"Je ne sais cependant pas si ma contribution sera d'une grande utilité pour ces agences", a lâché Fuentes. Le médecin a déclaré ne pas attendre de réduction d'une éventuelle sanction en cas de collaboration avec les autorités. Il a juste souligné qu'il désirait une "collaboration réciproque". "Si dans le cadre de cette collaboration il s'avère nécessaire que je fournisse la liste de mes clients à ces agences, alors je le ferai."

Fuentes a déclaré avoir conservé un carnet dans lequel figureraient toutes les correspondances entre les noms de ses anciens clients et les codes figurant sur les poches de sang retrouvées chez lui en 2006.

Vendredi, la procureure Rosa Calero a requis deux années de prison à l'encontre de Fuentes. Selon Rosa Calero, Fuentes était à la tête d'un réseau criminel et frauduleux. Le médecin prétend lui n'avoir jamais transgressé la loi ou les règles de la médecine. En 2006, quand l'affaire Puerto a éclaté, l'Espagne ne disposait pas encore de loi antidopage.

Fuentes et quatre autres personnes sont poursuivies pour atteinte à la santé publique suite à la pratique de transfusions sanguines sur des sportifs, essentiellement des coureurs cyclistes, pour améliorer leurs performances. Tous ont déclaré être innocents.

"Je ne sais cependant pas si ma contribution sera d'une grande utilité pour ces agences", a lâché Fuentes. Le médecin a déclaré ne pas attendre de réduction d'une éventuelle sanction en cas de collaboration avec les autorités. Il a juste souligné qu'il désirait une "collaboration réciproque". "Si dans le cadre de cette collaboration il s'avère nécessaire que je fournisse la liste de mes clients à ces agences, alors je le ferai." Fuentes a déclaré avoir conservé un carnet dans lequel figureraient toutes les correspondances entre les noms de ses anciens clients et les codes figurant sur les poches de sang retrouvées chez lui en 2006. Vendredi, la procureure Rosa Calero a requis deux années de prison à l'encontre de Fuentes. Selon Rosa Calero, Fuentes était à la tête d'un réseau criminel et frauduleux. Le médecin prétend lui n'avoir jamais transgressé la loi ou les règles de la médecine. En 2006, quand l'affaire Puerto a éclaté, l'Espagne ne disposait pas encore de loi antidopage. Fuentes et quatre autres personnes sont poursuivies pour atteinte à la santé publique suite à la pratique de transfusions sanguines sur des sportifs, essentiellement des coureurs cyclistes, pour améliorer leurs performances. Tous ont déclaré être innocents.