Un trio s'est très rapidement détaché en début de course avec les Belges Dimitri Peyskens (Bingoal Pauwels Sauces WB) et Jens Reynders (Sport Vlaanderen - Baloise) ainsi que l'Italien Enrico Battaglin (Bardiani-CSF-Faizanè).

Après avoir compté près de 7:00 d'avance sur le peloton, le trio a été repris à 30 kilomètres de la ligne. Dans un sprint perturbé par une chute de Pascal Ackermann (Bora-hansgrohe), Merlier s'imposait à la photo finish devant Groenewegen et Bouhanni.

Le sprinteur d'Alpecin-Fenix décroche la 21e victoire de sa carrière, la troisième cette saison après une victoire d'étape sur Tirreno-Adriatico et Nokere Koerse.

Depuis 2018 et la première édition de l'épreuve comme une course d'un jour, seul Yves Lampaert a surpris le peloton, s'imposant en solitaire. Avec Elia Viviani (2018), Dylan Groenewegen (2019), Sam Bennett (2021) et désormais Tim Merlier le palmarès de Bruges-La Panne affiche donc un nouveau sprinteur à ses lauréats.

Un trio s'est très rapidement détaché en début de course avec les Belges Dimitri Peyskens (Bingoal Pauwels Sauces WB) et Jens Reynders (Sport Vlaanderen - Baloise) ainsi que l'Italien Enrico Battaglin (Bardiani-CSF-Faizanè). Après avoir compté près de 7:00 d'avance sur le peloton, le trio a été repris à 30 kilomètres de la ligne. Dans un sprint perturbé par une chute de Pascal Ackermann (Bora-hansgrohe), Merlier s'imposait à la photo finish devant Groenewegen et Bouhanni. Le sprinteur d'Alpecin-Fenix décroche la 21e victoire de sa carrière, la troisième cette saison après une victoire d'étape sur Tirreno-Adriatico et Nokere Koerse. Depuis 2018 et la première édition de l'épreuve comme une course d'un jour, seul Yves Lampaert a surpris le peloton, s'imposant en solitaire. Avec Elia Viviani (2018), Dylan Groenewegen (2019), Sam Bennett (2021) et désormais Tim Merlier le palmarès de Bruges-La Panne affiche donc un nouveau sprinteur à ses lauréats.