Gilbert est monté dans la voiture de son équipe après avoir chuté dans la descente très glissante du Mur de Sormano. Il était d'ailleurs rapidement apparu qu'il ne serait pas en état de remonter en selle. Les images de la télévision italienne n'ont pas montré la chute de Gilbert. On ignore la gravité de ses blessures. L'Italien Alessandro Ballan, équipier de Gilbert, et un autre Italien, Luca Paolini (Katusha), ont également été contraints à l'abandon sur chutes. Notre compatriote, qui visait un 3-ème succès dans la course des feuilles mortes, était passé au sommet, à 81 kilomètres de l'arrivée, avec une vingtaine de secondes de retard sur un groupe d'attaquants (Contador, Mollema, J. Rodriguez, Henao, Uran, Quintana, Nibali) lancé à la poursuite du Français Romain Bardet (AG2R La Mondiale), le premier à franchir le mur de Sormano. Gilbert étrennait son maillot de champion du monde conquis dimanche dernier à Valkenburg. D'autres chutes se sont produites dans la descente de Sormano, sur une chaussée mouillée par la pluie et en partie jonchée de feuilles. (ERIC LALMAND)

Gilbert est monté dans la voiture de son équipe après avoir chuté dans la descente très glissante du Mur de Sormano. Il était d'ailleurs rapidement apparu qu'il ne serait pas en état de remonter en selle. Les images de la télévision italienne n'ont pas montré la chute de Gilbert. On ignore la gravité de ses blessures. L'Italien Alessandro Ballan, équipier de Gilbert, et un autre Italien, Luca Paolini (Katusha), ont également été contraints à l'abandon sur chutes. Notre compatriote, qui visait un 3-ème succès dans la course des feuilles mortes, était passé au sommet, à 81 kilomètres de l'arrivée, avec une vingtaine de secondes de retard sur un groupe d'attaquants (Contador, Mollema, J. Rodriguez, Henao, Uran, Quintana, Nibali) lancé à la poursuite du Français Romain Bardet (AG2R La Mondiale), le premier à franchir le mur de Sormano. Gilbert étrennait son maillot de champion du monde conquis dimanche dernier à Valkenburg. D'autres chutes se sont produites dans la descente de Sormano, sur une chaussée mouillée par la pluie et en partie jonchée de feuilles. (ERIC LALMAND)