Avec 26 coureurs talentueux issus de 10 nationalités différentes, "nous pouvons nous permettre d'avoir deux programmes différents", a reconnu John Lelangue le directeur sportif de BMC. "Notre objectif est simple, être compétitif dans toutes les courses. 2012 fut ok, mais 2013 nous oblige à être plus ambitieux. Que ce soit dans les grands Tours ou sur les classiques, nous avons les coureurs pour jouer les premiers plans, dès les premières courses de la saison et le plus important est que ce soit un coureur BMC qui gagne." John Lelangue a en effet les moyens de ses ambitions et respecte le credo de son patron, Andy Rihs "Le plus important chez nous, c'est l'esprit d'équipe", martèle le propriétaire suisse de BMC. "C'est l'essence même du succès. La clé est de travailler ensemble. Nous avons fait déjà un bon bout de chemin, mais nous voulons grandir encore." Avec le Tour Down Under en entrée (du 20 au 27 janvier), l'équipe BMC sera donc présente, à l'avant escompte-t-elle, durant toute la saison avec outre le champion du monde, Philippe Gilbert, les maillots distinctifs de champion du Danemark, Sebastian Lander, et de Suisse, Martin Kohler, le dernier maillot blanc du Tour de France, l'Américain Tejay Van Garderen, mais aussi sur Cadel Evans pour le Tour de France, Greg Van Avermaet, l'espoir américain Taylor Phinney ou - pour ne citer qu'eux - le Norvégien Thor Hushovd qui espère retrouver son meilleur niveau. Celui d'il y a deux saisons. "L'équipe a les moyens d'être compétitive dans tous les domaines, même sans Alessandro Ballan, qui a quitté l'hôpital aujourd'hui (vendredi)", rappelle Jim Ochowicz. "Et nous voulons encore ramener le maillot de champion du monde dans notre équipe." (ERIC LALMAND)

Avec 26 coureurs talentueux issus de 10 nationalités différentes, "nous pouvons nous permettre d'avoir deux programmes différents", a reconnu John Lelangue le directeur sportif de BMC. "Notre objectif est simple, être compétitif dans toutes les courses. 2012 fut ok, mais 2013 nous oblige à être plus ambitieux. Que ce soit dans les grands Tours ou sur les classiques, nous avons les coureurs pour jouer les premiers plans, dès les premières courses de la saison et le plus important est que ce soit un coureur BMC qui gagne." John Lelangue a en effet les moyens de ses ambitions et respecte le credo de son patron, Andy Rihs "Le plus important chez nous, c'est l'esprit d'équipe", martèle le propriétaire suisse de BMC. "C'est l'essence même du succès. La clé est de travailler ensemble. Nous avons fait déjà un bon bout de chemin, mais nous voulons grandir encore." Avec le Tour Down Under en entrée (du 20 au 27 janvier), l'équipe BMC sera donc présente, à l'avant escompte-t-elle, durant toute la saison avec outre le champion du monde, Philippe Gilbert, les maillots distinctifs de champion du Danemark, Sebastian Lander, et de Suisse, Martin Kohler, le dernier maillot blanc du Tour de France, l'Américain Tejay Van Garderen, mais aussi sur Cadel Evans pour le Tour de France, Greg Van Avermaet, l'espoir américain Taylor Phinney ou - pour ne citer qu'eux - le Norvégien Thor Hushovd qui espère retrouver son meilleur niveau. Celui d'il y a deux saisons. "L'équipe a les moyens d'être compétitive dans tous les domaines, même sans Alessandro Ballan, qui a quitté l'hôpital aujourd'hui (vendredi)", rappelle Jim Ochowicz. "Et nous voulons encore ramener le maillot de champion du monde dans notre équipe." (ERIC LALMAND)