échoué en tant qu'équipe", a déclaré Boonen après la course. "Il avait été convenu avant la course que si nous avions un homme rapide dans l'échappée, celle-ci serait protégée. Jusqu'à six kilomètres de l'arrivée, ces ordres ont été respectés et puis, tout d'un coup, nous avons dû rouler derrière ce groupe. Des fautes ont été commises et je comprends parfaitement le frustration de Gert."

Boonen, qui n'avait pas encore entendu la direction de l'équipe après l'arrivée, reconnaît qu'une discussion sera nécessaire. "Je ne sais pas ce qu'ils ont pensé, mais il y a eu trop peu de communication et des fautes ont été commises. Cela ne peut pas arriver dans une équipe du top."

122 coureurs étaient au départ. Une échappée de 12 coureurs, dont Greg Van Avermaet, s'est formée au 15e kilomètre. L'avance maximale a été de 4:36. Le regroupement a eu lieu à 63 kilomètres de l'arrivée. Gert Steegmans, Julien Vermote, Kenny Dehaes, Stig Broeckx, Tosh Van der Sande, Stijn Steels, Jelle Wallays, Sep Vanmarcke et Kris Boeckmans sont alors passés à l'attaque. L'écart a grimpé à 1 minute. Avec 4 coureurs (Broeckx, Dehaes, Boeckmans et Van der Sande), Lotto-Belisol était la formation la mieux représentée. Derrière, le tenant du titre Stijn Devolder a tenté par deux fois de revenir, sans succès. Chaque contre était bloqué par Omega Pharma-Quick Step ou Lotto-Belisol. À cinq kilomètres de l'arrivée, les échappés conservaient 22 secondes d'avance. Vanmarcke tentait un solo, contré par Dehaes et Vermote. Dans le peloton, l'équipe de Steegmans changeait de fusil d'épaule pour jouer la carte Boonen. Les échappés étaient repris dans le dernier kilomètre. Dans le sprint massif, Debusschere était parfaitement piloté par Jürgen Roelandt et décrochait le titre. Debusschere enlève la cinquième victoire de sa carrière. L'an passé, il avait remporté le Championnat des Flandres (1.1), une étape et le classement final de l'Eurométropole Tour (2.1) et le Prix national de clôture (1.1). Steegmans se sent trahi Gert Steegmans était dans la bonne échappée. Jusqu'à cinq kilomètres de l'arrivée, il pensait pouvoir sprinter pour le tricolore. Puis son équipe Omega Pharma-Quick Step a décidé de boucher le trou sur les fugitifs, ruinant ses chances d'un premier sacre national. "Mon équipe m'a joué un mauvais tour", a-t-il pesté, déçu. "Si j'étais certain de la victoire, je pouvais tenter ma chance. Et bien, j'étais certain de la victoire. Tout se déroulait parfaitement puis ma propre équipe m'a rattrapé. Je ne comprends pas cela. Je ne pouvais déjà pas rouler les classiques, je ne peux pas aller au Tour à présent. Apparemment, ils ne veulent pas vraiment de moi dans l'équipe", a-t-il conclu. "Des fautes ont été commises" Tom Boonen, qui a terminé 3e, comprend la frustration de son équipier. "Nous avons échoué en tant qu'équipe", a déclaré Boonen après la course. "Il avait été convenu avant la course que si nous avions un homme rapide dans l'échappée, celle-ci serait protégée. Jusqu'à six kilomètres de l'arrivée, ces ordres ont été respectés et puis, tout d'un coup, nous avons dû rouler derrière ce groupe. Des fautes ont été commises et je comprends parfaitement le frustration de Gert." Boonen, qui n'avait pas encore entendu la direction de l'équipe après l'arrivée, reconnaît qu'une discussion sera nécessaire. "Je ne sais pas ce qu'ils ont pensé, mais il y a eu trop peu de communication et des fautes ont été commises. Cela ne peut pas arriver dans une équipe du top."