"Monsieur Merckx, vous êtes un grand seigneur", a lancé Christian Prudomme, rendant hommage au "Cannibale", 71 ans, victorieux à cinq reprises du Tour de France dont la première fois le 20 juillet 1969

"C'est une grande fierté pour moi qu'ASO a bien voulu donner à Bruxelles le grand départ du Tour. Mon premier succès dans le Tour de France reste un des plus beaux moments de ma carrière", a confié Eddy Merckx, honoré mardi à l'Hôtel de Ville de Bruxelles.

Le plus grand champion de l'histoire du cyclisme belge avait soulevé l'enthousiasme des foules et rempli de monde la Grand-Place lors de son retour en Belgique. "Je ne me rendais pas vraiment compte de l'engouement, parce que sur le Tour, il fallait rester concentré sur les étapes. Bien sûr, j'avais des échos de ce qui se passait, mais je ne m'attendais pas à cela. Et je ne m'attendais pas à autant de monde sur la Grand-Place. J'en ai toujours la chair de poule. La Belgique a toujours eu de grands champions, mais qui ont souvent terminé deuxième. J'ai eu la chance de gagner et cela reste un grand souvenir pour moi."

Toutes les personnalités présentes mardi à Bruxelles ont honoré Eddy Merckx, que ce soit son ami, Paul Van Himst, toujours présent, les membres de sa famille, la maire de Paris, Anne Hidalgo, le président de la fédération belge de cyclisme, Tom Vandamme, la direction d'ASO, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Yvan Mayeur et Alain Courtois, premier Echevin en charge des Sports, ainsi que Bernard Hinault notamment aussi, vainqueur lui aussi à cinq reprises du Tour de France.

"C'est beaucoup d'émotion", a déclaré le 'Blaireau'. "Notre amitié est de longue date. J'ai toujours voulu l'imiter. J'ai eu envie de gagner aussi le Tour de France. Tout a été dit déjà: 'merci grand seigneur'", a ajouté le Français s'adressant à Eddy Merckx.

Le grand départ à Bruxelles avec deux étapes au menu

L'itinéraire n'a pas été dévoilé par les organisateurs, mais le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur a laissé échapper dans son discours, qu'une partie du tracé de 50km prévu pour le BXL Tour le 25 juin pourrait inspirer un contre-la-montre.

Alain Courtois a ajouté que les rendez-vous allaient se suivre pour déterminer les parcours. "La Grand-Place pourrait jouer son rôle bien sûr, mais pas comme départ officiel, et tout ce qui touche à Eddy Merckx, là où il a par exemple conquis son premier maillot jaune tout près de chez lui à Woluwé-Saint-Pierre, sera vraisemblablement pris en compte. Il y aura un contre-la-montre et une étape en ligne. Dans quel ordre, ce n'est pas encore définitif. Il faut un parcours de 170km avec arrivée et départ de Bruxelles également."

L'équipe Faema avait remporté en 1969 le contre-la-montre par équipes dans la commune de Woluwé-Saint-Pierre, où résidaient les parents d'Eddy Merckx qui avait alors revêtu le premier maillot jaune de sa carrière.

Le budget sera lui de l'ordre de 5 millions d'euros, a précisé Yvan Mayeur qui ne se fait aucun soucis sur le retour de ces investissements dans l'économie bruxelloise. "Il y aura 4.500 personnes à accueillir durant plusieurs jours, les hôtels et l'ensemble du secteur Horeca en profiteront, l'impact sera aussi visible en terme d'emplois et nous essayerons d'impliquer tous les acteurs économiques."

Anne Hidalgo, maire de Paris présente également mardi, a aussi souligné les liens qui unissaient les deux capitales européennes et la même vision partagée, surtout après la blessure des attentats. "Nous voulions trouver des solutions, donner de l'espoir pour une jeunesse cosmopolite qui ne sait pas toujours où elle habite. La culture et le sport peuvent être des moteurs pour fédérer, donner de l'élan et délivrer un message positif pour cette jeunesse".

Alain Courtois a rappelé pour en revenir au budget que les chiffres d'Utrecht, grand départ l'an dernier, affichaient près de 34 millions en retour sur investissement, et qui a mis en oeuvre une candidature bruxelloise, espérant pouvoir attirer, comme aux Pays-Bas, un million de personnes pour ce grand départ du Tour 2019.

"C'était il y a trois ans dans les travées d'Anderlecht", a rappelé le premier Echevin de la Ville de Bruxelles, en charge des Sports. "On s'est demandé comment célébrer la première victoire du Tour de France d'Eddy Mercxk. Je lui en ai parlé, il m'a dit: "Alain, si je vis encore", parce que le challenge était de convaincre les organisateurs de nous octroyer le grand départ en 2019, pas en 2018 pas en 2020."

Ce sera la 23e fois que le Tour s'élancera de l'étranger, la 5e fois depuis la Belgique et la seconde fois depuis Bruxelles après 1958, année de l'exposition universelle. Le départ de l'édition 2017 est prévu en Allemagne, à Düsseldorf, le 1er juillet. Suivra en 2018 un départ depuis la Vendée, avec une première étape partant de l'île de Noirmoutier.

Pour 2019, Bruxelles était en concurrence avec Londres et à nouveau la Vendée, qui a accepté selon Alain Courtois de céder sa place pour 2019.

