"Je suis soulagé que la course soit terminée... J'ai fait ce que j'ai pu, les jambes ont parlé. J'avais pas mal de pression sur les épaules avant le départ, j'étais concentré pour faire la plus belle course possible et ne pas avoir de regrets", dit le champion du monde, également vainqueur de la Flèche en 2018 et 2019.

"Quand Teuns a attaqué, je n'étais pas dans sa roue mais je ne pense pas que cela aurait changé grand chose. Il était le plus fort. Non, je n'ai pas de regrets, le plus fort a gagné aujourd'hui. J'ai déjà été plus fort mais je ne suis pas à la rue. J'espère être mieux à Liège-Bastogne-Liège (ce dimanche, NDLR), cela fait un moment que je pense aux +Ardennaises+. Je savais que j'étais attendu ici. J'ai l'impression que la pression augmente d'année en année, surtout avec tout ce que l'on dit sur nous et notre début de saison".

"Je suis soulagé que la course soit terminée... J'ai fait ce que j'ai pu, les jambes ont parlé. J'avais pas mal de pression sur les épaules avant le départ, j'étais concentré pour faire la plus belle course possible et ne pas avoir de regrets", dit le champion du monde, également vainqueur de la Flèche en 2018 et 2019."Quand Teuns a attaqué, je n'étais pas dans sa roue mais je ne pense pas que cela aurait changé grand chose. Il était le plus fort. Non, je n'ai pas de regrets, le plus fort a gagné aujourd'hui. J'ai déjà été plus fort mais je ne suis pas à la rue. J'espère être mieux à Liège-Bastogne-Liège (ce dimanche, NDLR), cela fait un moment que je pense aux +Ardennaises+. Je savais que j'étais attendu ici. J'ai l'impression que la pression augmente d'année en année, surtout avec tout ce que l'on dit sur nous et notre début de saison".