L'Allemand Tony Martin (Omega Pharma-Quick Step), vainqueur du contre-la-montre de vendredi, conserve le maillot rouge de leader du classement général.

Le Tour de Belgique se terminera dimanche par l'étape reine autour de Banneux (175,6 km), avec notamment les ascensions des Forges, Chambralles, Niaster (2x), La Redoute (3x) et la Côte de Banneux (3x).

"Extrêmement content de cette victoire"

Grâce à un démarrage dans le dernier kilomètre, Maxim Iglinskiy a surpris tout le monde et a remporté la 4e étape du Tour de Belgique cycliste . "Je connaissais un peu les routes ici et donc je savais ce qui nous attendait", a déclaré le Kazakh de l'équipe Astana, ancien vainqueur de Liège-Bastogne-Liège.

"Ces petites montées que nous avions abordées me convenaient bien. Thomas Voeckler me faisait une forte impression, mais il y en avait d'autres dans notre groupe, comme Björn Leukemans, qui étaient très dangereux. Nous avons eu la chance que le peloton a lancé la poursuite trop tard, raison pour laquelle nous avons pu aborder la dernière ascension avec un avantage suffisant. J'ai su que ma chance arrivait quand j'ai vu que le regroupement général était pratiquement acquis et c'est alors que je suis parti, avec les conséquences que l'on sait. Je suis extrêmement content de cette victoire."

L'Allemand Tony Martin (Omega Pharma-Quick Step), vainqueur du contre-la-montre de vendredi, conserve le maillot rouge de leader du classement général. Le Tour de Belgique se terminera dimanche par l'étape reine autour de Banneux (175,6 km), avec notamment les ascensions des Forges, Chambralles, Niaster (2x), La Redoute (3x) et la Côte de Banneux (3x). "Extrêmement content de cette victoire" Grâce à un démarrage dans le dernier kilomètre, Maxim Iglinskiy a surpris tout le monde et a remporté la 4e étape du Tour de Belgique cycliste . "Je connaissais un peu les routes ici et donc je savais ce qui nous attendait", a déclaré le Kazakh de l'équipe Astana, ancien vainqueur de Liège-Bastogne-Liège. "Ces petites montées que nous avions abordées me convenaient bien. Thomas Voeckler me faisait une forte impression, mais il y en avait d'autres dans notre groupe, comme Björn Leukemans, qui étaient très dangereux. Nous avons eu la chance que le peloton a lancé la poursuite trop tard, raison pour laquelle nous avons pu aborder la dernière ascension avec un avantage suffisant. J'ai su que ma chance arrivait quand j'ai vu que le regroupement général était pratiquement acquis et c'est alors que je suis parti, avec les conséquences que l'on sait. Je suis extrêmement content de cette victoire."