Né à Amiens en 1973, Philippe Gaumont avait couru pour les équipes Castorama (de 1994 à 1995), GAN (1996) et Cofidis (de 1997 à 2003). Sa plus belle victoire avait été Gand-Wevelgem en 1997, une épreuve qu'il est le dernier français à avoir remportée. À son palmarès, "la Gomme", comme il était surnommé, compte aussi les Quatre Jours de Dunkerque (en 1996), le Tour de l'Oise (en 1996) et une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 lors du contre-la-montre par équipes.

Il avait été impliqué dans plusieurs affaires de dopage. Il a été contrôlé positif en 1996 et 1998 et, en 1999, un contrôle sanguin a révélé des traces d'amphétamines. Il a surtout été au centre de l'affaire Cofidis, où il était passé aux aveux en 2004.

L'année suivante il publiait "Prisonnier du dopage", y décrivant en détail la pratique et l'organisation du dopage dans le milieu du cyclisme. Et son arrestation à Orly sous les regards de son épouse Elise, après avoir été dénoncé par son coéquipier Robert Sassone.

Père de trois enfants, Philippe Gaumont, installé à Lens depuis deux ans.

Né à Amiens en 1973, Philippe Gaumont avait couru pour les équipes Castorama (de 1994 à 1995), GAN (1996) et Cofidis (de 1997 à 2003). Sa plus belle victoire avait été Gand-Wevelgem en 1997, une épreuve qu'il est le dernier français à avoir remportée. À son palmarès, "la Gomme", comme il était surnommé, compte aussi les Quatre Jours de Dunkerque (en 1996), le Tour de l'Oise (en 1996) et une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 lors du contre-la-montre par équipes. Il avait été impliqué dans plusieurs affaires de dopage. Il a été contrôlé positif en 1996 et 1998 et, en 1999, un contrôle sanguin a révélé des traces d'amphétamines. Il a surtout été au centre de l'affaire Cofidis, où il était passé aux aveux en 2004. L'année suivante il publiait "Prisonnier du dopage", y décrivant en détail la pratique et l'organisation du dopage dans le milieu du cyclisme. Et son arrestation à Orly sous les regards de son épouse Elise, après avoir été dénoncé par son coéquipier Robert Sassone. Père de trois enfants, Philippe Gaumont, installé à Lens depuis deux ans.