"Nous souhaitons que l'enquête soit faite et qu'elle ne dure pas des mois et des mois, afin d'avoir une réponse au plus tôt dans la saison de la part de l'Union cycliste internationale (UCI)", a-t-il ajouté.

Prudhomme a ensuite abordé le salbutamol, produit retrouvé dans le contrôle anormal de Froome. "Il n'est pas interdit mais c'est bien la dose qui compte. Il semble que celle trouvée soit le double de la dose autorisée."

"On retombe dans les raccourcis 'cyclisme équivaut à dopage', ce que je peux comprendre alors que nous luttons, nous et l'UCI. Il faut que cette réponse arrive le plus vite possible", a ponctué le Français de 57 ans.

Froome, quadruple vainqueur du Tour de France, a subi un contrôle antidopage qui a révélé une concentration de salbutamol, un médicament contre l'asthme, deux fois supérieure au seuil autorisé, lors de sa victoire sur le Tour d'Espagne en septembre.

L'UCI a ouvert une procédure contre lui, mais il n'est pas soumis pour le moment à "une suspension provisoire obligatoire" en raison de la nature de la substance incriminée