Dries De Bondt est sorti du groupe des échappés juste avant la dernière ascension du Tiegemberg à 8 km de l'arrivée. Une ascension ardue dans laquelle le coureur de 29 ans n'a pas faibli pour filer vers la plus belle victoire de sa carrière.

Iljo Keisse, 2e et Peter Serry, 3e, complètent le podium assurant les places d'honneur pour Deceuninck-Quick Step.

C'est la 5e victoire de la carrière de Dries De Bondt, la 2e de sa saison après une étape dans l'Etoile de Bessèges début février après deux succès à Halle Ingooigem (2016 et 2019) et au Memorial Rik Van Steenbergen l'an dernier.

Dix-huit coureurs ont fait la course en tête narguant le peloton qui a joué à l'élastique entre une et trois minutes par manque d'entente. Dries De Bondt et Otto Vergaerde (Alpecin-Fenix), Tosh Van der Sande et Jelle Wallays (Lotto Soudal), Pieter Serry et Iljo Keisse (Deceuninck-Quick Step), Nathan Van Hooydonck (CCC), Edward Theuns, Jan Bakelants (Trek-Segafredo), Xandro Meurisse (Circus Wanty Goberg), Lindsay De Vylder et Aaron Van Poucke (Sport Vlaanderen-Baloise), Dimitri Peyskens et Ludovic Robeet (Bingoal-Wallonie Bruxelles), Gianni Marchand et Michael Van Staeyen (Tarteletto-Isorex), Laurens Sweeck (Pauwels Sauzen-Bingoa) et Mathias De Witte (Natura4Ever-Roubaix-Lille Métropole) ont pu aller au bout.

Dries De Bondt succède ainsi à son équipier chez Alpecin-Fenix, Tim Merlier.

"J'ai pris sur moi, j'ai tout donné et ça a fonctionné"

"Ce fut une course très spéciale", a expliqué le nouveau champion de Belgique. "Il y a eu beaucoup d'hésitation au début de course, peu de démarrages. Un gros bloc de 18 coureurs s'est constitué à l'entrée des circuits locaux. Les grandes équipes y étaient représentées. Nous avons tourné sans perdre trop d'énergie parce que le groupe était imposant et, finalement, l'écart s'est maintenu."

De Bondt et son co-équipier Otto Vergaerde se méfiaient du duo de Deceuninck-Quick Step dans le final. "Nous avons choisi de les surveiller de près et c'est ainsi que j'ai pris la route de Serry quand il a attaqué au-dessus du Tiegemberg mais il a chuté dans un virage. Je me suis donc retrouvé seul en tête et l'écart s'est creusé. J'ai pris sur moi, j'ai tout donné et ça a fonctionné".

Dries De Bondt avait été gravement accidenté en octobre 2014 dans une chute au Tour de Vendée, restant plusieurs jours dans le coma. "Tout n'a pas toujours été facile pour moi mais je me suis battu pour revenir, atteindre ce niveau et le conserver. Ce succès à Anzegem, je ne l'ai pas construit seul, des gens m'ont aidé, m'ont donné ma chance".

Dries De Bondt est sorti du groupe des échappés juste avant la dernière ascension du Tiegemberg à 8 km de l'arrivée. Une ascension ardue dans laquelle le coureur de 29 ans n'a pas faibli pour filer vers la plus belle victoire de sa carrière. Iljo Keisse, 2e et Peter Serry, 3e, complètent le podium assurant les places d'honneur pour Deceuninck-Quick Step. C'est la 5e victoire de la carrière de Dries De Bondt, la 2e de sa saison après une étape dans l'Etoile de Bessèges début février après deux succès à Halle Ingooigem (2016 et 2019) et au Memorial Rik Van Steenbergen l'an dernier. Dix-huit coureurs ont fait la course en tête narguant le peloton qui a joué à l'élastique entre une et trois minutes par manque d'entente. Dries De Bondt et Otto Vergaerde (Alpecin-Fenix), Tosh Van der Sande et Jelle Wallays (Lotto Soudal), Pieter Serry et Iljo Keisse (Deceuninck-Quick Step), Nathan Van Hooydonck (CCC), Edward Theuns, Jan Bakelants (Trek-Segafredo), Xandro Meurisse (Circus Wanty Goberg), Lindsay De Vylder et Aaron Van Poucke (Sport Vlaanderen-Baloise), Dimitri Peyskens et Ludovic Robeet (Bingoal-Wallonie Bruxelles), Gianni Marchand et Michael Van Staeyen (Tarteletto-Isorex), Laurens Sweeck (Pauwels Sauzen-Bingoa) et Mathias De Witte (Natura4Ever-Roubaix-Lille Métropole) ont pu aller au bout. Dries De Bondt succède ainsi à son équipier chez Alpecin-Fenix, Tim Merlier. "Ce fut une course très spéciale", a expliqué le nouveau champion de Belgique. "Il y a eu beaucoup d'hésitation au début de course, peu de démarrages. Un gros bloc de 18 coureurs s'est constitué à l'entrée des circuits locaux. Les grandes équipes y étaient représentées. Nous avons tourné sans perdre trop d'énergie parce que le groupe était imposant et, finalement, l'écart s'est maintenu."De Bondt et son co-équipier Otto Vergaerde se méfiaient du duo de Deceuninck-Quick Step dans le final. "Nous avons choisi de les surveiller de près et c'est ainsi que j'ai pris la route de Serry quand il a attaqué au-dessus du Tiegemberg mais il a chuté dans un virage. Je me suis donc retrouvé seul en tête et l'écart s'est creusé. J'ai pris sur moi, j'ai tout donné et ça a fonctionné". Dries De Bondt avait été gravement accidenté en octobre 2014 dans une chute au Tour de Vendée, restant plusieurs jours dans le coma. "Tout n'a pas toujours été facile pour moi mais je me suis battu pour revenir, atteindre ce niveau et le conserver. Ce succès à Anzegem, je ne l'ai pas construit seul, des gens m'ont aidé, m'ont donné ma chance".