"Les valeurs sanguines suspectes sont très vraisemblablement liées à des substances interdites. Il est peu probable que les valeurs anormales soient dues à d'autres causes", a déclaré Jaak Fransen, le procureur fédéral de la RLVB. Selon lui, et en cela il suit l'Union cycliste internationale (UCI), Leif Hoste a pris du dopage. "Je ne peux rien faire d'autre, conformément au règlement international, que demander une suspension de 24 mois." Deux ans de suspension est la durée normale à la suite d'une première infraction de dopage. Cela sera sans conséquence pour Hoste qui à 35 ans a mis fin à sa carrière fin 2012 en raison de douleurs dorsales récurrentes. S'il est reconnu coupable, Hoste devra en revanche puiser dans ses deniers. Fransen a infligé une amende de 297.500 euros, plus les frais de justice et la gestion du passeport biologique de l'UCI. Au bas mot, le total s'élève à 300.000 euros. Une somme record. Que la RLVB, à la demande de l'UCI, attaque Hoste au niveau financier démontre le caractère symbolique que ce cas représente pour la fédération internationale. Même si Hoste n'a jamais été contrôlé positif et qu'aucun produit dopant n'a été trouvé chez lui. (TVP)

"Les valeurs sanguines suspectes sont très vraisemblablement liées à des substances interdites. Il est peu probable que les valeurs anormales soient dues à d'autres causes", a déclaré Jaak Fransen, le procureur fédéral de la RLVB. Selon lui, et en cela il suit l'Union cycliste internationale (UCI), Leif Hoste a pris du dopage. "Je ne peux rien faire d'autre, conformément au règlement international, que demander une suspension de 24 mois." Deux ans de suspension est la durée normale à la suite d'une première infraction de dopage. Cela sera sans conséquence pour Hoste qui à 35 ans a mis fin à sa carrière fin 2012 en raison de douleurs dorsales récurrentes. S'il est reconnu coupable, Hoste devra en revanche puiser dans ses deniers. Fransen a infligé une amende de 297.500 euros, plus les frais de justice et la gestion du passeport biologique de l'UCI. Au bas mot, le total s'élève à 300.000 euros. Une somme record. Que la RLVB, à la demande de l'UCI, attaque Hoste au niveau financier démontre le caractère symbolique que ce cas représente pour la fédération internationale. Même si Hoste n'a jamais été contrôlé positif et qu'aucun produit dopant n'a été trouvé chez lui. (TVP)