Eli Iserbyt prendra le départ de deux courses en mountainbike en Turquie, après la clôture de la saison de cyclocross dimanche à Oostmalle. Et pour le Flandrien, ces deux épreuves programmées les 26 et 27 février ne seront pas une façon de rester occupé. Iserbyt caresse en effet le rêve de représenter la Belgique en mountainbike aux prochains Jeux olympiques d'été en 2024 à Paris.

"Je disputerai deux courses en mountainbike les 26 et 27 février à Alanya", annonce-t-il. "Il devrait faire beau en Turquie, ce ne sera donc pas un sacrifice de s'aligner au départ de ces courses. Mais je m'y rends avec des ambitions. Je veux explorer plus avant mes possibilités en mountainbike. Je vois cela comme un défi supplémentaire. Ce n'est pas un sport facile et j'ai besoin d'un tel challenge. Cela me tente. Je suis relativement novice dans cette discipline et je voudrais m'y développer davantage. Et je caresse aussi un rêve olympique. Pourquoi pas déjà à Paris ?"

Deux ans nous séparent des prochains Jeux d'été programmés en 2024. Il ne va donc pas falloir musarder en chemin pour le Belge. "J'en suis bien conscient. J'aimerais vivre des Jeux. Le mountainbike pourrait bien être pour moi la voie pour réaliser ce rêve. En été, mon programme est relativement léger en vue de la saison de cyclocross qui suit".

"Attention, il n'y a encore rien de concret. Je souhaite comparer mon niveau à celui de la coupe du monde MTB, cette année j'en courrai trois. Je voudrais savoir où j'en suis. S'il s'avère que les JO 2024 ne sont pas un objectif tenable, je reverrai mes ambitions. C'est encore tout neuf mais ce rêve olympique est en train de prendre forme. Je sais aussi que Paris 2024 n'est plus très loin mais il y a néanmoins encore suffisamment de temps pour être prêt", estime Eli Iserbyt.

Eli Iserbyt prendra le départ de deux courses en mountainbike en Turquie, après la clôture de la saison de cyclocross dimanche à Oostmalle. Et pour le Flandrien, ces deux épreuves programmées les 26 et 27 février ne seront pas une façon de rester occupé. Iserbyt caresse en effet le rêve de représenter la Belgique en mountainbike aux prochains Jeux olympiques d'été en 2024 à Paris."Je disputerai deux courses en mountainbike les 26 et 27 février à Alanya", annonce-t-il. "Il devrait faire beau en Turquie, ce ne sera donc pas un sacrifice de s'aligner au départ de ces courses. Mais je m'y rends avec des ambitions. Je veux explorer plus avant mes possibilités en mountainbike. Je vois cela comme un défi supplémentaire. Ce n'est pas un sport facile et j'ai besoin d'un tel challenge. Cela me tente. Je suis relativement novice dans cette discipline et je voudrais m'y développer davantage. Et je caresse aussi un rêve olympique. Pourquoi pas déjà à Paris ?"Deux ans nous séparent des prochains Jeux d'été programmés en 2024. Il ne va donc pas falloir musarder en chemin pour le Belge. "J'en suis bien conscient. J'aimerais vivre des Jeux. Le mountainbike pourrait bien être pour moi la voie pour réaliser ce rêve. En été, mon programme est relativement léger en vue de la saison de cyclocross qui suit"."Attention, il n'y a encore rien de concret. Je souhaite comparer mon niveau à celui de la coupe du monde MTB, cette année j'en courrai trois. Je voudrais savoir où j'en suis. S'il s'avère que les JO 2024 ne sont pas un objectif tenable, je reverrai mes ambitions. C'est encore tout neuf mais ce rêve olympique est en train de prendre forme. Je sais aussi que Paris 2024 n'est plus très loin mais il y a néanmoins encore suffisamment de temps pour être prêt", estime Eli Iserbyt.