"J'espère surtout rester en bonne santé et retrouver rapidement ma meilleure condition", a confié Cadel Evans lors de la présentation de son équipe BMC à Nazareth, près de Gand, vendredi. "J'avais du mal l'an dernier et je ne pouvais rien prévoir. Cette incertitude était pesante. J'avais du mal à récupérer et l'acidité me jouait des tours, surtout dans les grands tours. Ce n'est qu'en août que j'ai su que je souffrais d'un virus, mais c'était trop tard." Cette année, l'ancien champion du monde (en 2009) entamera sa saison par le Tour d'Oman (du 11 au 16 février). "Je commence un peu plus tôt que d'habitude parce que j'ai arrêté tôt l'an dernier", a ajouté Cadel Evans. "Après Oman, j'irai en Italie et en France pour des courses d'un jour. Après, nous verrons. J'espère être au plus haut niveau le plus vite possible." Cadel Evans, vainqueur du Tour de France en 2011, ne peut s'empêcher de lorgner sur la Grande Boucle 2013. "Il y a deux ans, je me voyais trop vieux que pour gagner le Tour de France et pourtant je suis arrivé en jaune sur les Champs Elysées. Cette fois de toute façon, le Tour sera d'office plus intéressant que l'an dernier. Le parcours est difficile, mais il me convient très bien et la course sera vraiment très ouverte." (ERIC LALMAND)

"J'espère surtout rester en bonne santé et retrouver rapidement ma meilleure condition", a confié Cadel Evans lors de la présentation de son équipe BMC à Nazareth, près de Gand, vendredi. "J'avais du mal l'an dernier et je ne pouvais rien prévoir. Cette incertitude était pesante. J'avais du mal à récupérer et l'acidité me jouait des tours, surtout dans les grands tours. Ce n'est qu'en août que j'ai su que je souffrais d'un virus, mais c'était trop tard." Cette année, l'ancien champion du monde (en 2009) entamera sa saison par le Tour d'Oman (du 11 au 16 février). "Je commence un peu plus tôt que d'habitude parce que j'ai arrêté tôt l'an dernier", a ajouté Cadel Evans. "Après Oman, j'irai en Italie et en France pour des courses d'un jour. Après, nous verrons. J'espère être au plus haut niveau le plus vite possible." Cadel Evans, vainqueur du Tour de France en 2011, ne peut s'empêcher de lorgner sur la Grande Boucle 2013. "Il y a deux ans, je me voyais trop vieux que pour gagner le Tour de France et pourtant je suis arrivé en jaune sur les Champs Elysées. Cette fois de toute façon, le Tour sera d'office plus intéressant que l'an dernier. Le parcours est difficile, mais il me convient très bien et la course sera vraiment très ouverte." (ERIC LALMAND)