Reverra-t-on un jour Egan Bernal à son meilleur niveau sur un vélo ? Nous nous posions déjà cette question le lendemain du terrible accident dont il fut victime ce lundi après avoir pris un bus de plein fouet alors qu'il effectuait une sortie d'entraînement en compagnie de ses coéquipiers Richard Carapaz, Omar Fraile, Brandon Rivera, Daniel Martinez et Andrey Amador.

Un des spécialistes de la clinique où est hospitalisé Egan Bernal se montrait positif en estimant à 4 ou 5 mois le temps qu'il faudrait au vainqueur du dernier Giro pour se remettre de ses fractures au fémur et à la rotule. Le site français"vidéos de cyclisme" a demandé l'avis du Docteur Ripoll et celui-ci a émis un avis plus négatif. Dans l'un de nos articles, nous avions aussi évoqué les cas de Joseba Beloki et surtout de Chris Froome, encore plus proche de Bernal au niveau des blessures, et leur incapacité à revenir au plus haut niveau. Le médecin pense qu'il faudra entre 18 et 24 mois pour qu'Egan Bernal termine complètement sa rééduction.

"La première conclusion que nous pouvons tirer est qu'il ne s'agit pas d'une blessure qui peut être traitée comme une blessure sportive. Elle est beaucoup plus importante. Elle relève des accidents de la route. Elle affecte des éléments fondamentaux du système musculo-squelettique du cycliste. Fémur, rotule... Il a plusieurs fractures à la colonne vertébrale. D'après ce que nous lisons dans le rapport, il n'y a pas de dommage neurologique, bien qu'ils soient prudents comme il est normal dans ces cas.", explique le Docteur Ripoll. "Ce sera un travail acharné pour qu'il revienne au haut niveau. Non seulement pour le sport mais aussi sa vue normale. Les sportifs sont moulés dans un alliage spécial et rien n'est à l'exclure, mais vu la gravité des blessures, le processus sera très long", poursuit le médecin.

Egan Bernal sera-t-il donc seulement de retour au mieux lors du Tour 2023, au pire pour la saison 2024 ? "Ce délai de 18-24 mois me semble un délai raisonnable. Pour revenir au top niveau qu'il avait, ce ne sera pas facile même s'il faut toujours rester optimiste . Il pourrait revenir, mais je pense que ce sera difficile pour lui de pouvoir se battre sur les Grands Tours comme avant.", poursuit le Docteur Ripoll qui insiste aussi sur la blessure au dos du premier vainqueur Colombien. Un dos qui l'a souvent fait souffrir par le passé, l'a contraint à abandonner le Tour en 2020 et à ne plus courir jusqu'au début de la saison 2021.

"Il a subi une importante intervention chirurgicale au niveau dus dos. C'est ce qui peut le limiter le plus pour le retour dans la grande compétition. J'insiste vraiment sur le fait qu'on est pas face à une blessure sportive, c'est à un autre niveau."

On espère cependant qu'Egan Bernal pourra réussir à retrouver son meilleur niveau car Tadej Pogacar, qui a envoyé un message d'encouragement au Colombien, mérite un adversaire à mesure de son talent. Mais le plus important reste que le jeune homme qui venait de fêter son quart de siècle puisse retrouver une vie normale. Le cyclisme passera toujours au second plan.

ON EN SAIT UN PEU PLUS SUR LES CIRCONSTANCES DE L'ACCIDENT, UNE ENQUÊTE EST OUVERTE

Le colonel Juan Carlos Castro, sous-directeur du département circulation de la police national colombienne, a donné plus de détails sur les circonstances de l'accident :"Egan Bernal était dans une position aérodynamique avec son corps appuyé sur le guidon et avec la tête baissée. Il était déjà sur le chemin du retour et l'accident s'est produit."Il estime aussi que le conducteur du bus n'est pas en faute :

"C'est une zone industrielle où beaucoup de gens travaillent. Les bus s'arrêtent temporairement pour déposer des passagers et ensuite continuer leur route. C'est à ça que servent les zones d'arrêt qui peuvent être utilisées pour des pauses actives ou pour prendre ou déposer des passagers. Ces zones d'arrêt sont prévues dans le code de la route colombien."

Le colonel Castro explique que le conducteur était bien sur la zone d'arrêt autorisée. "Il était tellement concentré qu'il n'a même pas entendu les cris de Bernal. Nous sommes sur une route nationale avec beaucoup de circulation et de bruit."

L'équipe Ineos a-t-elle pris toutes les précautions nécessaires afin que l'accident ne se produise pas. Selon l'entraîneur Ángel Yesid Camargo, ce n'est pas le cas. "Je pense qu' Ineos ne doit pas seulement être un exemple dans la partie physiologique de l'entraînement mais aussi dans la partie tactique. Il faut prendre des précautions avec, par exemple, quelqu'un qui ouvre la route avec 40 mètres d'avance et qui avertit les coureurs du moindre danger. De même, la police de la route peut aussi être un complément pour ce genre de choses.", estime-t-il.

"Ineos n'a pas pris les précautions qu'il fallait. Vous devez mieux planifier les choses, surtout lorsque vous travaillez sur un exercice aussi spécifique que le contre-la-montre. Le directeur sportif aurait dû repérer un jour avant l'itinéraire sur lequel il comptait travailler pour voir s'il était adapté."