"Monsieur Merckx, vous êtes un grand seigneur", a lancé Christian Prudomme, rendant hommage au "Cannibale", 71 ans, victorieux à cinq reprises du Tour de France dont la première fois le 20 juillet 1969 "C'est une grande fierté pour moi qu'ASO a bien voulu donner à Bruxelles le grand départ du Tour. Mon premier succès dans le Tour de France reste un des plus beaux moments de ma carrière", a confié Eddy Merckx, honoré mardi à l'Hôtel de Ville de Bruxelles. Le plus grand champion de l'histoire du cyclisme belge avait soulevé l'enthousiasme des foules et rempli de monde la Grand-Place lors de son retour en Belgique. "Je ne me rendais pas vraiment compte de l'engouement, parce que sur le Tour, il fallait rester concentré sur les étapes. Bien sûr, j'avais des échos de ce qui se passait, mais je ne m'attendais pas à cela. Et je ne m'attendais pas à autant de monde sur la Grand-Place. J'en ai toujours la chair de poule. La Belgique a toujours eu de grands champions, mais qui ont souvent terminé deuxième. J'ai eu la chance de gagner et cela reste un grand souvenir pour moi." Toutes les personnalités présentes mardi à Bruxelles ont honoré Eddy Merckx, que ce soit son ami, Paul Van Himst, toujours présent, les membres de sa famille, la maire de Paris, Anne Hidalgo, le président de la fédération belge de cyclisme, Tom Vandamme, la direction d'ASO, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Yvan Mayeur et Alain Courtois, premier Echevin en charge des Sports, ainsi que Bernard Hinault notamment aussi, vainqueur lui aussi à cinq reprises du Tour de France. "C'est beaucoup d'émotion", a déclaré le 'Blaireau'. "Notre amitié est de longue date. J'ai toujours voulu l'imiter. J'ai eu envie de gagner aussi le Tour de France. Tout a été dit déjà: 'merci grand seigneur'", a ajouté le Français s'adressant à Eddy Merckx.Le grand départ à Bruxelles avec deux étapes au menu L'itinéraire n'a pas été dévoilé par les organisateurs, mais le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur a laissé échapper dans son discours, qu'une partie du tracé de 50km prévu pour le BXL Tour le 25 juin pourrait inspirer un contre-la-montre. Alain Courtois a ajouté que les rendez-vous allaient se suivre pour déterminer les parcours. "La Grand-Place pourrait jouer son rôle bien sûr, mais pas comme départ officiel, et tout ce qui touche à Eddy Merckx, là où il a par exemple conquis son premier maillot jaune tout près de chez lui à Woluwé-Saint-Pierre, sera vraisemblablement pris en compte. Il y aura un contre-la-montre et une étape en ligne. Dans quel ordre, ce n'est pas encore définitif. Il faut un parcours de 170km avec arrivée et départ de Bruxelles également." L'équipe Faema avait remporté en 1969 le contre-la-montre par équipes dans la commune de Woluwé-Saint-Pierre, où résidaient les parents d'Eddy Merckx qui avait alors revêtu le premier maillot jaune de sa carrière. Le budget sera lui de l'ordre de 5 millions d'euros, a précisé Yvan Mayeur qui ne se fait aucun soucis sur le retour de ces investissements dans l'économie bruxelloise. "Il y aura 4.500 personnes à accueillir durant plusieurs jours, les hôtels et l'ensemble du secteur Horeca en profiteront, l'impact sera aussi visible en terme d'emplois et nous essayerons d'impliquer tous les acteurs économiques." Anne Hidalgo, maire de Paris présente également mardi, a aussi souligné les liens qui unissaient les deux capitales européennes et la même vision partagée, surtout après la blessure des attentats. "Nous voulions trouver des solutions, donner de l'espoir pour une jeunesse cosmopolite qui ne sait pas toujours où elle habite. La culture et le sport peuvent être des moteurs pour fédérer, donner de l'élan et délivrer un message positif pour cette jeunesse". Alain Courtois a rappelé pour en revenir au budget que les chiffres d'Utrecht, grand départ l'an dernier, affichaient près de 34 millions en retour sur investissement, et qui a mis en oeuvre une candidature bruxelloise, espérant pouvoir attirer, comme aux Pays-Bas, un million de personnes pour ce grand départ du Tour 2019. "C'était il y a trois ans dans les travées d'Anderlecht", a rappelé le premier Echevin de la Ville de Bruxelles, en charge des Sports. "On s'est demandé comment célébrer la première victoire du Tour de France d'Eddy Mercxk. Je lui en ai parlé, il m'a dit: "Alain, si je vis encore", parce que le challenge était de convaincre les organisateurs de nous octroyer le grand départ en 2019, pas en 2018 pas en 2020." Ce sera la 23e fois que le Tour s'élancera de l'étranger, la 5e fois depuis la Belgique et la seconde fois depuis Bruxelles après 1958, année de l'exposition universelle. Le départ de l'édition 2017 est prévu en Allemagne, à Düsseldorf, le 1er juillet. Suivra en 2018 un départ depuis la Vendée, avec une première étape partant de l'île de Noirmoutier. Pour 2019, Bruxelles était en concurrence avec Londres et à nouveau la Vendée, qui a accepté selon Alain Courtois de céder sa place pour 2019.