Pour la première fois depuis ses aveux de dopage sur le plateau d'Oprah Winfrey il y a deux ans, Lance Armstrong s'est exprimé à la télévision. Après avoir notamment reconnu que sa chute avait été très lourde à supporter depuis ses révélations, l'Américain a confié qu'il ne regrettait pas de s'être dopé. "Si je courais en 2015, non, je ne le ferais pas, parce que je pense que je n'en aurais pas besoin. Si vous me ramenez en 1995, quand le dopage était complètement présent, je l'aurais probablement encore fait. Les gens n'aiment pas entendre ça. Quand j'ai pris cette décision, quand mon équipe a pris cette décision, quand tout le peloton a pris cette décision, c'était une mauvaise décision à un moment imparfait, mais c'est arrivé."

En fait, l'Américain a davantage de remords quant à son attitude. Il reconnaît avoir été un "connard" avec de nombreuses personnes. "J'aimerais changer l'homme qui a fait ces choses, la manière dont il s'est comporté, pas la décision. La façon de traiter les gens, la manière de ne jamais cesser de se battre. C'était inacceptable, inexcusable."

Déchu de ses sept victoires sur la Grande boucle par l'UCI, il se considère toujours comme le vainqueur. "Ce n'est pas à moi d'en décider, mais je pense qu'il devrait y avoir un vainqueur, je le dis en tant que fan. Il y a un gros bloc sans vainqueur dans les années de la Première Guerre mondiale, puis un autre pour la Deuxième Guerre mondial. Là, on dirait qu'il y en a eu une troisième. L'histoire n'est pas stupide, l'histoire rectifie certaines choses. Si dans 50 ans, vous me demandez ce qu'il s'est passé, je ne pense pas que ça restera vide. J'ai l'impression d'avoir gagné ces Tours de France."

Armstrong a également réitéré qu'il était clean lors de son retour sur le Tour de France en 2009 et 2010, contrairement à ce qui est dit dans le rapport de l'USADA (l'agence américaine antidopage).

Pour la première fois depuis ses aveux de dopage sur le plateau d'Oprah Winfrey il y a deux ans, Lance Armstrong s'est exprimé à la télévision. Après avoir notamment reconnu que sa chute avait été très lourde à supporter depuis ses révélations, l'Américain a confié qu'il ne regrettait pas de s'être dopé. "Si je courais en 2015, non, je ne le ferais pas, parce que je pense que je n'en aurais pas besoin. Si vous me ramenez en 1995, quand le dopage était complètement présent, je l'aurais probablement encore fait. Les gens n'aiment pas entendre ça. Quand j'ai pris cette décision, quand mon équipe a pris cette décision, quand tout le peloton a pris cette décision, c'était une mauvaise décision à un moment imparfait, mais c'est arrivé."En fait, l'Américain a davantage de remords quant à son attitude. Il reconnaît avoir été un "connard" avec de nombreuses personnes. "J'aimerais changer l'homme qui a fait ces choses, la manière dont il s'est comporté, pas la décision. La façon de traiter les gens, la manière de ne jamais cesser de se battre. C'était inacceptable, inexcusable."Déchu de ses sept victoires sur la Grande boucle par l'UCI, il se considère toujours comme le vainqueur. "Ce n'est pas à moi d'en décider, mais je pense qu'il devrait y avoir un vainqueur, je le dis en tant que fan. Il y a un gros bloc sans vainqueur dans les années de la Première Guerre mondiale, puis un autre pour la Deuxième Guerre mondial. Là, on dirait qu'il y en a eu une troisième. L'histoire n'est pas stupide, l'histoire rectifie certaines choses. Si dans 50 ans, vous me demandez ce qu'il s'est passé, je ne pense pas que ça restera vide. J'ai l'impression d'avoir gagné ces Tours de France."Armstrong a également réitéré qu'il était clean lors de son retour sur le Tour de France en 2009 et 2010, contrairement à ce qui est dit dans le rapport de l'USADA (l'agence américaine antidopage).