Par Pierre Bilic

Le Club de Bruges accueillera un autre représentant de D 3, Woluwe-Zaventem. De son côté, Anderlecht se méfiera de Boussu-Dour, leader de la D2, en se souvenant de son élimination prématurée contre Ruppel-Boom la saison passée. Les seizièmes de finale comportent d'autres duels de ce style : qui sera le "giant killer" de cette Coupe de Belgique 2012-13 ?

C'est une question qui se posera dès ce soir avec l'ouverture du bal : Mouscron Péruwelz-Standard. La nouvelle équipe du Canonnier ne se débrouille pas mal en D2 sous la direction d'Arnaud Dos Santos. Le Standard, par contre, est en crise après une série de trois défaites en championnat. Plus rien ne va : les lignes se cherchent, le jeu est trop lent et mal organisé, les renforts ne répondent pas du tout à l'attente, le coach, Ron Jans, semble perdu et en panne d'idées. C'est dire si ce voyage des Rouches chez les Hurlus est bel et bien de la plus haute importance.

En cas de bonne performance, le club de Sclessin retrouvera le beau temps après la pluie. Mais une élimination à ce stade de l'épreuve serait tout simplement catastrophique pour les Rouches et leur entraîneur. On en devine déjà les conséquences avant les prochaines échéances en championnat : une visite à Courtrai avant le Clasico, Standard-Anderlecht, du 7 octobre.

La Coupe de Belgique n'a pas le goût de la Ligue des Champions que pour les clubs de D2 et de D3. Ce soir, à Mouscron Péruwelz, le Standard jouera déjà de grosses cartes pour la suite de sa saison.

Par Pierre BilicLe Club de Bruges accueillera un autre représentant de D 3, Woluwe-Zaventem. De son côté, Anderlecht se méfiera de Boussu-Dour, leader de la D2, en se souvenant de son élimination prématurée contre Ruppel-Boom la saison passée. Les seizièmes de finale comportent d'autres duels de ce style : qui sera le "giant killer" de cette Coupe de Belgique 2012-13 ? C'est une question qui se posera dès ce soir avec l'ouverture du bal : Mouscron Péruwelz-Standard. La nouvelle équipe du Canonnier ne se débrouille pas mal en D2 sous la direction d'Arnaud Dos Santos. Le Standard, par contre, est en crise après une série de trois défaites en championnat. Plus rien ne va : les lignes se cherchent, le jeu est trop lent et mal organisé, les renforts ne répondent pas du tout à l'attente, le coach, Ron Jans, semble perdu et en panne d'idées. C'est dire si ce voyage des Rouches chez les Hurlus est bel et bien de la plus haute importance. En cas de bonne performance, le club de Sclessin retrouvera le beau temps après la pluie. Mais une élimination à ce stade de l'épreuve serait tout simplement catastrophique pour les Rouches et leur entraîneur. On en devine déjà les conséquences avant les prochaines échéances en championnat : une visite à Courtrai avant le Clasico, Standard-Anderlecht, du 7 octobre. La Coupe de Belgique n'a pas le goût de la Ligue des Champions que pour les clubs de D2 et de D3. Ce soir, à Mouscron Péruwelz, le Standard jouera déjà de grosses cartes pour la suite de sa saison.