L'Américain Tejay van Garderen (Education First) n'a pas pris le départ. Il s'est fracturé la main gauche dans une chute lors de la 7e étape, vendredi entre Belfort et Chalon-sur-Saône. Il s'agit du 3e abandon du Tour 2019.

Sept côtes (cinq cols de 2e catégories et deux de 3e) figurent sur le tracé de la 8e étape. Les croix installées sur les différents sommets (Montmain, Thel, Paquet, Part) dans les Monts du Beaujolais puis du Lyonnais jalonnent les 200 kilomètres de ce parcours exigeant.

Un point bonus (8, 5 et 2 sec aux trois premiers) est placé en haut de la dernière côte, la Côte de la Jaillère (3e cat. 1,9 km à 7,9 %), à 12,5 kilomètres de l'arrivée.

L'Italien Giulio Ciccone (TRek-Segafredo), maillot jaune depuis sa 2e place à la Planche des Belles filles derrière Dylan Teuns jeudi, est en tête du général avec 6 secondes d'avance sur le Français Julian Alaphilippe (Deceuninck-QuickStep).

"Bien sûr, je vais essayer de garder le maillot, mais je n'ai que six secondes d'avance, donc ce n'est pas gagné. C'est très dur. Six secondes, ce n'est rien", déclarait Ciccone vendredi après la 7e étape.

L'étape de samedi, taillée pour les puncheurs, convient à un coureur comme Julian Alaphilippe. Plusieurs coureurs belges l'ont aussi coché, comme Tim Wellens, Tiesj Benoot ou Greg Van Avermaet.

A Saint-Etienne, ville-étape pour la 26e fois, la ligne est installée à proximité du stade de football Geoffroy-Guichard, l'antre des Verts de l'ASSE. En 2014, lors de la dernière venue de la Grande Boucle, Alexander Kristoff avait devancé Peter Sagan, porteur du maillot vert du Tour 2019.