Les preuves sont "accablantes et représentent plus de 1000 pages, avec des témoignages sous serment de 26 personnes, dont 15 coureurs ayant eu connaissance des activités de dopage au sein de l'US Postal", a précisé le président de l'USADA, Travis T. Tygart, dans son communiqué.

"Ces documents (...) renforcent les preuves de l'utilisation, la possession et la distribution par Lance Armstrong de produits améliorant la performance, et confirment la triste vérité sur la tricherie mise en place par l'US Postal, une équipe qui a reçu des dizaines de millions de dollars de subventions de la part des contribuables américains", a ajouté M. Tygart.

"Tous ces éléments (...) apportent la preuve indéniable de la conspiration durable et érigée en un système hautement professionnel au sein de l'US Postal", a encore écrit le président de l'USADA en précisant que tous ces documents seraient mis en ligne sur le site internet de l'Agence plus tard dans la journée (www.usada.org).

L'avocat de l'ancien coureur américain avait critiqué par avance, mardi, ce rapport de l'USADA. Armstrong avait été radié à vie fin août du sport de compétition par l'USADA, qui a invalidé tous ses résultats depuis le 1er août 1998, dont ses sept succès dans le Tour de France.

La compétence de l'USADA se limitant au territoire américain, il reviendra juridiquement à la fédération internationale de priver le Texan de ses victoires de 1999 à 2005 dans la Grande Boucle.

Fin septembre, l'UCI s'était impatientée du temps mis par l'Agence antidopage américaine pour lui fournir son dossier.

Selon le rapport de l'agence américaine antidopage (USADA), l'Italien Michele Ferrari, impliqué et condamné dans des affaires de dopage, est une des figures centrales dans l'ascension de Lance Armstrong. Les deux hommes ont collaboré de manière intensive entre 1996 et 2006.

Lance Armstrong a payé pendant cette période plus de un million de dollars le médecin italien.

L'USADA a publié comme preuve les extraits de banque d'un compte en banque suisse appartenant à une société au docteur Ferrari.

Ces données réfutent les allégations d'Armstrong qui déclare avoir cesser ses relations en 2004.

Autre élément à charge des e-mails échangés entre Ferrari, son fils et Armstrong, des échanges qui ont duré après 2004.

L'ancien équipier d'Armstrong George Hincapie a aussi avoué mercredi l'usage de dopage sur son site internet. C'est Armstrong qui l'a présenté au dr. Ferrari. Hincapie et Ferrari ont travaillé ensemble entre 2000 et 2006. Comme George Hincapie, le Canadien Michael Barry (Sky) a lui aussi avoué s'être dopé.

Johan Bruyneel a donné lui-même du dopage aux coureurs

La rapport de l'Agence américaine antidopage (USADA) sur l'affaire de dopage liée à Lance Armstrong, cite également, à de nombreuses reprises, Johan Bruyneel, le directeur sportif belge de l'équipe d'Armstrong.

Selon les témoignages des anciens équipiers d'Armstrong, Bruyneel a lui même donné du dopage aux coureurs. A l'inverse du coureur américain, Bruyneel, 48 ans, entend se défendre devant l'USADA.

Le coureur David Zabriskie a témoigné que c'est Bruyneel qui lui a appris le dopage. "J'étais effrayé des conséquences physiques, mais Bruyneel m'a rassuré. 'L'EPO n'est pas dangereux. Tout le monde le sait'", a déclaré Zabriskie.

Levi Leipheimer, George Hincapie et Christian Vande Velde ont témoigné que Bruyneel était présent lors des transfusions et parfois donnait lui-même le dopage aux coureurs. "Il connaissait les détails concernant les transfusions sanguines juste avant les grands tours. Il savait quand les coureurs devaient prendre l'EPO afin de booster leur flux sanguin après une transfusion."

Tyler Hamilton, Floyd Landis et David Zabriskie ont témoigné qu'aussi bien le docteur Ferrari que Bruyneel conseillaient l'usage de patches de testostérone, car ils étaient pratiquement indécelables. Selon certaines déclarations, Bruyneel aurait aussi eu des contacts afin de savoir quand un contrôle aurait lieu."

