Comme l'an dernier la Néerlandaise Demi Vollering (SD Worx) a pris la 2e place. L'Allemande Liane Lippert (Team DSM) a franchi la ligne d'arrivée en troisième position.

Cavalli succède au palmarès à la Néerlandaise Marianne Vos, absente dimanche qui a préféré préparer Paris-Roubaix qui se court samedi prochain.

Le parcours avec ses 19 monts, dont le difficile Cauberg à gravir à quatre reprises, favorisait une course animée. Ce fut le cas. Les offensives se multiplièrent sans jamais s'avérer décisives jusqu'à la dernière qui est survenue dans la dernière bosse.

Pauliena Rooijakkers (Canyon) passa à l'offensive à 34 km de l'arrivée. Arlenis Sierra (Movistar) et Armanda Spratt (BikeExchange) firent la jonction quelques kilomètres plus loin. Le trio n'est pas vraiment parvenu à se forger un avantage conséquent sur le peloton avec toutes les favorites. La petite trentaine de secondes fondit au fil des kilomètres. Alors qu'il en restait dix, le regroupement était opéré.

Le Bemeleberg vit encore plusieurs accélérations signées Niamh Fisher-Black et Marlen Reusser ou encore Soraya Paladin. Ellen Van Dijck, la championne d'Europe, se montra aussi mais là encore sans parvenir à faire la décision. Stine Borgli insista davantage mais ne résista pas au moment d'aborder le Cauberg final et ses 1500 m à 6,6 % avec deux cents mètres à 13,7%.

Annemiek Van Vleuten porta une grosse attaque. Seules six coureuses réussirent à la suivre. Un moment d'attente dans le groupe de tête permit à Marta Cavalli de contrer et d'aller chercher à 24 ans une victoire en solitaire, la 3e de sa carrière après son titre national en 2018 et une étape du Giro delle Marche in Rosa en 2019.

Comme l'an dernier la Néerlandaise Demi Vollering (SD Worx) a pris la 2e place. L'Allemande Liane Lippert (Team DSM) a franchi la ligne d'arrivée en troisième position.Cavalli succède au palmarès à la Néerlandaise Marianne Vos, absente dimanche qui a préféré préparer Paris-Roubaix qui se court samedi prochain. Le parcours avec ses 19 monts, dont le difficile Cauberg à gravir à quatre reprises, favorisait une course animée. Ce fut le cas. Les offensives se multiplièrent sans jamais s'avérer décisives jusqu'à la dernière qui est survenue dans la dernière bosse. Pauliena Rooijakkers (Canyon) passa à l'offensive à 34 km de l'arrivée. Arlenis Sierra (Movistar) et Armanda Spratt (BikeExchange) firent la jonction quelques kilomètres plus loin. Le trio n'est pas vraiment parvenu à se forger un avantage conséquent sur le peloton avec toutes les favorites. La petite trentaine de secondes fondit au fil des kilomètres. Alors qu'il en restait dix, le regroupement était opéré. Le Bemeleberg vit encore plusieurs accélérations signées Niamh Fisher-Black et Marlen Reusser ou encore Soraya Paladin. Ellen Van Dijck, la championne d'Europe, se montra aussi mais là encore sans parvenir à faire la décision. Stine Borgli insista davantage mais ne résista pas au moment d'aborder le Cauberg final et ses 1500 m à 6,6 % avec deux cents mètres à 13,7%. Annemiek Van Vleuten porta une grosse attaque. Seules six coureuses réussirent à la suivre. Un moment d'attente dans le groupe de tête permit à Marta Cavalli de contrer et d'aller chercher à 24 ans une victoire en solitaire, la 3e de sa carrière après son titre national en 2018 et une étape du Giro delle Marche in Rosa en 2019.