Le maillot jaune Tadej Pogacar est plus fort car plus complet que d'autres anciens vainqueurs du Tour de France comme Alberto Contador ou Chris Froome, a estimé lundi Geraint Thomas, lui-même ancien lauréat sur la Grande Boucle.

"Il est un cran au-dessus. Pogacar sait tout faire, il sprinte, il passe les pavés, il est phénoménal", a souligné, lors de la journée de repos, le Britannique, actuel troisième au classement général à 1:17 du Slovène, avant les Alpes. "Il sera encore le grand favori des cinq ou six prochaines années", a ajouté le leader de l'équipe Ineos Grenadiers au sujet de Pogacar, déjà double tenant du titre à seulement 23 ans.

Geraint Thomas lui-même dit se sentir "très bien" et aborde avec confiance les deux étapes reines de mercredi et jeudi où les coureurs vont grimper le Télégraphe, le Galibier deux fois, le Granon, la Croix de Fer et l'Alpe d'Huez où il s'était imposé en jaune en 2018 avant de remporter son unique Tour de France.

"Je me sens généralement bien en altitude, la chaleur va amener un facteur supplémentaire. Les trois prochains jours seront un gros test", a insisté celui qui vise un troisième podium dans le Tour, après aussi sa deuxième place en 2019, notamment pour "clouer le bec à certaines personnes".

"J'ambitionne la victoire finale et je vais tout donner, même si je sais que mon retard sur Pogacar est déjà conséquent, surtout vu la manière dont il court."

"Mais, a-t-il ajouté, tout peut arriver dans les Grands Tours, surtout en ce moment, avec ce foutu Covid qui nous oblige à être extrêmement vigilants", a-t-il déploré face à la presse, convoquée uniquement en visioconférence, épidémie oblige.

Le maillot jaune Tadej Pogacar est plus fort car plus complet que d'autres anciens vainqueurs du Tour de France comme Alberto Contador ou Chris Froome, a estimé lundi Geraint Thomas, lui-même ancien lauréat sur la Grande Boucle. "Il est un cran au-dessus. Pogacar sait tout faire, il sprinte, il passe les pavés, il est phénoménal", a souligné, lors de la journée de repos, le Britannique, actuel troisième au classement général à 1:17 du Slovène, avant les Alpes. "Il sera encore le grand favori des cinq ou six prochaines années", a ajouté le leader de l'équipe Ineos Grenadiers au sujet de Pogacar, déjà double tenant du titre à seulement 23 ans. Geraint Thomas lui-même dit se sentir "très bien" et aborde avec confiance les deux étapes reines de mercredi et jeudi où les coureurs vont grimper le Télégraphe, le Galibier deux fois, le Granon, la Croix de Fer et l'Alpe d'Huez où il s'était imposé en jaune en 2018 avant de remporter son unique Tour de France. "Je me sens généralement bien en altitude, la chaleur va amener un facteur supplémentaire. Les trois prochains jours seront un gros test", a insisté celui qui vise un troisième podium dans le Tour, après aussi sa deuxième place en 2019, notamment pour "clouer le bec à certaines personnes". "J'ambitionne la victoire finale et je vais tout donner, même si je sais que mon retard sur Pogacar est déjà conséquent, surtout vu la manière dont il court.""Mais, a-t-il ajouté, tout peut arriver dans les Grands Tours, surtout en ce moment, avec ce foutu Covid qui nous oblige à être extrêmement vigilants", a-t-il déploré face à la presse, convoquée uniquement en visioconférence, épidémie oblige.