" Les aigles volent souvent seuls et Remco est un aigle qui volera probablement souvent seul", a déclaré lundi Tom Steels, directeur sportif de Quick-Step Alpha Vinyl, à l'émission De Tribune sur Radio 1.

Un jour après que Remco Evenepoel a réussi un solo de 29 km à Liège-Bastogne-Liège, soit le plus long solo gagnant dans La Doyenne depuis la victoire légendaire de Bernard Hinault en 1980.

Le chemin n'était pas une surprise : Evenepoel est né en tant que contre-la-montre, et a ainsi posé les bases de presque toutes ses victoires. Dans un contre-la-montre en solitaire, ou dans une course sur route en s'élançant seul, parfois de très loin. Cela lui a également permis de remporter treize victoires dans des courses par étapes.

Sprint à Ypres

Fait remarquable, le coureur originaire du Brabant wallon n'a remporté que deux fois une course sur route en sprint à plat, bien qu'à partir d'un groupe limité, lorsqu'il était encore actif chez les juniors.

La première fois, c'était le 27 août 2017, lors de sa première saison en tant que cycliste. Dans La Route des Géants, une course internationale entre Saint-Omer et Ypres, il s'est échappé avec un groupe de huit coureurs. Dans les tours locaux de sept kilomètres, les occasions d'attaquer étaient multiples, mais personne ne s'est échappé.

Evenepoel a été le plus rapide dans un sprint long sur les rues pavées du centre d'Ypres. Assis sur la selle, il a laissé derrière lui son coéquipier actuel chez Quick-Step Alpha Vinyl, Ilan Van Wilder. Le Néerlandais Daan Hoole, maintenant professionnel chez Trek-Segafredo, a terminé troisième. Pour Evenepoel, il s'agissait de la cinquième victoire de sa jeune carrière.

Rapide en Italie

Un an, trois jours et de nombreuses victoires plus tard, Evenepoel a pu s'imposer à nouveau dans un sprint collectif, le 30 août 2018. Cette fois-ci avec cinq coureurs, dans la première étape du Giro della Lunigiana, une course à étapes italienne réputée pour les juniors.

A Lerici, a nouveau en selle, il a fait mordre la poussière aux Italiens Federico Guzzo, Giosuè Crescioli, Martin Nessler et à l'Israélien Edo Goldstein.

Ces victoires restent les seules que Evenepoel ait remportées dans un sprint à plat jusqu'à présent, sur un total de 68 victoires (victoires jeunes et professionnelles additionnées).

Dans la division élite, il s'est une fois échappé d'un groupe réduit dans les 300 derniers mètres de l'Alto da Fóia lors du Tour d'Algarve en 2020, mais il s'agissait d'un sprint en montée après une ascension de 7,4 km.

Compte tenu de son explosivité accrue, comme en témoigne son échappée à La Redoute dimanche dernier, il ne semble pas irréaliste que le pro de Quick-Step ajoute une victoire au sprint ou plus, s'il prend l'avantage sur un groupe sans véritable homme rapide à bord.

En attendant, il s'agit d'attaquer. Si vite que personne ne peut le suivre, comme à Liège-Bastogne-Liège.

" Les aigles volent souvent seuls et Remco est un aigle qui volera probablement souvent seul", a déclaré lundi Tom Steels, directeur sportif de Quick-Step Alpha Vinyl, à l'émission De Tribune sur Radio 1. Un jour après que Remco Evenepoel a réussi un solo de 29 km à Liège-Bastogne-Liège, soit le plus long solo gagnant dans La Doyenne depuis la victoire légendaire de Bernard Hinault en 1980.Le chemin n'était pas une surprise : Evenepoel est né en tant que contre-la-montre, et a ainsi posé les bases de presque toutes ses victoires. Dans un contre-la-montre en solitaire, ou dans une course sur route en s'élançant seul, parfois de très loin. Cela lui a également permis de remporter treize victoires dans des courses par étapes.Sprint à YpresFait remarquable, le coureur originaire du Brabant wallon n'a remporté que deux fois une course sur route en sprint à plat, bien qu'à partir d'un groupe limité, lorsqu'il était encore actif chez les juniors.La première fois, c'était le 27 août 2017, lors de sa première saison en tant que cycliste. Dans La Route des Géants, une course internationale entre Saint-Omer et Ypres, il s'est échappé avec un groupe de huit coureurs. Dans les tours locaux de sept kilomètres, les occasions d'attaquer étaient multiples, mais personne ne s'est échappé. Evenepoel a été le plus rapide dans un sprint long sur les rues pavées du centre d'Ypres. Assis sur la selle, il a laissé derrière lui son coéquipier actuel chez Quick-Step Alpha Vinyl, Ilan Van Wilder. Le Néerlandais Daan Hoole, maintenant professionnel chez Trek-Segafredo, a terminé troisième. Pour Evenepoel, il s'agissait de la cinquième victoire de sa jeune carrière.Rapide en ItalieUn an, trois jours et de nombreuses victoires plus tard, Evenepoel a pu s'imposer à nouveau dans un sprint collectif, le 30 août 2018. Cette fois-ci avec cinq coureurs, dans la première étape du Giro della Lunigiana, une course à étapes italienne réputée pour les juniors.A Lerici, a nouveau en selle, il a fait mordre la poussière aux Italiens Federico Guzzo, Giosuè Crescioli, Martin Nessler et à l'Israélien Edo Goldstein.Ces victoires restent les seules que Evenepoel ait remportées dans un sprint à plat jusqu'à présent, sur un total de 68 victoires (victoires jeunes et professionnelles additionnées). Dans la division élite, il s'est une fois échappé d'un groupe réduit dans les 300 derniers mètres de l'Alto da Fóia lors du Tour d'Algarve en 2020, mais il s'agissait d'un sprint en montée après une ascension de 7,4 km.Compte tenu de son explosivité accrue, comme en témoigne son échappée à La Redoute dimanche dernier, il ne semble pas irréaliste que le pro de Quick-Step ajoute une victoire au sprint ou plus, s'il prend l'avantage sur un groupe sans véritable homme rapide à bord.En attendant, il s'agit d'attaquer. Si vite que personne ne peut le suivre, comme à Liège-Bastogne-Liège.