Ses premiers pas dans le football, c'est en Allemagne que Mario Manduzkic les fait. La guerre d'indépendance en Croatie provoque l'exil de sa famille. En Allemagne, le jeune Mario se prend d'amour pour le ballon rond.


En 1996, le futur avant-centre revient avec sa famille dans son pays natal. La guerre est alors finie. Il joue pour différents petits clubs de la région avant de rejoindre le Dynamo Zagreb, où il aura la lourde tâche de succèder à Eduardo, parti chez les 'Gunners' d'Arsenal.


En 2009, Mandzukic affronte Anderlecht en Europa League. Son club perd 0-2 et l'attaquant se voit infliger une amende de 100.000 euros par son président. Selon l'homme fort du club, le joueur s'est comporté comme un enfant gâté et n'a pas assez mouillé le maillot. Mandzukic restera dans l'histoire de son club comme le premier joueur à devoir payer une amende.

"Super Mario" fait ses valises

Petit à petit, les pelouses Croates devienent bien trop petites pour Mario Mandzukic. Pour la deuxième fois de sa vie, le buteur va donc poser ses valises en Allemagne, en 2010. Direction Wolfsburg, où il faut palier le départ d'Edin Dzeko à Manchester City. A la pointe de l'attaque, il affole les défenses Allemandes et tape dans l'oeil des clubs du top. En 2012, il signe chez les Bavarois de Munich.


Suite à la blessure de l'autre Mario, Gomez, Mandzukic reçoit rapidement sa chance dans le onze de base. Pour la troisième fois de sa carrière le Croate à la lourde tâche de faire oublier un autre joueur sur le front de l'attaque.
Pour la troisième fois, il le fait avec brio. Après six minutes à peine dans son premier match, Mario Mandzukic débloque le compteur face au grand rival du Borussia. A son retour de blessure, Mario Gomez doit se contenter du banc et des miètes de temps de jeu que lui laisse le Croate. L'Allemand quittera d'ailleurs le club pour rejoindre la Fiorentina.


Récent buteur en finale de la League des Champions Manduzkic est un amateur de grands rendez-vous. Celui face au Diable en est assurément un.

Ses premiers pas dans le football, c'est en Allemagne que Mario Manduzkic les fait. La guerre d'indépendance en Croatie provoque l'exil de sa famille. En Allemagne, le jeune Mario se prend d'amour pour le ballon rond. En 1996, le futur avant-centre revient avec sa famille dans son pays natal. La guerre est alors finie. Il joue pour différents petits clubs de la région avant de rejoindre le Dynamo Zagreb, où il aura la lourde tâche de succèder à Eduardo, parti chez les 'Gunners' d'Arsenal. En 2009, Mandzukic affronte Anderlecht en Europa League. Son club perd 0-2 et l'attaquant se voit infliger une amende de 100.000 euros par son président. Selon l'homme fort du club, le joueur s'est comporté comme un enfant gâté et n'a pas assez mouillé le maillot. Mandzukic restera dans l'histoire de son club comme le premier joueur à devoir payer une amende. "Super Mario" fait ses valisesPetit à petit, les pelouses Croates devienent bien trop petites pour Mario Mandzukic. Pour la deuxième fois de sa vie, le buteur va donc poser ses valises en Allemagne, en 2010. Direction Wolfsburg, où il faut palier le départ d'Edin Dzeko à Manchester City. A la pointe de l'attaque, il affole les défenses Allemandes et tape dans l'oeil des clubs du top. En 2012, il signe chez les Bavarois de Munich. Suite à la blessure de l'autre Mario, Gomez, Mandzukic reçoit rapidement sa chance dans le onze de base. Pour la troisième fois de sa carrière le Croate à la lourde tâche de faire oublier un autre joueur sur le front de l'attaque. Pour la troisième fois, il le fait avec brio. Après six minutes à peine dans son premier match, Mario Mandzukic débloque le compteur face au grand rival du Borussia. A son retour de blessure, Mario Gomez doit se contenter du banc et des miètes de temps de jeu que lui laisse le Croate. L'Allemand quittera d'ailleurs le club pour rejoindre la Fiorentina. Récent buteur en finale de la League des Champions Manduzkic est un amateur de grands rendez-vous. Celui face au Diable en est assurément un.