Dans cet exercice Tom Van Asbroeck, 22 ans qui court pour l'équipe Topsport Vlaanderen-Mercator, a pris la 3e place. Il n'a été devancé que par le Kazak Alexey Lutsenko, sacré champion du monde à 20 ans, et le Français Bryan Coquard, 20 lui aussi, déjà 2e dans l'épreuve de l'omnium sur piste aux récents Jeux Olympiques de Londres.

La course a été fermée. Si les bosses du circuit ont donné régulièrement lieu à des attaques, des ralentissements les suivirent.

Jasper Stuyven et Kenneth Vanbilsen furent notamment présents lorsqu'une accélération se produisit, après 9 des 11 tours du parcours, et isola 8 coureurs. En compagnie de l'Italien Fedi, de l'Autrichien Postlberger, du Russe, champion du monde de contre-la-montre, Vorobyev, de l'Argentin Sepulveda et du Polonais Bernas, ils comptaient un peu moins de 20 secondes d'avance au moment d'aborder le dernier tour. Le peloton réussit la jonction et c'est groupé que l'ultime passage du Cauberg fut abordé.

Aucune décision ne s'y produisit. Jasper Stuyven lança le sprint en faveur de Kenneth Vanbilsen qui fut assez rapidement débordé. Tom Van Asbroeck effectua alors son effort mais le Lutsenko s'était déjà détaché et Coquard réussit à le devancer de peu sur la ligne. Kenneth Vanbilsen a terminé 8e.

Tom Van Asbroeck : "Dommage, j'aurais pu gagner"

"Déçu et content", plaisantait Tom Van Asbroeck. "Déçu, parce que j'aurais pu gagner. Si je n'avais pas perdu la roue de Jasper Stuyven et Kenneth Vanbilsen dans le sprint je n'aurais pas été loin. C'est la course. Ces choses arrivent et il faut se réjouir d'une belle 3e place au championnat du monde. Ce n'est pas si mal pour un coureur qui n'était qu'un coureur de kermesse lorsqu'il courait chez Van der Vurst Cycling Team et qui recevait ici et là une invitation aux classiques réservées aux espoirs."

"Après ma victoire l'an dernier au circuit Het Nieuwsblad, j'ai pu signer mon contrat pro chez Topsport Vlaanderen-Mercator grâce à Walter Planckaert. Grâce à ma vitesse, j'ai gagné deux course cette année. La Beverbeek Classic en ouverture de la saison et le 11 juillet le GP de la Ville de Geel."

"Lors du briefing d'avant-course, le coach (Jean-Pierre Dubois) m'avait dit de me cacher dans le peloton afin de préserver mes forces. Et si on arrivait au sprint, les autres devaient m'emmener. Cela s'est déroulé parfaitement, jusqu'à cette petite faute. Mais une 3e place au championnat du monde ne se méprise pas."

Jean-Pierre Dubois : "Super prix de consolation"

"Dommage la malchance de Dieter Bouvry (chute) et de Zico Waeytens (crevaison dans la finale), mais nous avons néanmoins livré une belle performance d'équipe" a analysé Jean-Pierre Dubois, le coach fédéral, à l'issue du Mondial espoirs samedi à Valkenburg.

"Avec la médaille de bronze, on a réalisé la moitié de notre objectif. C'est un super prix de consolation. Nous étions venus quand même pour gagner. Nous avons tout fait afin d'y parvenir. Jasper (Stuyven) était notre leader. Il a essayé de s'échapper sans y parvenir. Il a alors compris qu'il devait emmener le sprint de Vanbilsen et Van Asbroeck. Il n'était pas prévu de former un train mais ils ont quand même essayé. Malheureusement, Tom a perdu la roue de Kenneth. La consolation est que j'ai vu une super course par équipes ce qui n'est pas évident avec une équipe de seulement six coureurs."

"Cette course fermée peut être une leçon en vue de celle de dimanche. J'espère que les pros ont regardé la course et qu'avec les Espagnols ils seront prêts à rendre la course difficile dès le début. Sans cela ce sera aussi un sprint massif à l'arrivée. Mais avec 100 km de plus et neuf coureurs par équipes, il doit être possible de l'éviter."

