"Dès ma première conférence de presse, avec le maillot jaune, les questions sur le dopage ont fusé. Qui aurait dit: 'Oui, bonne question, je dois être honnête'? Merde, qui? Mais c'est une chose de ne rien dire et éviter la question, c'en est une autre d'être dans la confrontation et combatif comme je l'ai été. J'accepte cette énorme erreur", a expliqué Armstrong. "Un fois que vous affirmez ne pas être dopé, vous êtes coincé."

"Je n'ai jamais imaginé être contrôlé positif", a poursuivi Armstrong. "J'étais sûr de ne jamais être pris. Car notre plan était très classique, conservateur. C'est marrant car je dis la vérité, mais les gens n'aiment pas ça. Ils veulent la vérité et quand tu leur donnes ils disent 'merde, on n'aime pas la vérité'", assure Armstrong, conscient qu'il n'a plus de crédit.

"Les gens n'aiment pas entendre que le système US Postal n'était pas aussi sophistiqué. Que j'étais clean en 2009. C'est frustrant, mais je les comprends."

L'Américain garantit qu'il était propre en 2009 et 2010. "Je me moque de ce que dit l'USADA (agence anti-dopage américaine). Le jour où il y aura un test sur les transfusions, je serai le premier à faire tester mes échantillons. Je suis prêt à parier tout ce que j'ai là-dessus."

"Dès ma première conférence de presse, avec le maillot jaune, les questions sur le dopage ont fusé. Qui aurait dit: 'Oui, bonne question, je dois être honnête'? Merde, qui? Mais c'est une chose de ne rien dire et éviter la question, c'en est une autre d'être dans la confrontation et combatif comme je l'ai été. J'accepte cette énorme erreur", a expliqué Armstrong. "Un fois que vous affirmez ne pas être dopé, vous êtes coincé." "Je n'ai jamais imaginé être contrôlé positif", a poursuivi Armstrong. "J'étais sûr de ne jamais être pris. Car notre plan était très classique, conservateur. C'est marrant car je dis la vérité, mais les gens n'aiment pas ça. Ils veulent la vérité et quand tu leur donnes ils disent 'merde, on n'aime pas la vérité'", assure Armstrong, conscient qu'il n'a plus de crédit. "Les gens n'aiment pas entendre que le système US Postal n'était pas aussi sophistiqué. Que j'étais clean en 2009. C'est frustrant, mais je les comprends." L'Américain garantit qu'il était propre en 2009 et 2010. "Je me moque de ce que dit l'USADA (agence anti-dopage américaine). Le jour où il y aura un test sur les transfusions, je serai le premier à faire tester mes échantillons. Je suis prêt à parier tout ce que j'ai là-dessus."