La Haye accueillera pour l'occasion la 13e édition du plus grand rendez-vous mondial - après les Jeux Olympiques - de la planète hockey, une compétition créée en 1971 pour les messieurs et en 1974 pour les dames. Jusqu'en 1986, le Mondial avait lieu de manière disparate - tous les 2, 3 ou 4 ans - et toujours de façon distincte entre messieurs et dames. Ce n'est en fait que la deuxième fois de son histoire, après Utrecht (P-B) en 1998, que les deux tournois se déroulent au même endroit. Ce sera la cinquième participation des équipes belges, tant pour les messieurs, les Red Lions, que pour les dames, les Red Panthers. Douze ans après une décevante 14e place en 2002 à Kuala Lumpur (Mal), les Lions de Marc Lammers, qui ont entre-temps grimpé à la 5e place du classement FIH, visent une place aux abords du podium pour leur retour dans la compétition. Leur meilleur résultat - une 8e place - fut obtenu en 1973, à Amstelveen, aux Pays-Bas. Ils entameront leur tournoi samedi (16h00) contre l'Inde. Suivront ensuite les duels face à la Malaisie (2/6), l'Australie (5/6), l'Espagne (7/6) et l'Angleterre (9/6). Les deux premières équipes de la poule disputeront les demi-finales croisées le vendredi 13 juin, deux jours avant la finale pour le titre mondial (15/6). L'équipe nationale féminine, qui ne s'était plus qualifiée depuis Buenos Aires en 1981, possède curieusement un passé plus glorieux dans la compétition, avec une médaille de bronze en 1978 à Madrid et une 4e place deux ans plus tôt à Berlin. Mais le hockey féminin moderne ne présente que peu de points communs avec celui de l'époque. Les Panthers de Pascal Kina, remontée à la 12e place mondial, ambitionnent surtout de poursuivre leur progression. Leur objectif est de gagner deux matchs de groupe pour pouvoir ensuite jouer le match pour les places 7 et 8 en fin de tournoi. Elles aussi débuteront samedi (13h00) en affrontant la Nouvelle-Zélande, 5e nation mondiale. Les Pays-Bas, champion olympique et N.1 mondial, seront lundi (2/6) leur adversaire suivant, avant l'Australie (5/6), la Corée du Sud (7/6) et le Japon (9/6). Le tournoi se déroule dans deux stades, essentiellement le Kyocera Stadium, le stade de l'ADO La Haye, et le GreenFields Stadium, un terrain annexe construit à proximité de l'anneau dédié habituellement au football. . (Belga)

La Haye accueillera pour l'occasion la 13e édition du plus grand rendez-vous mondial - après les Jeux Olympiques - de la planète hockey, une compétition créée en 1971 pour les messieurs et en 1974 pour les dames. Jusqu'en 1986, le Mondial avait lieu de manière disparate - tous les 2, 3 ou 4 ans - et toujours de façon distincte entre messieurs et dames. Ce n'est en fait que la deuxième fois de son histoire, après Utrecht (P-B) en 1998, que les deux tournois se déroulent au même endroit. Ce sera la cinquième participation des équipes belges, tant pour les messieurs, les Red Lions, que pour les dames, les Red Panthers. Douze ans après une décevante 14e place en 2002 à Kuala Lumpur (Mal), les Lions de Marc Lammers, qui ont entre-temps grimpé à la 5e place du classement FIH, visent une place aux abords du podium pour leur retour dans la compétition. Leur meilleur résultat - une 8e place - fut obtenu en 1973, à Amstelveen, aux Pays-Bas. Ils entameront leur tournoi samedi (16h00) contre l'Inde. Suivront ensuite les duels face à la Malaisie (2/6), l'Australie (5/6), l'Espagne (7/6) et l'Angleterre (9/6). Les deux premières équipes de la poule disputeront les demi-finales croisées le vendredi 13 juin, deux jours avant la finale pour le titre mondial (15/6). L'équipe nationale féminine, qui ne s'était plus qualifiée depuis Buenos Aires en 1981, possède curieusement un passé plus glorieux dans la compétition, avec une médaille de bronze en 1978 à Madrid et une 4e place deux ans plus tôt à Berlin. Mais le hockey féminin moderne ne présente que peu de points communs avec celui de l'époque. Les Panthers de Pascal Kina, remontée à la 12e place mondial, ambitionnent surtout de poursuivre leur progression. Leur objectif est de gagner deux matchs de groupe pour pouvoir ensuite jouer le match pour les places 7 et 8 en fin de tournoi. Elles aussi débuteront samedi (13h00) en affrontant la Nouvelle-Zélande, 5e nation mondiale. Les Pays-Bas, champion olympique et N.1 mondial, seront lundi (2/6) leur adversaire suivant, avant l'Australie (5/6), la Corée du Sud (7/6) et le Japon (9/6). Le tournoi se déroule dans deux stades, essentiellement le Kyocera Stadium, le stade de l'ADO La Haye, et le GreenFields Stadium, un terrain annexe construit à proximité de l'anneau dédié habituellement au football. . (Belga)