Le Britannique Mark Cavendish a été sacré champion du monde de cyclisme sur route pour la première fois de sa carrière en s'imposant au sprint au terme des 266 km de course, dimanche à Copenhague, au Danemark. Cette édition 2011 des championnats du monde, parcourue à la vitesse moyenne de 45,238 km/h, est la deuxième plus rapide de l'histoire après celle de 2002 à Zolder (46,238 km/h).

"C'est incroyable", s'est réjoui 'Cav', "non seulement pour moi, mais pour toute l'équipe. Ils ont contrôlé la course du début à la fin. Je suis si fier d'avoir pu terminer le travail. Lorsque l'avant du peloton s'est dégagé assez rapidement, j'ai pensé que je passais en tête trop tôt. Mais j'ai pu aller jusqu'au bout et cela procure un sentiment fantastique. Ce n'est pas un rêve qui se réalise, c'était un objectif. Comme c'était un objectif de remporter le maillot vert dans le Tour. Et maintenant la course des Jeux Olympiques est notre nouvel objectif."

Sur un circuit de 14 km sans difficultés majeures à parcourir à 17 reprises, le sprinter de l'Ile de Man s'est montré le plus rapide dans un sprint massif en légère montée, devançant l'Australien Matthew Goss, son équipier dans la formation Sky, l'Allemand André Greipel complétant le podium. Le Suisse Fabian Cancellara a pris la 4e place devant notre compatriote Jurgen Roelandts, premier Belge. Philippe Gilbert a terminé 17e.

"Le podium était réalisable"

"Battre Cavendish relevait de l'impensable, mais une place sur le podium était réalisable", a réagi Jurgen Roelandts à sa descente de vélo. "Le final était chaotique. J'ai bien failli chuter à dix reprises. Malgré cela, je suis parvenu à remonter jusque dans la roue de Cavendish. C'est alors que Matthew Goss est venu quelque peu m'enfermer, ce qui m'a obligé à ralentir et à remettre une dent de plus. C'est là que j'ai perdu mes chances de médaille. Je dois néanmoins féliciter l'équipe britannique, qui a réalisé une course fantastique", a expliqué le coureur brabançon.

Philippe Gilbert n'a pas tenté cette fois d'anticiper et d'attaquer, mais a simplement sprinté avec le gros du peloton, avec une 17e place comme résultat. "J'avais toujours dit que je n'étais pas le favori pour cette course", a-t-il répété à son arrivée, "et c'est ainsi que cela s'est passé. Nous avons essayé de durcir la course le plus possible, mais les Anglais et les Allemands ont toujours gardé le contrôle. Lorsque je me suis rendu compte qu'il était impossible de s'échapper, j'ai averti Jürgen qu'il devait tenter sa chance" a conclu le champion de Belgique.

La Grande-Bretagne attendait depuis 46 ans un successeur à Tom Simpson, dernier coureur des Îles Britanniques à avoir été sacré champion du monde, en 1965 en Espagne.

Cavendish succède au Norvégien Thor Hushovd, vainqueur en 2010 à Geelong (Aus), qui n'a pu défendre son titre, empêché par une chute à la mi-course.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Le Britannique Mark Cavendish a été sacré champion du monde de cyclisme sur route pour la première fois de sa carrière en s'imposant au sprint au terme des 266 km de course, dimanche à Copenhague, au Danemark. Cette édition 2011 des championnats du monde, parcourue à la vitesse moyenne de 45,238 km/h, est la deuxième plus rapide de l'histoire après celle de 2002 à Zolder (46,238 km/h). "C'est incroyable", s'est réjoui 'Cav', "non seulement pour moi, mais pour toute l'équipe. Ils ont contrôlé la course du début à la fin. Je suis si fier d'avoir pu terminer le travail. Lorsque l'avant du peloton s'est dégagé assez rapidement, j'ai pensé que je passais en tête trop tôt. Mais j'ai pu aller jusqu'au bout et cela procure un sentiment fantastique. Ce n'est pas un rêve qui se réalise, c'était un objectif. Comme c'était un objectif de remporter le maillot vert dans le Tour. Et maintenant la course des Jeux Olympiques est notre nouvel objectif." Sur un circuit de 14 km sans difficultés majeures à parcourir à 17 reprises, le sprinter de l'Ile de Man s'est montré le plus rapide dans un sprint massif en légère montée, devançant l'Australien Matthew Goss, son équipier dans la formation Sky, l'Allemand André Greipel complétant le podium. Le Suisse Fabian Cancellara a pris la 4e place devant notre compatriote Jurgen Roelandts, premier Belge. Philippe Gilbert a terminé 17e. "Le podium était réalisable" "Battre Cavendish relevait de l'impensable, mais une place sur le podium était réalisable", a réagi Jurgen Roelandts à sa descente de vélo. "Le final était chaotique. J'ai bien failli chuter à dix reprises. Malgré cela, je suis parvenu à remonter jusque dans la roue de Cavendish. C'est alors que Matthew Goss est venu quelque peu m'enfermer, ce qui m'a obligé à ralentir et à remettre une dent de plus. C'est là que j'ai perdu mes chances de médaille. Je dois néanmoins féliciter l'équipe britannique, qui a réalisé une course fantastique", a expliqué le coureur brabançon. Philippe Gilbert n'a pas tenté cette fois d'anticiper et d'attaquer, mais a simplement sprinté avec le gros du peloton, avec une 17e place comme résultat. "J'avais toujours dit que je n'étais pas le favori pour cette course", a-t-il répété à son arrivée, "et c'est ainsi que cela s'est passé. Nous avons essayé de durcir la course le plus possible, mais les Anglais et les Allemands ont toujours gardé le contrôle. Lorsque je me suis rendu compte qu'il était impossible de s'échapper, j'ai averti Jürgen qu'il devait tenter sa chance" a conclu le champion de Belgique. La Grande-Bretagne attendait depuis 46 ans un successeur à Tom Simpson, dernier coureur des Îles Britanniques à avoir été sacré champion du monde, en 1965 en Espagne. Cavendish succède au Norvégien Thor Hushovd, vainqueur en 2010 à Geelong (Aus), qui n'a pu défendre son titre, empêché par une chute à la mi-course. Sportfootmagazine.be, avec Belga