Ullrich : "Cela ne me préoccupe plus"

Jan Ullrich avait terminé trois fois deuxième du Tour de France, en 2000, 2001 et 2003, à chaque fois derrière Lance Armstrong. L'Américain ayant renoncé à poursuivre son combat juridique contre l'Usada, l'Agence américaine antidopage, il va perdre ses sept titres au Tour de France. Ullrich pourrait donc être déclaré vainqueur des Tours 2000, 2001 et 2003.

"Cela ne me préoccupe plus", a-t-il déclaré, aujourd'hui âge de 38 ans. "Je sais à quoi ressemblait le classement de l'époque. J'ai entre-temps mis un terme à ma carrière professionnel, et j'ai toujours dit que je suis fier de mes deuxièmes places".

Jan Ullrich traîne aussi quelques casseroles. Il a été suspendu deux ans par le Tribunal arbitral du sport (TAS) en février dernier, pour une infraction de dopage dans le cadre de l'affaire Puerto et tous ses résultats obtenus après mai 2005 ont été annulés.

S'il récupérait sur tapis vert les victoires des Tours 2000, 2001 et 2003, Ullrich, qui a gagné le Tour 1997 sans subir de contrôle antidopage positif (seule victoire allemande de l'histoire), pourrait ainsi se retrouver crédité de quatre victoires au total. Il se placerait devant des champions tels que le Français Louison Bobet ou l'Américain Greg LeMond.

Jalabert : "Tristesse et colère"

Laurent Jalabert s'est quant à lui exprimé sur l'affaire Armstrong au micro de RTL : "Moi je suis surtout désolé pour le Tour de France, le cyclisme, notre sport, mon sport, celui que j'aime (...). C'est un sport qui en prend plein la figure depuis longtemps et forcément c'est de la tristesse, c'est de la colère aussi, parce qu'on aurait aimé que ça n'arrive pas. Mais bon, on se dit que quelque part la justice existe, ma foi, si Armstrong est suspendu de ses titres, c'est probablement qu'il y a des raisons pour cela (...) Je suis désolé, oui forcément, on peut lui en vouloir quand même, ce n'est pas une bonne nouvelle. Ça va bien sûr défrayer la chronique. Armstrong, c'est quelqu'un qui a toujours été controversé, c'est quelqu'un qui a toujours fait du bien au vélo. Je suis persuadé que c'est un immense champion. Il a rendu ce sport populaire au-delà de l'Europe. Il a eu beaucoup de succès, beaucoup de talent et aussi une façon de pratiquer son sport qui n'a pas plu à tout le monde. Il y avait ceux qui l'adoraient et ceux qui le détestaient parce qu'il était arrogant, parce qu'il aimait gagner en écrasant ses adversaires et du coup je pense que cette nouvelle fera plaisir à certains, moi je suis un peu partagé."

Hinault : "Je m'en fous"

Bernard Hinault, dans Ouest France : "Je m'en fous éperdument. C'est son problème pas le mien. C'est un problème qui aurait dû être réglé depuis dix ou quinze ans et qui ne l'a pas été..."

Thévenet : "un message fort"

Bernard Thévenet, au micro de RTL France : "C'est une très mauvaise nouvelle pour le cyclisme, c'est encore une fois un problème de ces fameuses années fin 90-début 2000, moi cela dit, si Armstrong a triché, c'est tout à fait normal qu'il soit sanctionné. C'est un message qui est très fort, on a pensé pendant très longtemps que c'était un personnage avec des avocats très puissants autour de lui (...) C'est sûr que si l'UCI suit l'USADA c'est vraiment un message très fort envers les cyclistes et ceux qui les entourent et qui seraient tentés de tricher. Pour ceux qui n'auraient pas encore compris que la répression est sévère et va être encore plus sévère c'est que vraiment ils ne lisent pas les journaux."

Bruyneel : "un procès injuste"

Johan Bruyneel, l'ancien directeur sportif de Lance Armstrong, a estimé ce vendredi que le Texan est victime d'un "procès injuste". De son côté, l'agence mondiale antidopage (AMA) regrette que le Boss ne soit pas jugé "par un tribunal public dans le cadre d'une vraie procédure".

