Ils entament l'ultime étape dimanche en fin de journée. Avec 103 kilomètres, c'est la plus courte depuis 2011 (95 kilomètres) et la troisième plus brève depuis 1976 et 1977 (90,7 kilomètres mais à l'époque, il y avait un contre-la-montre à Paris le matin). Du coup, l'approche ennuyeuse des Champs-Élysées ne fait que 45 kilomètres. L'année dernière, Chris Froome et ses coéquipiers ont surpris. La tradition veut que le maillot jaune offre du champagne dans des coupes en plastique mais il a pris de la Leffe brune. Dans des bouteilles en verre, ce qui est pourtant strictement interdit par l'article 6b du règlement du Tour. Le jury a fermé les yeux et la marque belge a jubilé devant pareille publicité gratuite.

UN ENDROIT HISTORIQUE

La monotonie de la dernière étape, ou du moins de son premier tronçon, ressort dans l'audimat du Tour 2016, que le professeur Daam Van Reeth a consulté dans les 14 principales nations du cyclisme. En moyenne, ce n'est que la neuvième étape la plus suivie avec 9,67 millions de téléspectateurs, soit 3,7 millions de moins que pour l'étape de montagne d'Andorre-Arcalis (13,43 millions). Seuls les Allemands et les Américains ont regardé davantage la dernière étape que les autres.

Le carnaval débute cette fois à Montgeron, une commune du département de l'Essonne, au sud de Paris. Un lieu historique car c'est là, au café Au Réveil Matin, qu'a débuté le tout premier Tour, par un torride 1er juillet 1903, à 15h16. Cent ans plus tard, la première étape du Tour de France a pris le départ là aussi, après le prologue parisien. Cette fois, il n'y a pas de raison particulière. La commune et le département ont simplement puisé dans leur caisse. Un coureur sera particulièrement encouragé durant les premiers kilomètres : le régional de l'étape, Tony Gallopin. Il est originaire de Dourdan et il a été formé par le club cycliste d'Étampes.

UN PASSAGE MARQUANT

Cette étape aussi est destinée à appuyer la candidature de Paris comme ville organisatrice des Jeux olympiques 2024. Le peloton passe donc par différents sites comme le complexe tennistique de Roland Garros, le Parc des Princes (dont l'ancienne piste cycliste a servi d'arrivée aux tours de 1904 à 1967, l'Hôtel des Invalides, où se déroulerait la compétition olympique de tir à l'arc, et le Champ-de-Mars, le site dédié au beach-volley ainsi qu'au départ des courses en cyclisme et en triathlon.

Le grand moment sera pourtant le passage du peloton sous l'arche du Grand Palais, l'énorme bâtiment qui a accueilli l'Exposition universelle 1900. En 2024, c'est là que les escrimeurs et les taekwondokas lutteront peut-être pour la gloire olympique.

Ce ne sera pas le premier événement sportif : en 2009, LeBron James, la vedette de NBA, y a organisé un stage et, la même année, 5.000 patineurs ont participé à la Roller Parade Le Grand Palais. En 2010, on y a tenu les championnats du monde d'escrime et depuis 2010, l'endroit accueille le jumping Saut Hermès.

Le plus grand bâtiment en verre d'Europe ne manque pas de place, avec ses 13.500 mètres carrés. On va y installer des tribunes et des écrans TV géants. L'organisation ne doit pas aménager le revêtement, puisqu'il est en béton. Les autos seront détournées, à l'exception du véhicule de la direction de course.

60 kilomètres plus loin, sur les Champs-Elysées, les coureurs vont sprinter pour la victoire. Celle-ci n'est pas à la portée de tout le monde : en sept ans, trois coureurs seulement ont gagné : Mark Cavendish de 2009 à 2012, Marcel Kittel en 2013 et 2014 et André Greipel les deux dernières années.

Cette étape doit servir la candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques 2024.

Ils entament l'ultime étape dimanche en fin de journée. Avec 103 kilomètres, c'est la plus courte depuis 2011 (95 kilomètres) et la troisième plus brève depuis 1976 et 1977 (90,7 kilomètres mais à l'époque, il y avait un contre-la-montre à Paris le matin). Du coup, l'approche ennuyeuse des Champs-Élysées ne fait que 45 kilomètres. L'année dernière, Chris Froome et ses coéquipiers ont surpris. La tradition veut que le maillot jaune offre du champagne dans des coupes en plastique mais il a pris de la Leffe brune. Dans des bouteilles en verre, ce qui est pourtant strictement interdit par l'article 6b du règlement du Tour. Le jury a fermé les yeux et la marque belge a jubilé devant pareille publicité gratuite. La monotonie de la dernière étape, ou du moins de son premier tronçon, ressort dans l'audimat du Tour 2016, que le professeur Daam Van Reeth a consulté dans les 14 principales nations du cyclisme. En moyenne, ce n'est que la neuvième étape la plus suivie avec 9,67 millions de téléspectateurs, soit 3,7 millions de moins que pour l'étape de montagne d'Andorre-Arcalis (13,43 millions). Seuls les Allemands et les Américains ont regardé davantage la dernière étape que les autres. Le carnaval débute cette fois à Montgeron, une commune du département de l'Essonne, au sud de Paris. Un lieu historique car c'est là, au café Au Réveil Matin, qu'a débuté le tout premier Tour, par un torride 1er juillet 1903, à 15h16. Cent ans plus tard, la première étape du Tour de France a pris le départ là aussi, après le prologue parisien. Cette fois, il n'y a pas de raison particulière. La commune et le département ont simplement puisé dans leur caisse. Un coureur sera particulièrement encouragé durant les premiers kilomètres : le régional de l'étape, Tony Gallopin. Il est originaire de Dourdan et il a été formé par le club cycliste d'Étampes. Cette étape aussi est destinée à appuyer la candidature de Paris comme ville organisatrice des Jeux olympiques 2024. Le peloton passe donc par différents sites comme le complexe tennistique de Roland Garros, le Parc des Princes (dont l'ancienne piste cycliste a servi d'arrivée aux tours de 1904 à 1967, l'Hôtel des Invalides, où se déroulerait la compétition olympique de tir à l'arc, et le Champ-de-Mars, le site dédié au beach-volley ainsi qu'au départ des courses en cyclisme et en triathlon. Le grand moment sera pourtant le passage du peloton sous l'arche du Grand Palais, l'énorme bâtiment qui a accueilli l'Exposition universelle 1900. En 2024, c'est là que les escrimeurs et les taekwondokas lutteront peut-être pour la gloire olympique. Ce ne sera pas le premier événement sportif : en 2009, LeBron James, la vedette de NBA, y a organisé un stage et, la même année, 5.000 patineurs ont participé à la Roller Parade Le Grand Palais. En 2010, on y a tenu les championnats du monde d'escrime et depuis 2010, l'endroit accueille le jumping Saut Hermès. Le plus grand bâtiment en verre d'Europe ne manque pas de place, avec ses 13.500 mètres carrés. On va y installer des tribunes et des écrans TV géants. L'organisation ne doit pas aménager le revêtement, puisqu'il est en béton. Les autos seront détournées, à l'exception du véhicule de la direction de course. 60 kilomètres plus loin, sur les Champs-Elysées, les coureurs vont sprinter pour la victoire. Celle-ci n'est pas à la portée de tout le monde : en sept ans, trois coureurs seulement ont gagné : Mark Cavendish de 2009 à 2012, Marcel Kittel en 2013 et 2014 et André Greipel les deux dernières années.Cette étape doit servir la candidature de Paris à l'organisation des Jeux olympiques 2024.