Champion de Belgique en 2019 à Kruibeke, Toon Aerts est encore monté deux fois sur le podium, avec une deuxième et une troisième place. Ce sera à nouveau son objectif dimanche à Middelkerke. "Wout est le grand favori dimanche. Mais la lutte pour la deuxième place est ouverte", a résumé le coureur de Baloise Trek Lions.

Vainqueur de l'Urban Cross à Courtrai et de la manche de Coupe du monde à Zonhoven, Aerts a également collectionné les places d'honneur. Le coureur ne compte pas reconnaître le parcours jeudi. "C'est trop loin de la maison", a-t-il souri. "Je préfère conserver ma préparation habituelle en vue d'un cross. C'est déjà une période dure, je trouve qu'un jour de repos avant le National est plus important qu'un déplacement si lointain."

TROISIEME A HERENTALS MERCREDI

Lors de ses dernières sorties, Aerts a fini cinquième en Coupe du monde à Hulst (Pays-Bas), après une course-poursuite, et troisième à Herentals, pour le trophée X2O dont il est le leader du général, engrangeant de la confiance.

A Herentals, Aerts a été devancé par Wout van Aert, à nouveau intouchable, et le Britannique Tom Pidcock. "Wout est le grand favori dimanche, tu ne peux pas le nier. Nous roulerons probablement derrière lui pour la deuxième place. Mais si cela ne se passe pas comme ça, cela peut vite arriver comme à Hulst (Van Aert avait connu un ennui mécanique dès le premier tour, ndlr), alors je veux être le premier en mesure de saisir ma chance. Si cela n'arrive pas, l'argent est toujours une belle médaille." Aerts ne connait pas le parcours à Middelkerke. "Il s'agit d'un parcours sur du sable, mais pas d'un cross typique sur du sable, m'ont dit différentes personnes. Je n'en ai pas peur. Par le passé, j'ai déjà prouvé que je pouvais me débrouiller dans le sable. Depuis le championnat de Belgique à Coxyde (quatrième en 2018, ndlr), je n'ai fait que m'améliorer et j'ai gagné deux fois à Zonhoven. Je n'ai pas du tout peur du sable." Sa tactique est simple : "Je vais essayer d'accompagner Wout aussi longtemps que possible, sans forcer. De cette manière, je peux prendre du temps. Si tu peux suivre Wout pendant un moment, tu auras déjà accumulé toutes ces secondes par rapport à tes rivaux."

Toon Aerts aura paradoxalement plus de chances d'obtenir la plus belle des places sur le parcours de Fayetteville qui convient aux coureurs puissants dans son genre. Avec les forfaits de Mathieu van der Poel et de Wout Van Aert, la lutte à l'arc-en-ciel s'annonce plutôt ouverte dans l'Arkansas. Même si Pidcock a semblé s'affirmer comme le coureur le plus régulier derrière WVA, le Britannique devrait cependant trouver un circuit moins taillé pour ses qualités aux Etats-Unis. S'il s'en était finalement bien sorti à Herentals en prenant la deuxième place sur un parcours qu'il n'affectionne pas beaucoup plus, Pidcock n'est pas tellement au-dessus de la mêlé comme les montrent les faibles écarts le séparant de ses plus proches poursuivants, Eli Iserbyt (tant à Rucphen qu'à Baal et à Hulst) et Toon Aerts (à Herentals). Les Michael Vanthourenhout, Lars van der Haar (le champion d'Europe), Quinten Hermans, Laurens Sweeck ou Corné Van Kessel semblent un petit ton en-dessous. Mais dans une course sans patron capable d'imposer un rythme effrené comme en sont capables les van der Poel et surtout Van Aert cette saison, la tactique jouera peut-être un plus grand rôle que d'habitude.

Champion de Belgique en 2019 à Kruibeke, Toon Aerts est encore monté deux fois sur le podium, avec une deuxième et une troisième place. Ce sera à nouveau son objectif dimanche à Middelkerke. "Wout est le grand favori dimanche. Mais la lutte pour la deuxième place est ouverte", a résumé le coureur de Baloise Trek Lions. Vainqueur de l'Urban Cross à Courtrai et de la manche de Coupe du monde à Zonhoven, Aerts a également collectionné les places d'honneur. Le coureur ne compte pas reconnaître le parcours jeudi. "C'est trop loin de la maison", a-t-il souri. "Je préfère conserver ma préparation habituelle en vue d'un cross. C'est déjà une période dure, je trouve qu'un jour de repos avant le National est plus important qu'un déplacement si lointain." Lors de ses dernières sorties, Aerts a fini cinquième en Coupe du monde à Hulst (Pays-Bas), après une course-poursuite, et troisième à Herentals, pour le trophée X2O dont il est le leader du général, engrangeant de la confiance. A Herentals, Aerts a été devancé par Wout van Aert, à nouveau intouchable, et le Britannique Tom Pidcock. "Wout est le grand favori dimanche, tu ne peux pas le nier. Nous roulerons probablement derrière lui pour la deuxième place. Mais si cela ne se passe pas comme ça, cela peut vite arriver comme à Hulst (Van Aert avait connu un ennui mécanique dès le premier tour, ndlr), alors je veux être le premier en mesure de saisir ma chance. Si cela n'arrive pas, l'argent est toujours une belle médaille." Aerts ne connait pas le parcours à Middelkerke. "Il s'agit d'un parcours sur du sable, mais pas d'un cross typique sur du sable, m'ont dit différentes personnes. Je n'en ai pas peur. Par le passé, j'ai déjà prouvé que je pouvais me débrouiller dans le sable. Depuis le championnat de Belgique à Coxyde (quatrième en 2018, ndlr), je n'ai fait que m'améliorer et j'ai gagné deux fois à Zonhoven. Je n'ai pas du tout peur du sable." Sa tactique est simple : "Je vais essayer d'accompagner Wout aussi longtemps que possible, sans forcer. De cette manière, je peux prendre du temps. Si tu peux suivre Wout pendant un moment, tu auras déjà accumulé toutes ces secondes par rapport à tes rivaux."Toon Aerts aura paradoxalement plus de chances d'obtenir la plus belle des places sur le parcours de Fayetteville qui convient aux coureurs puissants dans son genre. Avec les forfaits de Mathieu van der Poel et de Wout Van Aert, la lutte à l'arc-en-ciel s'annonce plutôt ouverte dans l'Arkansas. Même si Pidcock a semblé s'affirmer comme le coureur le plus régulier derrière WVA, le Britannique devrait cependant trouver un circuit moins taillé pour ses qualités aux Etats-Unis. S'il s'en était finalement bien sorti à Herentals en prenant la deuxième place sur un parcours qu'il n'affectionne pas beaucoup plus, Pidcock n'est pas tellement au-dessus de la mêlé comme les montrent les faibles écarts le séparant de ses plus proches poursuivants, Eli Iserbyt (tant à Rucphen qu'à Baal et à Hulst) et Toon Aerts (à Herentals). Les Michael Vanthourenhout, Lars van der Haar (le champion d'Europe), Quinten Hermans, Laurens Sweeck ou Corné Van Kessel semblent un petit ton en-dessous. Mais dans une course sans patron capable d'imposer un rythme effrené comme en sont capables les van der Poel et surtout Van Aert cette saison, la tactique jouera peut-être un plus grand rôle que d'habitude.