L'affaire avait débuté le 23 mai 2006, les verdicts sont tombés ce mardi 30 avril 2013, 7 ans plus tard. Le volet pénal a été traité par la juge Julia Santamaria à Madrid.

Euremiano Fuentes écope d'un an de prison, José Ignacio Labarta de 4 mois. Les anciens directeurs sportifs de Liberty Seguros, Manolo Saiz, et de Kelme, Vicente Belda, sont eux acquittés, de même que Yolanda Fuentes, la soeur du sulfureux médecin, médecin elle-même notamment au sein de l'équipe Comunidad Valenciana.

La juge a décidé par ailleurs de ne pas autoriser à l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) l'accès aux 211 poches de sang et de plasma saisies en 2006 chez le Dr Fuentes, pas plus qu'à d'autres parties civiles qui en avaient fait la demande.

Fuentes, 57 ans, a été jugé coupable d'avoir mis en danger, par les autotransfusions qu'il pratiquait à des dizaines de sportifs depuis les années 2000, la santé de ces derniers. "Les prélèvements et réinjections de sang pratiqués aux cyclistes sur indication de Fuentes avait pour but exclusif d'élever leur niveau d'hématocrite, ce qui supposait un important danger pour la santé des cyclistes", argumente la juge.

Le médecin canarien José Ignacio Labarta, qui avaient été arrêtés en 2006 dans un coup de filet de la Garde civile, étaient accusés d'un délit contre la santé publique et non de dopage, ce chef d'accusation étant inexistant dans la loi espagnole au moment des faits.

A l'issue du procès, Saiz, le seul des accusés présent lors de l'énoncé du verdict, a déclaré aux médias: "L'opération Puerto est terminée. J'espère qu'on ne m'en parlera plus jamais".

L'affaire avait débuté le 23 mai 2006, les verdicts sont tombés ce mardi 30 avril 2013, 7 ans plus tard. Le volet pénal a été traité par la juge Julia Santamaria à Madrid. Euremiano Fuentes écope d'un an de prison, José Ignacio Labarta de 4 mois. Les anciens directeurs sportifs de Liberty Seguros, Manolo Saiz, et de Kelme, Vicente Belda, sont eux acquittés, de même que Yolanda Fuentes, la soeur du sulfureux médecin, médecin elle-même notamment au sein de l'équipe Comunidad Valenciana. La juge a décidé par ailleurs de ne pas autoriser à l'Agence Mondiale Antidopage (AMA) l'accès aux 211 poches de sang et de plasma saisies en 2006 chez le Dr Fuentes, pas plus qu'à d'autres parties civiles qui en avaient fait la demande. Fuentes, 57 ans, a été jugé coupable d'avoir mis en danger, par les autotransfusions qu'il pratiquait à des dizaines de sportifs depuis les années 2000, la santé de ces derniers. "Les prélèvements et réinjections de sang pratiqués aux cyclistes sur indication de Fuentes avait pour but exclusif d'élever leur niveau d'hématocrite, ce qui supposait un important danger pour la santé des cyclistes", argumente la juge. Le médecin canarien José Ignacio Labarta, qui avaient été arrêtés en 2006 dans un coup de filet de la Garde civile, étaient accusés d'un délit contre la santé publique et non de dopage, ce chef d'accusation étant inexistant dans la loi espagnole au moment des faits. A l'issue du procès, Saiz, le seul des accusés présent lors de l'énoncé du verdict, a déclaré aux médias: "L'opération Puerto est terminée. J'espère qu'on ne m'en parlera plus jamais".