"Je trouve toujours dangereux de disputer le Circuit Het Nieuwsblad comme première course de l'année. A l'entraînement, beaucoup de choses sont possibles, mais cette sensation de rouler en peloton reste différente. Et certainement dans dans cette course où ça tourne tout le temps, où il faut se faufiler et remonter en permanence...", estimait Johan Museeuw, double vainqueur (2000 et 2003) d'une épreuve qui s'appelait encore Het Volk, l'année passée. Sa conclusion ne devrait pas changer en 2022. Pourtant, ce samedi, Wout Van Aert, Mike Teunissen, Christophe Laporte, Tiesj Benoot, Tosh Van der Sande (Jumbo-Visma), Jasper Stuyven, Edward Theuns, Sonny Colbrelli, Victor Campenaerts signeront leur première feuille de course de la saison. Pour se préparer, ils ont choisi les hauteurs de Tenerife ou d'autres endroits de stage.
...

"Je trouve toujours dangereux de disputer le Circuit Het Nieuwsblad comme première course de l'année. A l'entraînement, beaucoup de choses sont possibles, mais cette sensation de rouler en peloton reste différente. Et certainement dans dans cette course où ça tourne tout le temps, où il faut se faufiler et remonter en permanence...", estimait Johan Museeuw, double vainqueur (2000 et 2003) d'une épreuve qui s'appelait encore Het Volk, l'année passée. Sa conclusion ne devrait pas changer en 2022. Pourtant, ce samedi, Wout Van Aert, Mike Teunissen, Christophe Laporte, Tiesj Benoot, Tosh Van der Sande (Jumbo-Visma), Jasper Stuyven, Edward Theuns, Sonny Colbrelli, Victor Campenaerts signeront leur première feuille de course de la saison. Pour se préparer, ils ont choisi les hauteurs de Tenerife ou d'autres endroits de stage. S'ils sont des noms importants ou ronflants du peloton et attirent logiquement notre attention, ils sont pourtant minoritaires puisque la majorité des coureurs qui s'élanceront de Gand auront déjà plusieurs jours de course à leur compteur.Selon les anciens codes du cyclisme, il faut préparer la saison en janvier et en février sur les courses à étapes du sud de l'Europe, ou depuis maintenant deux décennies en Australie, au Moyen-Orient et même en Amérique du Sud.Pour avoir une chance de gagner l'Omloop Het Nieuwsblad et/ou Kuurne-Bruxelles-Kuurne, ces kilomètres de compétition restent cependant indispensables comme en témoigne le nombre moyen de jours de course (sur route) disputés par les cinq premiers du classement des quinze dernières éditions du Nieuwsblad (de 2007 à 2021) : 9,6 jours. Ils souvent la combinaison d'une, deux ou même trois courses par étapes et courses en ligne.Jusqu'en 2021, trois coureurs ont terminé dans le top 5 de ces éditions avec moins de cinq jours de course dans les jambes : Luca Paolini, 4e en 2010 (2 jours de course), Sören Kragh Andersen, 3e en 2020 (0 kilomètre de course) et Davide Ballerini, vainqueur l'année dernière (4 jours de course sur le Tour de Provence dans un contexte où les annulations en tout genre étaient encore à la mode avec la crise du coronavirus).En 2020, lors de la dernière campagne cycliste disputée "normalement", trois coureurs avec 0 kilomètre de course au départ de l'épreuve avaient terminé dans les 15 premiers de l'Omloop . En plus de Kragh Andersen sur le podium, l'on retrouvait les deux coureurs de Jumbo Visma, Mike Teunissen (6e) et Wout van Aert (11e) ainsi que Tiesj Benoot (14e).Ce quatuor s'était préparé pour le week-end d'ouverture en suivant un stage d'entraînement en altitude. Et c'est ce que font encore cette année les cyclistes Jumbo, désormais rejoints par Benoot. Tout comme les Stuyven, Colbrelli et Cie.Compte tenu des qualités intrinsèques de ces