Reverra-t-on un jour Egan Bernal à son meilleur niveau sur un vélo ? Nous nous posions déjà cette question le lendemain du terrible accident dont il fut victime ce lundi après avoir pris un bus de plein fouet alors qu'il effectuait une sortie d'entraînement en compagnie de ses coéquipiers Richard Carapaz, Omar Fraile, Brandon Rivera, Daniel Martinez et Andrey Amador. Un des spécialistes de la clinique où est hospitalisé Egan Bernal se montrait positif en estimant à 4 ou 5 mois le temps qu'il faudrait au vainqueur du dernier Giro pour se remettre de ses fractures au fémur et à la rotule. Le site français"vidéos de cyclisme" a demandé l'avis du Docteur Ripoll et celui-ci a émis un avis plus négatif. Dans l'un de nos articles, nous avions aussi évoqué les cas de Joseba Beloki et surtout de Chris Froome, encore plus proche de Bernal au niveau des blessures, et leur incapacité à revenir au plus haut niveau. Le médecin pense qu'il faudra entre 18 et 24 mois pour qu'Egan Bernal termine complètement sa rééduction."La première conclusion que nous pouvons tirer est qu'il ne s'agit pas d'une blessure qui peut être traitée comme une blessure sportive. Elle est beaucoup plus importante. Elle relève des accidents de la route. Elle affecte des éléments fondamentaux du système musculo-squelettique du cycliste. Fémur, rotule... Il a plusieurs fractures à la colonne vertébrale. D'après ce que nous lisons dans le rapport, il n'y a pas de dommage neurologique, bien qu'ils soient prudents comme il est normal dans ces cas.", explique le Docteur Ripoll. "Ce sera un travail acharné pour qu'il revienne au haut niveau. Non seulement pour le sport mais aussi sa vue normale. Les sportifs sont moulés dans un alliage spécial et rien n'est à l'exclure, mais vu la gravité des blessures, le processus sera très long", poursuit le médecin.Egan Bernal sera-t-il donc seulement de retour au mieux lors du Tour 2023, au pire pour la saison 2024 ? "Ce délai de 18-24 mois me semble un délai raisonnable. Pour revenir au top niveau qu'il avait, ce ne sera pas facile même s'il faut toujours rester optimiste . Il pourrait revenir, mais je pense que ce sera difficile pour lui de pouvoir se battre sur les Grands Tours comme avant.", poursuit le Docteur Ripoll qui insiste aussi sur la blessure au dos du premier vainqueur Colombien. Un dos qui l'a souvent fait souffrir par le passé, l'a contraint à abandonner le Tour en 2020 et à ne plus courir jusqu'au début de la saison 2021."Il a subi une importante intervention chirurgicale au niveau dus dos. C'est ce qui peut le limiter le plus pour le retour dans la grande compétition. J'insiste vraiment sur le fait qu'on est pas face à une blessure sportive, c'est à un autre niveau."On espère cependant qu'Egan Bernal pourra réussir à retrouver son meilleur niveau car Tadej Pogacar, qui a envoyé un message d'encouragement au Colombien, mérite un adversaire à mesure de son talent. Mais le plus important reste que le jeune homme qui venait de fêter son quart de siècle puisse retrouver une vie normale. Le cyclisme passera toujours au second plan.Le colonel Juan Carlos Castro, sous-directeur du département circulation de la police national colombienne, a donné plus de détails sur les circonstances de l'accident :"Egan Bernal était dans une position aérodynamique avec son corps appuyé sur le guidon et avec la tête baissée. Il était déjà sur le chemin du retour et l'accident s'est produit."Il estime aussi que le conducteur du bus n'est pas en faute :"C'est une zone industrielle où beaucoup de gens travaillent. Les bus s'arrêtent temporairement pour déposer des passagers et ensuite continuer leur route. C'est à ça que servent les zones d'arrêt qui peuvent être utilisées pour des pauses actives ou pour prendre ou déposer des passagers. Ces zones d'arrêt sont prévues dans le code de la route colombien."Le colonel Castro explique que le conducteur était bien sur la zone d'arrêt autorisée. "Il était tellement concentré qu'il n'a même pas entendu les cris de Bernal. Nous sommes sur une route nationale avec beaucoup de circulation et de bruit."L'équipe Ineos a-t-elle pris toutes les précautions nécessaires afin que l'accident ne se produise pas. Selon l'entraîneur Ángel Yesid Camargo, ce n'est pas le cas. "Je pense qu' Ineos ne doit pas seulement être un exemple dans la partie physiologique de l'entraînement mais aussi dans la partie tactique. Il faut prendre des précautions avec, par exemple, quelqu'un qui ouvre la route avec 40 mètres d'avance et qui avertit les coureurs du moindre danger. De même, la police de la route peut aussi être un complément pour ce genre de choses.", estime-t-il."Ineos n'a pas pris les précautions qu'il fallait. Vous devez mieux planifier les choses, surtout lorsque vous travaillez sur un exercice aussi spécifique que le contre-la-montre. Le directeur sportif aurait dû repérer un jour avant l'itinéraire sur lequel il comptait travailler pour voir s'il était adapté."