Lance Armstrong, 40 ans, a annoncé jeudi qu'il renonçait à poursuivre sa bataille judiciaire contre l'Usada (Agence américaine antidopage), qui l'accuse de dopage tout au long de la période 1999-2005. Il va donc perdre ses sept titres du Tour de France et sera radié à vie du cyclisme professionnel.

"Aujourd'hui, je suis déçu pour Lance et le cyclisme en général que les choses aient atteint un stade où Lance sent qu'il en a assez et qu'il n'est plus disposé à participer à la campagne de l'Usada contre lui", déclare ce vendredi Johan Bruyneel sur son site internet. "Lance ne s'est jamais retiré d'un combat juste de sa vie. Sa décision souligne donc aujourd'hui à quel point cela a été un procès injuste".

Johan Bruyneel était le directeur sportif de Lance Armstrong lorsque celui-ci a remporté sept Tours de France, au sein des équipes US Postal et Discovery Channel. Le Belge fait l'objet d'une procédure disciplinaire de l'Usada, accusé d'avoir pris part à un système de dopage organisé au sein des équipes de Lance Armstrong.

"J'espère qu'on déterminera bientôt que l'affaire lancée par l'Usada contre moi n'aurait jamais dû aller aussi loin. Vu la nature sensible des procédures légales, on m'a conseillé qu'il serait inapproprié pour moi de faire davantage de commentaires à ce stade", conclut Johan Bruyneel.

L'AMA regrette qu'Armstrong ne s'explique pas

Suite à la future déchéance des titres d'Armstrong, John Falley, président de l'AMA (agence mondiale antidopage), a regretté que l'ancien coureur ne puisse pas s'expliquer devant un tribunal après l'abandon de sa bataille contre l'USADA.

"J'aurais aimé que les accusations, les insinuations, les rumeurs qui courent depuis des années soient examinées par un tribunal public dans le cadre d'une vraie procédure, quelle qu'en soit l'issue, pour que le monde entier connaisse les faits", a déclaré John Fahey à la radio australienne ABC.

