Défaits dimanche dans l'Amstel Gold Race, les hommes forts du moment disposent d'une deuxième chance dans ce deuxième volet des classiques ardennaises. En attendant dimanche prochain la "Doyenne" des classiques, Liège-Bastogne-Liège, la plus prestigieuse des trois.

Le mur de Huy, escaladé à deux reprises avant l'ascension finale, avantage les puncheurs. Sa pente et sa longueur, plus de 9% de moyenne sur 1.300 mètres avec un passage au niveau de la chicane à 19% (et même 25% à la corde), imposent un effort de type explosif. Mais la connaissance du lieu, afin de produire l'effort au moment opportun, s'avère aussi un atout majeur.

Gilbert, qui s'était imposé en 2011 après avoir longtemps estimé cette montée finale trop ardue pour lui, dispose de cette expérience. Tout comme deux anciens vainqueurs, les Espagnols Alejandro Valverde (2006) et Joaquim Rodrigez, coureur-référence dans ce type de final.

'Purito' diminué mais partant

Pour "Purito" Rodriguez, la situation s'est compliquée avec sa chute dans la "Gold Race". Blessé à la cuisse gauche, le Catalan n'était pas certain de participer à la Flèche wallonne, une course qu'il a terminée sur le podium ces trois dernières années (2e en 2010 et 2011, 1er en 2012). Mais son équipe, Katusha, a annoncé mardi sa participation.

"J'aurai le dossard numéro un et c'est une motivation importante", a déclaré le grimpeur catalan, qui est âgé de 33 ans. "Mais je sais aussi qu'il sera très difficile pour moi de rééditer ma victoire. Il faut être au top pour gagner une classique". "Je suis un peu déçu car, pour moi, cette semaine des classiques ardennaises est l'un des objectifs les plus importants de la saison, a ajouté Joaquim Rodriguez. J'espère retrouver mes moyens pour Liège-Bastogne-Liège (dimanche) qui est ma course favorite. Je vais faire de mon mieux dans la Flèche wallonne mais j'ai déjà parlé avec mes coéquipiers. Je serai à leur disposition pour que Katusha obtienne le meilleur résultat possible".

L'Espagnol a cité plusieurs noms (Valverde, Albasini, Gilbert, Anton, Contador) favoris de la course. Il s'est aussi prononcé sur le Slovaque Peter Sagan: "Il est très fort mais le dernier kilomètre (du parcours) est vraiment difficile: il lui faudra attaquer avant."

Le défi colombien

Mais Sagan se lance dans l'inconnu. Le Slovaque a finalement décidé de s'aligner au départ de Binche, site d'accueil inédit, à côté de son coéquipier de la formation Cannondale, l'Italien Moreno Moser.

"Il ne faut pas tenir compte de son résultat dans l'Amstel Gold Race" (36e), estime son directeur sportif Alberto Volpi, qui l'explique par des crampes dues aux premières chaleurs qui contrastaient avec la mauvaise météo persistant depuis le début de la saison. "La semaine dernière, il était dans une grande forme (victoire à la Flèche brabançonne, ndlr) qui ne peut pas voir disparu soudainement", souligne-t-il.

Auteur d'un parcours impressionnant dans les classiques depuis le mois dernier, le puncheur slovaque figure évidemment parmi les hommes à surveiller. Davantage que l'Espagnol Alberto Contador (3e en 2010), réticent à venir dans les Ardennes mais finalement présent à la demande de son équipe Saxo, laquelle peut pourtant compter sur le Tchèque Roman Kreuziger, le lauréat de la "Gold Race".

Le Suisse Michael Albasini (2e en 2012), le Belge Jelle Vanendert (6e en 2011, 4e en 2012) se sont déjà distingués à Huy.

En revanche, aucun Colombien n'a jamais accédé au podium: pour Rigoberto Uran et Sergio Henao, de l'équipe Sky (à côté de l'Australien Richie Porte), pour Carlos Betancur et surtout pour le plus prometteur de tous, Nairo Quintana, coéquipier de Valverde, le défi est de taille. A condition d'aborder en bonne position le Chemin des Chapelles, nom officiel du mur de Huy.

Andy Schleck à la Flèche Wallonne et à Liège-Bastogne-Liège Par ailleurs, Andy Schleck figure parmi les coureurs de l'équipe RadioShack-Leopard sélectionnés pour la course de ce mercredi et Liège-Bastogne-Liège, dimanche. Le Luxembourgeois était impliqué dans la même chute collective que Gilbert et Voeckler à l'Amstel où il a été contraint à l'abandon dimanche passé.

"J'étais remonté en selle assez rapidement mais j'ai dû m'arrêter pour changer de roue. Ce qui au total m'a fait perdre trop de temps", explique-t-il. "Mais je ne me suis pas sérieusement blessé. J'ai juste eu quelques douleurs aux côtes quand j'ai percuté le guidon mais rien de grave..."

Andy Schleck pourra compter sur deux Belges dans les classiques ardennaises, en l'occurrence Maxime Monfort et Ben Hermans.