coureurs, et de la structure d'entraînement de plus en plus spécifique en altitude, il y a une vraie chance que la course d'ouverture belge soit remportée par quelqu'un n'ayant pas encore accroché de dossard avant ce samedi.Van Aert a déjà prouvé qu'après une longue pause, il était capable de répondre présent dès ses premiers tours de roues. Il a pu s'entraîner un mois et 17 jours depuis son titre de champion de Belgique de cyclo-cross à Middelkerke. C'est sa plus longue période de préparation pour une première course du printemps depuis 2018. A l'époque, il avait cependant enchaîné une saison complète de cyclocross pour 10 courses cet hiver.Néanmoins, une victoire resterait un cas unique dans le cyclisme "moderne". Le dernier à avoir remporté l'Omloop sans avoir disputé de course préalablement, information que l'intéressé nous a confirmé au téléphone, était Joseph Bruyère, en 1980.Le Wallon, triple vainqueur de la course d'ouverture de la saison belge, avait été oublié de la liste des prétendants par beaucoup d'observateurs après une mauvaise année au cours de laquelle, il a souffert du rhume des foins. Il aurait pu se retrouver sans équipe cette saison là, mais avait pu signer un contrat avec Marc Zeepcentrale. C'est dans cette structure que Patrick Lefevere, âgé de 25 ans seulement, a également commencé son premier printemps en tant que directeur sportif.Des débuts retentissants pour le jeune et ambitieux Lefevere et une très belle revanche pour Bruyère, qui s'était entraîné très dur et tout seul afin d'être en forme pour ce circuit Het Volk. Il fera donc mieux que d'être compétitif puisqu'il y lèvera les bras. Le Wallon, alors âgé de 31 ans, est alors également devenu le détenteur du record de victoires avec un troisième bouquet.Pour trouver trace d'un autre coureur qui a remporté la course d'ouverture belge uniquement grâce à l'entraînement, il faut remonter encore dix ans avant Bruyère. En 1970, Frans Verbeeck combinait encore sa carrière de cycliste avec un emploi de laitier. Ce matin-là de l'Omloop, il aurait même fait sa tournée des boulangers, selon ses propres dires.Ce travail ne l'a en tout cas pas empêché de s'entraîner plus tôt que quiconque en hiver, si bien que Verbeeck avait souvent l'habitude de briller lors des premières courses de la saison. En 1972, il remporte l'Omloop, alors qu'il avait déjà gagné trois courses dans le sud de la France.En 1969, le néophyte Roger De Vlaeminck, âgé de 21 ans, a également brillé dans la course qui reliait à l'époque Gand à Gand. Une semaine après avoir conquis la médaille d'argent aux championnats du monde de cyclo-cross pour amateurs à Magstadt, il a enchaîné avec un bouquet de vainqueur sur le circuit Het Volk qui était sa toute première course professionnelle sur route.Un jour plus tard, le dimanche 2 mars, De Vlaeminck reprenait le chemins des labourés pour terminer à la deuxième place du cross d'Overboelare, juste derrière son frère Eric.Même constat pour Kuurne-Bruxelles-Kuurne ?Lever les bras en vainqueur sur Kuurne-Brussels-Kuurne avec seulement un jour de course ou même zéro au compteur relève également de l'exploit : Frans Verhaegen a gagné en 1975 et 1976 dans l'Ezelsgemeung, après avoir seulement disputé l'Omloop le samedi (il avait terminé 44e en 75 et 7e en 1976).Quatre ans avant, en 1972, Staf Van Roosbroeck était le dernier coureur à s'imposer à Kuurne lors de sa première course sur route de la saison.Les Bruyère, Verbeeck, De Vlaeminck ou Van Roosbroeck seront-ils imités ce samedi et/ou ce dimanche ? Dans le cyclisme moderne, ce serait en tout cas à une première à laquelle nous assisterions.