Deuxième étape belge, première pour les sprinters et donc premier chapitre du feuilleton "Tous contre Mark Cavendish". Le public belge regrettera sans doute l'absence de Tom Boonen, qui reste un sprinter même s'il n'a pas le calibre du Britannique, le meilleur spécialiste de sa génération, voire de tous les temps.

Depuis quatre ans, Cavendish remporte au moins quatre étapes du Tour. Il partage actuellement ce record avec Eddy Merckx et dans quelques semaines, nous saurons s'il y a ajouté une cinquième année, ce qui serait unique. Depuis 2008, l'année de ses débuts au Tour, Cavendish a déjà gagné vingt étapes (quatre en 2008, six en 2009, cinq en 2010 et cinq en 2011) plus un maillot vert. Durant ces quatre éditions consécutives, le Britannique n'a perdu que trois sprints plats. En 2011, il a dû laisser la victoire d'un sprint massif à Tyler Farrar et une autre fois à André Greipel. En 2010, c'est Petacchi, plus tout jeune, qui lui a raflé un succès. C'était son premier échec et Cavendish n'a pas dissimulé sa déception.

Seulement, Sky ne mise pas seulement sur Cavendish mais aussi sur Bradley Wiggins et dans une moindre mesure sur Edvald Boasson Hagen. Wiggins affirme que la combinaison est possible puisque les équipes des sprinters doivent constamment rouler en tête, comme celles des spécialistes du classement. C'est exact mais reste à voir si Sky est assez costaude pour lancer un train pour Cavendish tout en soutenant Wiggins dans sa lutte pour le podium, voire le maillot jaune.

Sport/Foot Magazine 'spécial Tour 2012'

Deuxième étape belge, première pour les sprinters et donc premier chapitre du feuilleton "Tous contre Mark Cavendish". Le public belge regrettera sans doute l'absence de Tom Boonen, qui reste un sprinter même s'il n'a pas le calibre du Britannique, le meilleur spécialiste de sa génération, voire de tous les temps. Depuis quatre ans, Cavendish remporte au moins quatre étapes du Tour. Il partage actuellement ce record avec Eddy Merckx et dans quelques semaines, nous saurons s'il y a ajouté une cinquième année, ce qui serait unique. Depuis 2008, l'année de ses débuts au Tour, Cavendish a déjà gagné vingt étapes (quatre en 2008, six en 2009, cinq en 2010 et cinq en 2011) plus un maillot vert. Durant ces quatre éditions consécutives, le Britannique n'a perdu que trois sprints plats. En 2011, il a dû laisser la victoire d'un sprint massif à Tyler Farrar et une autre fois à André Greipel. En 2010, c'est Petacchi, plus tout jeune, qui lui a raflé un succès. C'était son premier échec et Cavendish n'a pas dissimulé sa déception. Seulement, Sky ne mise pas seulement sur Cavendish mais aussi sur Bradley Wiggins et dans une moindre mesure sur Edvald Boasson Hagen. Wiggins affirme que la combinaison est possible puisque les équipes des sprinters doivent constamment rouler en tête, comme celles des spécialistes du classement. C'est exact mais reste à voir si Sky est assez costaude pour lancer un train pour Cavendish tout en soutenant Wiggins dans sa lutte pour le podium, voire le maillot jaune. Sport/Foot Magazine 'spécial Tour 2012'