Armstrong, qui continue à se dire innocent, a pris sa décision après le rejet du tribunal fédéral d'Austin, au Texas, de son recours contre l'Usada, qui laisse le champ libre à l'agence antidopage pour poursuivre son enquête contre l'ancien cycliste, âgé de 40 ans.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Ullrich : "Cela ne me préoccupe plus"Jan Ullrich avait terminé trois fois deuxième du Tour de France, en 2000, 2001 et 2003, à chaque fois derrière Lance Armstrong. L'Américain ayant renoncé à poursuivre son combat juridique contre l'Usada, l'Agence américaine antidopage, il va perdre ses sept titres au Tour de France. Ullrich pourrait donc être déclaré vainqueur des Tours 2000, 2001 et 2003."Cela ne me préoccupe plus", a-t-il déclaré, aujourd'hui âge de 38 ans. "Je sais à quoi ressemblait le classement de l'époque. J'ai entre-temps mis un terme à ma carrière professionnel, et j'ai toujours dit que je suis fier de mes deuxièmes places".Jan Ullrich traîne aussi quelques casseroles. Il a été suspendu deux ans par le Tribunal arbitral du sport (TAS) en février dernier, pour une infraction de dopage dans le cadre de l'affaire Puerto et tous ses résultats obtenus après mai 2005 ont été annulés.S'il récupérait sur tapis vert les victoires des Tours 2000, 2001 et 2003, Ullrich, qui a gagné le Tour 1997 sans subir de contrôle antidopage positif (seule victoire allemande de l'histoire), pourrait ainsi se retrouver crédité de quatre victoires au total. Il se placerait devant des champions tels que le Français Louison Bobet ou l'Américain Greg LeMond.Jalabert : "Tristesse et colère" Laurent Jalabert s'est quant à lui exprimé sur l'affaire Armstrong au micro de RTL : "Moi je suis surtout désolé pour le Tour de France, le cyclisme, notre sport, mon sport, celui que j'aime (...). C'est un sport qui en prend plein la figure depuis longtemps et forcément c'est de la tristesse, c'est de la colère aussi, parce qu'on aurait aimé que ça n'arrive pas. Mais bon, on se dit que quelque part la justice existe, ma foi, si Armstrong est suspendu de ses titres, c'est probablement qu'il y a des raisons pour cela (...) Je suis désolé, oui forcément, on peut lui en vouloir quand même, ce n'est pas une bonne nouvelle. Ça va bien sûr défrayer la chronique. Armstrong, c'est quelqu'un qui a toujours été controversé, c'est quelqu'un qui a toujours fait du bien au vélo. Je suis persuadé que c'est un immense champion. Il a rendu ce sport populaire au-delà de l'Europe. Il a eu beaucoup de succès, beaucoup de talent et aussi une façon de pratiquer son sport qui n'a pas plu à tout le monde. Il y avait ceux qui l'adoraient et ceux qui le détestaient parce qu'il était arrogant, parce qu'il aimait gagner en écrasant ses adversaires et du coup je pense que cette nouvelle fera plaisir à certains, moi je suis un peu partagé."Hinault : "Je m'en fous"Bernard Hinault, dans Ouest France : "Je m'en fous éperdument. C'est son problème pas le mien. C'est un problème qui aurait dû être réglé depuis dix ou quinze ans et qui ne l'a pas été..."Thévenet : "un message fort" Bernard Thévenet, au micro de RTL France : "C'est une très mauvaise nouvelle pour le cyclisme, c'est encore une fois un problème de ces fameuses années fin 90-début 2000, moi cela dit, si Armstrong a triché, c'est tout à fait normal qu'il soit sanctionné. C'est un message qui est très fort, on a pensé pendant très longtemps que c'était un personnage avec des avocats très puissants autour de lui (...) C'est sûr que si l'UCI suit l'USADA c'est vraiment un message très fort envers les cyclistes et ceux qui les entourent et qui seraient tentés de tricher. Pour ceux qui n'auraient pas encore compris que la répression est sévère et va être encore plus sévère c'est que vraiment ils ne lisent pas les journaux."Bruyneel : "un procès injuste"Johan Bruyneel, l'ancien directeur sportif de Lance Armstrong, a estimé ce vendredi que le Texan est victime d'un "procès injuste". De son côté, l'agence mondiale antidopage (AMA) regrette que le Boss ne soit pas jugé "par un tribunal public dans le cadre d'une vraie procédure".Lance Armstrong, 40 ans, a annoncé jeudi qu'il renonçait à poursuivre sa bataille judiciaire contre l'Usada (Agence américaine antidopage), qui l'accuse de dopage tout au long de la période 1999-2005. Il va donc perdre ses sept titres du Tour de France et sera radié à vie du cyclisme professionnel. "Aujourd'hui, je suis déçu pour Lance et le cyclisme en général que les choses aient atteint un stade où Lance sent qu'il en a assez et qu'il n'est plus disposé à participer à la campagne de l'Usada contre lui", déclare ce vendredi Johan Bruyneel sur son site internet. "Lance ne s'est jamais retiré d'un combat juste de sa vie. Sa décision souligne donc aujourd'hui à quel point cela a été un procès injuste". Johan Bruyneel était le directeur sportif de Lance Armstrong lorsque celui-ci a remporté sept Tours de France, au sein des équipes US Postal et Discovery Channel. Le Belge fait l'objet d'une procédure disciplinaire de l'Usada, accusé d'avoir pris part à un système de dopage organisé au sein des équipes de Lance Armstrong. "J'espère qu'on déterminera bientôt que l'affaire lancée par l'Usada contre moi n'aurait jamais dû aller aussi loin. Vu la nature sensible des procédures légales, on m'a conseillé qu'il serait inapproprié pour moi de faire davantage de commentaires à ce stade", conclut Johan Bruyneel.L'AMA regrette qu'Armstrong ne s'explique pas Suite à la future déchéance des titres d'Armstrong, John Falley, président de l'AMA (agence mondiale antidopage), a regretté que l'ancien coureur ne puisse pas s'expliquer devant un tribunal après l'abandon de sa bataille contre l'USADA. "J'aurais aimé que les accusations, les insinuations, les rumeurs qui courent depuis des années soient examinées par un tribunal public dans le cadre d'une vraie procédure, quelle qu'en soit l'issue, pour que le monde entier connaisse les faits", a déclaré John Fahey à la radio australienne ABC. Armstrong, qui continue à se dire innocent, a pris sa décision après le rejet du tribunal fédéral d'Austin, au Texas, de son recours contre l'Usada, qui laisse le champ libre à l'agence antidopage pour poursuivre son enquête contre l'ancien cycliste, âgé de 40 ans. Sportfootmagazine.be, avec Belga