A 36 ans, Porte est parvenu à accrocher le Dauphiné à un palmarès très consistant dans les courses d'une semaine (Paris-Nice, Tour de Catalogne, Tour de Romandie, Tour de Suisse). Quatre ans après avoir dû laisser échapper la victoire le dernier jour de l'édition 2017, quand il avait été attaqué par son ancienne équipe Sky, devenue aujourd'hui Ineos, et notamment Chris Froome avec lequel il s'entraînait régulièrement.

De retour cette année dans la formation la plus riche du peloton (battue lors des deux précédentes éditions du Dauphiné), Porte a bénéficié de sa force collective. Dans Joux-Plane, le dernier col, il a laissé les Britanniques Tao Geoghegan Hart et Geraint Thomas imposer le rythme pour décourager les rares attaques (Lopez, Haig).

Seule frayeur, la chute de Thomas dans la descente, à moins de 10 kilomètres de l'arrivée, l'a laissé esseulé dans le groupe des favoris. Pendant de longues minutes, il a dû lui-même riposter aux démarrages (I. Izagirre, Haig, Lutsenko) avant que le retour du vainqueur du Tour de France 2018 le réinstalle en situation plus confortable.

"J'ai terminé deux fois 2e du classement général (2013 et 2017), j'ai aussi perdu le titre dans les derniers kilomètres en 2017... alors finalement gagner ici... je suis sur un nuage", a réagi Porte, qui a fait résonner l'hymne australien pour la deuxième fois dans l'histoire de l'épreuve. Trente-six ans après Phil Anderson qui avait gagné en 1985, l'année de naissance de Porte devenu le vainqueur le plus âgé au palmarès.

- Un miracle nommé Padun -

Entouré sur le podium par le Kazakh Alexey Lutsenko (2e à 17 sec) et par Geraint Thomas (3e à 29 sec), il a apprécié pleinement son bonheur du jour. Sans en tirer d'enseignements pour le Tour de France (26 juin au 18 juillet), qu'il a terminé à la troisième place l'année dernière: "Je ne me fais pas d'illusions sur mon rôle pendant le prochain Tour."

Pour sa part, Padun, 24 ans, a gagné une nouvelle fois au lendemain de sa montée victorieuse de La Plagne. L'Ukrainien s'est envolé, façon grimpeur ailé, dès les premières pentes de Joux-Plane, un col hors catégorie de 11,6 kilomètres à 8,5 % de pente moyenne.

Padun, qui a conquis le maillot à pois de la montagne, a ridiculisé l'opposition, dans la dynamique de l'équipe Bahrain en pleine euphorie après son Giro (2e place pour Damiano Caruso): une étape, trois deuxièmes places et le maillot vert pour l'Italien Sonny Colbrelli, 5e place finale pour l'Australien Jack Haig.

Présent dans l'échappée-fleuve partie dès le début de l'étape, l'Ukrainien, infatigable, a escaladé Joux-Plane plus vite que les favoris censés être les meilleurs grimpeurs du lot, dans un nouveau chamboulement des valeurs.

"C'est quelque chose d'incroyable !", a déclaré avec justesse l'Ukrainien. De caractère très extraverti, il a souri à la caméra TV bien avant la ligne et a remercié ensuite Jésus-Christ: "J'étais en état de grâce !".

jm/clv

© Agence France-Presse

A 36 ans, Porte est parvenu à accrocher le Dauphiné à un palmarès très consistant dans les courses d'une semaine (Paris-Nice, Tour de Catalogne, Tour de Romandie, Tour de Suisse). Quatre ans après avoir dû laisser échapper la victoire le dernier jour de l'édition 2017, quand il avait été attaqué par son ancienne équipe Sky, devenue aujourd'hui Ineos, et notamment Chris Froome avec lequel il s'entraînait régulièrement.De retour cette année dans la formation la plus riche du peloton (battue lors des deux précédentes éditions du Dauphiné), Porte a bénéficié de sa force collective. Dans Joux-Plane, le dernier col, il a laissé les Britanniques Tao Geoghegan Hart et Geraint Thomas imposer le rythme pour décourager les rares attaques (Lopez, Haig).Seule frayeur, la chute de Thomas dans la descente, à moins de 10 kilomètres de l'arrivée, l'a laissé esseulé dans le groupe des favoris. Pendant de longues minutes, il a dû lui-même riposter aux démarrages (I. Izagirre, Haig, Lutsenko) avant que le retour du vainqueur du Tour de France 2018 le réinstalle en situation plus confortable."J'ai terminé deux fois 2e du classement général (2013 et 2017), j'ai aussi perdu le titre dans les derniers kilomètres en 2017... alors finalement gagner ici... je suis sur un nuage", a réagi Porte, qui a fait résonner l'hymne australien pour la deuxième fois dans l'histoire de l'épreuve. Trente-six ans après Phil Anderson qui avait gagné en 1985, l'année de naissance de Porte devenu le vainqueur le plus âgé au palmarès.- Un miracle nommé Padun -Entouré sur le podium par le Kazakh Alexey Lutsenko (2e à 17 sec) et par Geraint Thomas (3e à 29 sec), il a apprécié pleinement son bonheur du jour. Sans en tirer d'enseignements pour le Tour de France (26 juin au 18 juillet), qu'il a terminé à la troisième place l'année dernière: "Je ne me fais pas d'illusions sur mon rôle pendant le prochain Tour."Pour sa part, Padun, 24 ans, a gagné une nouvelle fois au lendemain de sa montée victorieuse de La Plagne. L'Ukrainien s'est envolé, façon grimpeur ailé, dès les premières pentes de Joux-Plane, un col hors catégorie de 11,6 kilomètres à 8,5 % de pente moyenne.Padun, qui a conquis le maillot à pois de la montagne, a ridiculisé l'opposition, dans la dynamique de l'équipe Bahrain en pleine euphorie après son Giro (2e place pour Damiano Caruso): une étape, trois deuxièmes places et le maillot vert pour l'Italien Sonny Colbrelli, 5e place finale pour l'Australien Jack Haig.Présent dans l'échappée-fleuve partie dès le début de l'étape, l'Ukrainien, infatigable, a escaladé Joux-Plane plus vite que les favoris censés être les meilleurs grimpeurs du lot, dans un nouveau chamboulement des valeurs."C'est quelque chose d'incroyable !", a déclaré avec justesse l'Ukrainien. De caractère très extraverti, il a souri à la caméra TV bien avant la ligne et a remercié ensuite Jésus-Christ: "J'étais en état de grâce !".jm/clv© Agence France-Presse