Evenepoel et Colbrelli, derniers rescapés d'une course à élimination, ont passé en tête le Povo, placé à 9 km de la ligne. Sachant très bien que son rival était plus véloce au sprint, le Belge a tenté sa chance, en vain. Le Français Benoit Cosnefroy a terminé 3e à près de 1:30. Le début de journée a vu un groupe de douze coureurs, dont le Belge Harm Vanhoucke, prendre la poudre d'escampette. De son côté, Philippe Gilbert a été victime d'un problème mécanique dans la 2e ascension du jour et a été distancé. Le groupe de douze, avec trois Français et quatre Espagnols, a perdu du terrain dans l'ascension de Candriai (5,6 km à 7 pour cent) quand Romain Bardet a lancé les hostilités à 116 km de l'arrivée, suivi par Remco Evenepoel.

Ce mouvement a provoqué un regroupement à 100 km du but alors que le peloton faisait son entrée sur le circuit final, long de 14,8 km à répéter à huit reprises. Dans une course de mouvements, un groupe de quatre, avec Stan Dewulf et Victor Campenaerts, s'est porté en tête alors que le peloton s'égrainait au fil des ascensions successives du Povo (3,6 kilomètres à 4,7 pour cent). La quatrième des huit montées du Povo a vu les favoris prendre la course à leur compte. Un groupe de dix coureurs s'est isolé, avec Campenaerts, Evenepoel et Ben Hermans pour la Belgique, Sonny Colbrelli et Matteo Trentin pour l'Italie, le Français Benoit Cosnefroy, le Slovène Tadej Pogacar, le Suisse Marc Hirschi, le Russe Pavel Sivakov et le Norvégien Markus Hoelgaard.

Alors que Campenaerts n'était plus présent, Sivakov a lancé la première attaque dans l'avant-dernière ascension du jour, suivi par une accélération d'Evenepoel. Ce sont finalement Evenepoel, Colbrelli et Cosnefroy qui ont pris le meilleur sur le reste des favoris. Au train, le Belge a décramponné le Français à 12 km du but dans la dernière bosse du jour. Plus véloce, Colbrelli a signé la 32e victoire de sa carrière, la 6e en 2021. Il succède au palmarès à son compatriote Giacomo Nizzolo (2020).

C'est aussi le 4e sacre de rang pour l'Italie, qui s'était imposée en 2018 et 2019 grâce à Matteo Trentin et Elia Viviani. Champion d'Italie fin juin, il portera désormais le maillot de champion d'Europe. Samedi, Thibau Nys a remporté la course en ligne chez les espoirs. La Belgique a aussi remporté deux médailles, d'or et d'argent, dans le chrono juniors grâce à Alec Segaert et Cian Uijtdebroeks.

Evenepoel et Colbrelli, derniers rescapés d'une course à élimination, ont passé en tête le Povo, placé à 9 km de la ligne. Sachant très bien que son rival était plus véloce au sprint, le Belge a tenté sa chance, en vain. Le Français Benoit Cosnefroy a terminé 3e à près de 1:30. Le début de journée a vu un groupe de douze coureurs, dont le Belge Harm Vanhoucke, prendre la poudre d'escampette. De son côté, Philippe Gilbert a été victime d'un problème mécanique dans la 2e ascension du jour et a été distancé. Le groupe de douze, avec trois Français et quatre Espagnols, a perdu du terrain dans l'ascension de Candriai (5,6 km à 7 pour cent) quand Romain Bardet a lancé les hostilités à 116 km de l'arrivée, suivi par Remco Evenepoel. Ce mouvement a provoqué un regroupement à 100 km du but alors que le peloton faisait son entrée sur le circuit final, long de 14,8 km à répéter à huit reprises. Dans une course de mouvements, un groupe de quatre, avec Stan Dewulf et Victor Campenaerts, s'est porté en tête alors que le peloton s'égrainait au fil des ascensions successives du Povo (3,6 kilomètres à 4,7 pour cent). La quatrième des huit montées du Povo a vu les favoris prendre la course à leur compte. Un groupe de dix coureurs s'est isolé, avec Campenaerts, Evenepoel et Ben Hermans pour la Belgique, Sonny Colbrelli et Matteo Trentin pour l'Italie, le Français Benoit Cosnefroy, le Slovène Tadej Pogacar, le Suisse Marc Hirschi, le Russe Pavel Sivakov et le Norvégien Markus Hoelgaard. Alors que Campenaerts n'était plus présent, Sivakov a lancé la première attaque dans l'avant-dernière ascension du jour, suivi par une accélération d'Evenepoel. Ce sont finalement Evenepoel, Colbrelli et Cosnefroy qui ont pris le meilleur sur le reste des favoris. Au train, le Belge a décramponné le Français à 12 km du but dans la dernière bosse du jour. Plus véloce, Colbrelli a signé la 32e victoire de sa carrière, la 6e en 2021. Il succède au palmarès à son compatriote Giacomo Nizzolo (2020). C'est aussi le 4e sacre de rang pour l'Italie, qui s'était imposée en 2018 et 2019 grâce à Matteo Trentin et Elia Viviani. Champion d'Italie fin juin, il portera désormais le maillot de champion d'Europe. Samedi, Thibau Nys a remporté la course en ligne chez les espoirs. La Belgique a aussi remporté deux médailles, d'or et d'argent, dans le chrono juniors grâce à Alec Segaert et Cian Uijtdebroeks.