Sportfootmagzine.be, avec Belga

Dans cet exercice Tom Van Asbroeck, 22 ans qui court pour l'équipe Topsport Vlaanderen-Mercator, a pris la 3e place. Il n'a été devancé que par le Kazak Alexey Lutsenko, sacré champion du monde à 20 ans, et le Français Bryan Coquard, 20 lui aussi, déjà 2e dans l'épreuve de l'omnium sur piste aux récents Jeux Olympiques de Londres. La course a été fermée. Si les bosses du circuit ont donné régulièrement lieu à des attaques, des ralentissements les suivirent. Jasper Stuyven et Kenneth Vanbilsen furent notamment présents lorsqu'une accélération se produisit, après 9 des 11 tours du parcours, et isola 8 coureurs. En compagnie de l'Italien Fedi, de l'Autrichien Postlberger, du Russe, champion du monde de contre-la-montre, Vorobyev, de l'Argentin Sepulveda et du Polonais Bernas, ils comptaient un peu moins de 20 secondes d'avance au moment d'aborder le dernier tour. Le peloton réussit la jonction et c'est groupé que l'ultime passage du Cauberg fut abordé. Aucune décision ne s'y produisit. Jasper Stuyven lança le sprint en faveur de Kenneth Vanbilsen qui fut assez rapidement débordé. Tom Van Asbroeck effectua alors son effort mais le Lutsenko s'était déjà détaché et Coquard réussit à le devancer de peu sur la ligne. Kenneth Vanbilsen a terminé 8e. Tom Van Asbroeck : "Dommage, j'aurais pu gagner" "Déçu et content", plaisantait Tom Van Asbroeck. "Déçu, parce que j'aurais pu gagner. Si je n'avais pas perdu la roue de Jasper Stuyven et Kenneth Vanbilsen dans le sprint je n'aurais pas été loin. C'est la course. Ces choses arrivent et il faut se réjouir d'une belle 3e place au championnat du monde. Ce n'est pas si mal pour un coureur qui n'était qu'un coureur de kermesse lorsqu'il courait chez Van der Vurst Cycling Team et qui recevait ici et là une invitation aux classiques réservées aux espoirs." "Après ma victoire l'an dernier au circuit Het Nieuwsblad, j'ai pu signer mon contrat pro chez Topsport Vlaanderen-Mercator grâce à Walter Planckaert. Grâce à ma vitesse, j'ai gagné deux course cette année. La Beverbeek Classic en ouverture de la saison et le 11 juillet le GP de la Ville de Geel." "Lors du briefing d'avant-course, le coach (Jean-Pierre Dubois) m'avait dit de me cacher dans le peloton afin de préserver mes forces. Et si on arrivait au sprint, les autres devaient m'emmener. Cela s'est déroulé parfaitement, jusqu'à cette petite faute. Mais une 3e place au championnat du monde ne se méprise pas." Jean-Pierre Dubois : "Super prix de consolation" "Dommage la malchance de Dieter Bouvry (chute) et de Zico Waeytens (crevaison dans la finale), mais nous avons néanmoins livré une belle performance d'équipe" a analysé Jean-Pierre Dubois, le coach fédéral, à l'issue du Mondial espoirs samedi à Valkenburg. "Avec la médaille de bronze, on a réalisé la moitié de notre objectif. C'est un super prix de consolation. Nous étions venus quand même pour gagner. Nous avons tout fait afin d'y parvenir. Jasper (Stuyven) était notre leader. Il a essayé de s'échapper sans y parvenir. Il a alors compris qu'il devait emmener le sprint de Vanbilsen et Van Asbroeck. Il n'était pas prévu de former un train mais ils ont quand même essayé. Malheureusement, Tom a perdu la roue de Kenneth. La consolation est que j'ai vu une super course par équipes ce qui n'est pas évident avec une équipe de seulement six coureurs." "Cette course fermée peut être une leçon en vue de celle de dimanche. J'espère que les pros ont regardé la course et qu'avec les Espagnols ils seront prêts à rendre la course difficile dès le début. Sans cela ce sera aussi un sprint massif à l'arrivée. Mais avec 100 km de plus et neuf coureurs par équipes, il doit être possible de l'éviter." Sportfootmagzine.be, avec Belga