A 36 ans, Paolini, qui avait fini 12e de la même épreuve l'an dernier, remporte la 19e victoire de sa carrière, la première depuis la Copa Bernocchi en 2009. Quatrième italien à s'imposer dans cette épreuve, il succède au palmarès à Sep Vanmarcke.

La 3e place est revenue au sprint à Sven Vandousselaere à environ 1:10. Le Britannique Geraint Thomas (Sky)a fini 4e et Greg Van Avermaet (BMC) 5e.

Paolini : "Vandenbergh était le plus fort, moi le plus rapide"

"C'est un très beau succès. Je veux remercier mon équipe parce que j'ai pu préparer ce genre de course avec le soin nécessaire", a expliqué Paolini. "J'ai terminé ici 4e il y a trois ans et l'an dernier j'ai animé la course, mais j'ai dû laisser la victoire à un autre. Aujourd'hui, cela a réussi. Stijn Vandenbergh était peut-être le plus fort en course aujourd'hui. Moi, j'étais le plus rapide des deux. Mais j'ai eu peur qu'il attaque dans le dernier secteur de pavés. Mais il n'y avait pas tellement de punch dans son accélération et j'ai pu rester avec lui. Je suis parti à 300 mètres de l'arrivée et j'ai senti très vite que j'allais remporter cette belle course."

"Serais-je favori pour le Tour des Flandres ? Peut-être que oui, peut-être que non. J'étais déjà bon ces dernières années. Je suis déjà monté sur le podium de "la plus belle des Flandres" et ce serait superbe de le refaire en 2013", a conclu le vainqueur du jour.

Van Avermaet : "Une chance de manquée"

Pointé comme l'un des favoris, Greg Van Avermaet (BMC) a finalement dû se contenter de la 5e place, loin des deux échappés Luca Paolini et Stijn Vandenbergh. "Je vois mon résultat comme une chance de manquée", a-t-il reconnu. "Stijn Vandenbergh et Luca Paolini sont partis sur la Lippenhovestraat. Je n'étais pas alors bien placé et voulais avancer car je sentais que le danger se rapprochait. Je n'ai pas comblé l'écart avec l'homme devant moi et les deux ont pu créer un trou. A un moment, ils avaient une avance d'une demi-minute et je savais déjà qu'il serait difficile de les reprendre. J'avais une bonne sensation aujourd'hui, c'est pourquoi j'ai accéléré dans le Molenberg afin de diminuer l taille de notre groupe. Soudain ce fut le noir devant les yeux. Je pense que j'ai manqué de sucre et j'ai dû prendre quelque chose. Et alors est arrivé le démarrage de Vandenbergh et Paolini auquel je n'ai pas pu répondre. J'ai bien débuté la saison. La 5e place est la confirmation de ma forme. Bien sûr, j'aurais préféré être plus près mais ce ne fut pas possible."

A 36 ans, Paolini, qui avait fini 12e de la même épreuve l'an dernier, remporte la 19e victoire de sa carrière, la première depuis la Copa Bernocchi en 2009. Quatrième italien à s'imposer dans cette épreuve, il succède au palmarès à Sep Vanmarcke. La 3e place est revenue au sprint à Sven Vandousselaere à environ 1:10. Le Britannique Geraint Thomas (Sky)a fini 4e et Greg Van Avermaet (BMC) 5e. Paolini : "Vandenbergh était le plus fort, moi le plus rapide" "C'est un très beau succès. Je veux remercier mon équipe parce que j'ai pu préparer ce genre de course avec le soin nécessaire", a expliqué Paolini. "J'ai terminé ici 4e il y a trois ans et l'an dernier j'ai animé la course, mais j'ai dû laisser la victoire à un autre. Aujourd'hui, cela a réussi. Stijn Vandenbergh était peut-être le plus fort en course aujourd'hui. Moi, j'étais le plus rapide des deux. Mais j'ai eu peur qu'il attaque dans le dernier secteur de pavés. Mais il n'y avait pas tellement de punch dans son accélération et j'ai pu rester avec lui. Je suis parti à 300 mètres de l'arrivée et j'ai senti très vite que j'allais remporter cette belle course." "Serais-je favori pour le Tour des Flandres ? Peut-être que oui, peut-être que non. J'étais déjà bon ces dernières années. Je suis déjà monté sur le podium de "la plus belle des Flandres" et ce serait superbe de le refaire en 2013", a conclu le vainqueur du jour. Van Avermaet : "Une chance de manquée" Pointé comme l'un des favoris, Greg Van Avermaet (BMC) a finalement dû se contenter de la 5e place, loin des deux échappés Luca Paolini et Stijn Vandenbergh. "Je vois mon résultat comme une chance de manquée", a-t-il reconnu. "Stijn Vandenbergh et Luca Paolini sont partis sur la Lippenhovestraat. Je n'étais pas alors bien placé et voulais avancer car je sentais que le danger se rapprochait. Je n'ai pas comblé l'écart avec l'homme devant moi et les deux ont pu créer un trou. A un moment, ils avaient une avance d'une demi-minute et je savais déjà qu'il serait difficile de les reprendre. J'avais une bonne sensation aujourd'hui, c'est pourquoi j'ai accéléré dans le Molenberg afin de diminuer l taille de notre groupe. Soudain ce fut le noir devant les yeux. Je pense que j'ai manqué de sucre et j'ai dû prendre quelque chose. Et alors est arrivé le démarrage de Vandenbergh et Paolini auquel je n'ai pas pu répondre. J'ai bien débuté la saison. La 5e place est la confirmation de ma forme. Bien sûr, j'aurais préféré être plus près mais ce ne fut pas possible."