Défaits dimanche dans l'Amstel Gold Race, les hommes forts du moment disposent d'une deuxième chance dans ce deuxième volet des classiques ardennaises. En attendant dimanche prochain la "Doyenne" des classiques, Liège-Bastogne-Liège, la plus prestigieuse des trois. Le mur de Huy, escaladé à deux reprises avant l'ascension finale, avantage les puncheurs. Sa pente et sa longueur, plus de 9% de moyenne sur 1.300 mètres avec un passage au niveau de la chicane à 19% (et même 25% à la corde), imposent un effort de type explosif. Mais la connaissance du lieu, afin de produire l'effort au moment opportun, s'avère aussi un atout majeur. Gilbert, qui s'était imposé en 2011 après avoir longtemps estimé cette montée finale trop ardue pour lui, dispose de cette expérience. Tout comme deux anciens vainqueurs, les Espagnols Alejandro Valverde (2006) et Joaquim Rodrigez, coureur-référence dans ce type de final. 'Purito' diminué mais partant Pour "Purito" Rodriguez, la situation s'est compliquée avec sa chute dans la "Gold Race". Blessé à la cuisse gauche, le Catalan n'était pas certain de participer à la Flèche wallonne, une course qu'il a terminée sur le podium ces trois dernières années (2e en 2010 et 2011, 1er en 2012). Mais son équipe, Katusha, a annoncé mardi sa participation. "J'aurai le dossard numéro un et c'est une motivation importante", a déclaré le grimpeur catalan, qui est âgé de 33 ans. "Mais je sais aussi qu'il sera très difficile pour moi de rééditer ma victoire. Il faut être au top pour gagner une classique". "Je suis un peu déçu car, pour moi, cette semaine des classiques ardennaises est l'un des objectifs les plus importants de la saison, a ajouté Joaquim Rodriguez. J'espère retrouver mes moyens pour Liège-Bastogne-Liège (dimanche) qui est ma course favorite. Je vais faire de mon mieux dans la Flèche wallonne mais j'ai déjà parlé avec mes coéquipiers. Je serai à leur disposition pour que Katusha obtienne le meilleur résultat possible". L'Espagnol a cité plusieurs noms (Valverde, Albasini, Gilbert, Anton, Contador) favoris de la course. Il s'est aussi prononcé sur le Slovaque Peter Sagan: "Il est très fort mais le dernier kilomètre (du parcours) est vraiment difficile: il lui faudra attaquer avant." Le défi colombien Mais Sagan se lance dans l'inconnu. Le Slovaque a finalement décidé de s'aligner au départ de Binche, site d'accueil inédit, à côté de son coéquipier de la formation Cannondale, l'Italien Moreno Moser. "Il ne faut pas tenir compte de son résultat dans l'Amstel Gold Race" (36e), estime son directeur sportif Alberto Volpi, qui l'explique par des crampes dues aux premières chaleurs qui contrastaient avec la mauvaise météo persistant depuis le début de la saison. "La semaine dernière, il était dans une grande forme (victoire à la Flèche brabançonne, ndlr) qui ne peut pas voir disparu soudainement", souligne-t-il. Auteur d'un parcours impressionnant dans les classiques depuis le mois dernier, le puncheur slovaque figure évidemment parmi les hommes à surveiller. Davantage que l'Espagnol Alberto Contador (3e en 2010), réticent à venir dans les Ardennes mais finalement présent à la demande de son équipe Saxo, laquelle peut pourtant compter sur le Tchèque Roman Kreuziger, le lauréat de la "Gold Race". Le Suisse Michael Albasini (2e en 2012), le Belge Jelle Vanendert (6e en 2011, 4e en 2012) se sont déjà distingués à Huy. En revanche, aucun Colombien n'a jamais accédé au podium: pour Rigoberto Uran et Sergio Henao, de l'équipe Sky (à côté de l'Australien Richie Porte), pour Carlos Betancur et surtout pour le plus prometteur de tous, Nairo Quintana, coéquipier de Valverde, le défi est de taille. A condition d'aborder en bonne position le Chemin des Chapelles, nom officiel du mur de Huy. Andy Schleck à la Flèche Wallonne et à Liège-Bastogne-Liège Par ailleurs, Andy Schleck figure parmi les coureurs de l'équipe RadioShack-Leopard sélectionnés pour la course de ce mercredi et Liège-Bastogne-Liège, dimanche. Le Luxembourgeois était impliqué dans la même chute collective que Gilbert et Voeckler à l'Amstel où il a été contraint à l'abandon dimanche passé. "J'étais remonté en selle assez rapidement mais j'ai dû m'arrêter pour changer de roue. Ce qui au total m'a fait perdre trop de temps", explique-t-il. "Mais je ne me suis pas sérieusement blessé. J'ai juste eu quelques douleurs aux côtes quand j'ai percuté le guidon mais rien de grave..." Andy Schleck pourra compter sur deux Belges dans les classiques ardennaises, en l'occurrence Maxime Monfort et Ben Hermans.