Selon Verbruggen, qui explique n'avoir envoyé aux journalistes que quelques sms, l'article suggère "à tort" qu'il aurait déclaré "que nonobstant le dossier de l'USADA il n'y a pas de preuve à l'encontre de Lance Armstrong". Il précise en outre : "Je n'ai fait aucune déclaration du tout à ce sujet. Le titre de cet article est absolument faux et mensonger."

Toujours selon Verbruggen, les sms ne concernait "qu'une réaction aux propos de Mme Lemond" selon lesquels une somme d'argent aurait été versée afin de couvrir un contrôle positif de Lance Armstrong".

En réaction les journalistes ont rapidement mis en ligne sur le site internet du journal les sms qu'ils avaient échangés avec Verbruggen. Les mots employés dans le sms et qui sont publiés sont bien les mêmes que ceux utilisés dans l'article. Mais rapidement la page internet a été retirée, vraisemblablement sur requête de l'ancien patron de l'UCI.

"Armstrong n'a jamais été contrôlé positif"

Ce jeudi matin, De telegraaf a publié une réaction écrite adressée au journal par Verbruggen. "Il (Armstrong) n'a jamais été contrôlé positif, même pas par l'Usada. Il n'y a aucune trace de preuve".

Verbruggen, par ailleurs membre d'honneur du Comité International Olympique (CIO) et président d'honneur de l'UCI, a dirigé la fédération internationale de cyclisme entre 1991 et 2005. Des années noires en matière de dopage dans ce sport, concordantes aussi avec la carrière du septuple vainqueur du Tour de France.

Verbruggen et l'ancien champion déchu ont toujours été très proches. De là bon nombre de rumeurs qui courent sur leur éventuelle complicité. "Il y a énormément d'histoires et d'accusations non fondées", a encore réagi Verbruggen. "Mais ceux qui connaissent les procédures en matière de contrôle anti-dopage, savent qu'on ne peut déroger aux règles. C'est fini pour moi de m'en faire à ce sujet."

Le dirigeant néerlandais renvoie également du revers de la main les accusations de Kathy LeMond, l'épouse de Greg Lemond. Celle-ci affirme que Verbruggen aurait fermé les yeux sur un contrôle positif d'Armstrong lors du Tour 1999 en échange de 500.000 dollars qui auraient été versés par la firme Nike pour son effacement. "L'histoire de Madame LeMond est tellement absurde qu'elle ne vaut même pas la peine d'y réagir officiellement".

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Selon Verbruggen, qui explique n'avoir envoyé aux journalistes que quelques sms, l'article suggère "à tort" qu'il aurait déclaré "que nonobstant le dossier de l'USADA il n'y a pas de preuve à l'encontre de Lance Armstrong". Il précise en outre : "Je n'ai fait aucune déclaration du tout à ce sujet. Le titre de cet article est absolument faux et mensonger." Toujours selon Verbruggen, les sms ne concernait "qu'une réaction aux propos de Mme Lemond" selon lesquels une somme d'argent aurait été versée afin de couvrir un contrôle positif de Lance Armstrong". En réaction les journalistes ont rapidement mis en ligne sur le site internet du journal les sms qu'ils avaient échangés avec Verbruggen. Les mots employés dans le sms et qui sont publiés sont bien les mêmes que ceux utilisés dans l'article. Mais rapidement la page internet a été retirée, vraisemblablement sur requête de l'ancien patron de l'UCI."Armstrong n'a jamais été contrôlé positif"Ce jeudi matin, De telegraaf a publié une réaction écrite adressée au journal par Verbruggen. "Il (Armstrong) n'a jamais été contrôlé positif, même pas par l'Usada. Il n'y a aucune trace de preuve".Verbruggen, par ailleurs membre d'honneur du Comité International Olympique (CIO) et président d'honneur de l'UCI, a dirigé la fédération internationale de cyclisme entre 1991 et 2005. Des années noires en matière de dopage dans ce sport, concordantes aussi avec la carrière du septuple vainqueur du Tour de France. Verbruggen et l'ancien champion déchu ont toujours été très proches. De là bon nombre de rumeurs qui courent sur leur éventuelle complicité. "Il y a énormément d'histoires et d'accusations non fondées", a encore réagi Verbruggen. "Mais ceux qui connaissent les procédures en matière de contrôle anti-dopage, savent qu'on ne peut déroger aux règles. C'est fini pour moi de m'en faire à ce sujet." Le dirigeant néerlandais renvoie également du revers de la main les accusations de Kathy LeMond, l'épouse de Greg Lemond. Celle-ci affirme que Verbruggen aurait fermé les yeux sur un contrôle positif d'Armstrong lors du Tour 1999 en échange de 500.000 dollars qui auraient été versés par la firme Nike pour son effacement. "L'histoire de Madame LeMond est tellement absurde qu'elle ne vaut même pas la peine d'y réagir officiellement". Sportfootmagazine.be, avec Belga