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Les preuves sont "accablantes et représentent plus de 1000 pages, avec des témoignages sous serment de 26 personnes, dont 15 coureurs ayant eu connaissance des activités de dopage au sein de l'US Postal", a précisé le président de l'USADA, Travis T. Tygart, dans son communiqué. "Ces documents (...) renforcent les preuves de l'utilisation, la possession et la distribution par Lance Armstrong de produits améliorant la performance, et confirment la triste vérité sur la tricherie mise en place par l'US Postal, une équipe qui a reçu des dizaines de millions de dollars de subventions de la part des contribuables américains", a ajouté M. Tygart. "Tous ces éléments (...) apportent la preuve indéniable de la conspiration durable et érigée en un système hautement professionnel au sein de l'US Postal", a encore écrit le président de l'USADA en précisant que tous ces documents seraient mis en ligne sur le site internet de l'Agence plus tard dans la journée (www.usada.org). L'avocat de l'ancien coureur américain avait critiqué par avance, mardi, ce rapport de l'USADA. Armstrong avait été radié à vie fin août du sport de compétition par l'USADA, qui a invalidé tous ses résultats depuis le 1er août 1998, dont ses sept succès dans le Tour de France. La compétence de l'USADA se limitant au territoire américain, il reviendra juridiquement à la fédération internationale de priver le Texan de ses victoires de 1999 à 2005 dans la Grande Boucle. Fin septembre, l'UCI s'était impatientée du temps mis par l'Agence antidopage américaine pour lui fournir son dossier. Selon le rapport de l'agence américaine antidopage (USADA), l'Italien Michele Ferrari, impliqué et condamné dans des affaires de dopage, est une des figures centrales dans l'ascension de Lance Armstrong. Les deux hommes ont collaboré de manière intensive entre 1996 et 2006. Lance Armstrong a payé pendant cette période plus de un million de dollars le médecin italien. L'USADA a publié comme preuve les extraits de banque d'un compte en banque suisse appartenant à une société au docteur Ferrari. Ces données réfutent les allégations d'Armstrong qui déclare avoir cesser ses relations en 2004. Autre élément à charge des e-mails échangés entre Ferrari, son fils et Armstrong, des échanges qui ont duré après 2004. L'ancien équipier d'Armstrong George Hincapie a aussi avoué mercredi l'usage de dopage sur son site internet. C'est Armstrong qui l'a présenté au dr. Ferrari. Hincapie et Ferrari ont travaillé ensemble entre 2000 et 2006. Comme George Hincapie, le Canadien Michael Barry (Sky) a lui aussi avoué s'être dopé.Johan Bruyneel a donné lui-même du dopage aux coureurs La rapport de l'Agence américaine antidopage (USADA) sur l'affaire de dopage liée à Lance Armstrong, cite également, à de nombreuses reprises, Johan Bruyneel, le directeur sportif belge de l'équipe d'Armstrong. Selon les témoignages des anciens équipiers d'Armstrong, Bruyneel a lui même donné du dopage aux coureurs. A l'inverse du coureur américain, Bruyneel, 48 ans, entend se défendre devant l'USADA. Le coureur David Zabriskie a témoigné que c'est Bruyneel qui lui a appris le dopage. "J'étais effrayé des conséquences physiques, mais Bruyneel m'a rassuré. 'L'EPO n'est pas dangereux. Tout le monde le sait'", a déclaré Zabriskie. Levi Leipheimer, George Hincapie et Christian Vande Velde ont témoigné que Bruyneel était présent lors des transfusions et parfois donnait lui-même le dopage aux coureurs. "Il connaissait les détails concernant les transfusions sanguines juste avant les grands tours. Il savait quand les coureurs devaient prendre l'EPO afin de booster leur flux sanguin après une transfusion." Tyler Hamilton, Floyd Landis et David Zabriskie ont témoigné qu'aussi bien le docteur Ferrari que Bruyneel conseillaient l'usage de patches de testostérone, car ils étaient pratiquement indécelables. Selon certaines déclarations, Bruyneel aurait aussi eu des contacts afin de savoir quand un contrôle aurait lieu." Sportfootmagazine.be, avec Belga