"Je me rends à peine compte que je suis champion du monde", a confié le coureur liégeois juste après avoir donné le coup d'envoi officiel des Six Jours de Gand mardi soir. "A l'entraînement, les gens me reconnaissent peut-être plus vite maintenant. Ici, je vais courir contre Gianni Meersman. Je veux montrer quelque chose, mais c'est surtout pour le plaisir", a rajouté Philippe Gilbert opposé en effet en poursuite dans la soirée au nouveau coureur de Omega Pharma-Quick.Step sur la piste de Gand. "L'an dernier, j'étais resté jusqu'au bout de la soirée. C'est quelque chose de particulier. Cette fois, j'ai deux semaines d'entraînement dans les jambes. J'ai arrêté plus tôt cette saison, ce qui me permet de reprendre calmement pour la suivante. Je ne sais pas encore quelles seront mes premières courses pour 2013. J'ai le choix entre l'Argentine, le Qatar ou le Tour Down Under. La question de ma participation au Tour de France est toujours ouverte. L'an dernier, le départ était donné à Liège. Je me sentais un peu obligé d'en être. Ce que je sais, c'est que mes objectifs sont fixés sur des courses comme Milan-San Remo, le Tour des Flandres et bien entendu les classiques wallonnes." (NICOLAS LAMBERT)

"Je me rends à peine compte que je suis champion du monde", a confié le coureur liégeois juste après avoir donné le coup d'envoi officiel des Six Jours de Gand mardi soir. "A l'entraînement, les gens me reconnaissent peut-être plus vite maintenant. Ici, je vais courir contre Gianni Meersman. Je veux montrer quelque chose, mais c'est surtout pour le plaisir", a rajouté Philippe Gilbert opposé en effet en poursuite dans la soirée au nouveau coureur de Omega Pharma-Quick.Step sur la piste de Gand. "L'an dernier, j'étais resté jusqu'au bout de la soirée. C'est quelque chose de particulier. Cette fois, j'ai deux semaines d'entraînement dans les jambes. J'ai arrêté plus tôt cette saison, ce qui me permet de reprendre calmement pour la suivante. Je ne sais pas encore quelles seront mes premières courses pour 2013. J'ai le choix entre l'Argentine, le Qatar ou le Tour Down Under. La question de ma participation au Tour de France est toujours ouverte. L'an dernier, le départ était donné à Liège. Je me sentais un peu obligé d'en être. Ce que je sais, c'est que mes objectifs sont fixés sur des courses comme Milan-San Remo, le Tour des Flandres et bien entendu les classiques wallonnes." (NICOLAS LAMBERT)