Les responsables d'équipes regroupés au sein de l'AIGCP (association internationale des groupes cyclistes professionnels) ont marqué lundi leur refus de renoncer aux oreillettes en course, mesure imposée par l'Union cycliste internationale (UCI). "Nous, les équipes, ne pouvons pas accepter et n'accepterons pas la non-utilisation ou l'interdiction de la communication par radio émetteur-récepteur dans les épreuves de classes 1 et HC (hors catégorie) en 2011, ni dans les épreuves du World Tour en 2012 et au-delà", a annoncé l'AIGCP par communiqué.

Le règlement prévoit que le port et l'utilisation des oreillettes, qui a été interdit progressivement dans les catégories de jeunes, est désormais prohibé dans les courses de l'élite. Cette mesure doit pourtant toucher toutes les épreuves en 2012. L'AIGCP a rappelé ses arguments: sécurité accrue derrière le peloton, capacité d'avertir les coureurs des dangers et des conditions de course, possibilités tactiques augmentées à partir d'un flux supplémentaire d'informations. "C'est pourquoi nous estimons qu'il est dans le meilleur intérêt du sport cycliste professionnel de continuer l'utilisation des radios émetteur-récepteur, et donc, nous continuerons à les utiliser", conclut l'AIGCP.

Sportfootmagazine.be, avec Belga

Les responsables d'équipes regroupés au sein de l'AIGCP (association internationale des groupes cyclistes professionnels) ont marqué lundi leur refus de renoncer aux oreillettes en course, mesure imposée par l'Union cycliste internationale (UCI). "Nous, les équipes, ne pouvons pas accepter et n'accepterons pas la non-utilisation ou l'interdiction de la communication par radio émetteur-récepteur dans les épreuves de classes 1 et HC (hors catégorie) en 2011, ni dans les épreuves du World Tour en 2012 et au-delà", a annoncé l'AIGCP par communiqué. Le règlement prévoit que le port et l'utilisation des oreillettes, qui a été interdit progressivement dans les catégories de jeunes, est désormais prohibé dans les courses de l'élite. Cette mesure doit pourtant toucher toutes les épreuves en 2012. L'AIGCP a rappelé ses arguments: sécurité accrue derrière le peloton, capacité d'avertir les coureurs des dangers et des conditions de course, possibilités tactiques augmentées à partir d'un flux supplémentaire d'informations. "C'est pourquoi nous estimons qu'il est dans le meilleur intérêt du sport cycliste professionnel de continuer l'utilisation des radios émetteur-récepteur, et donc, nous continuerons à les utiliser", conclut l'AIGCP. Sportfootmagazine.be, avec Belga