Le Standard a donc réalisé le carton de la soirée en Coupe de Belgique, hier soir : 8-2 contre Hoogstraten, félicitations aux Rouches.

Ce qui nous dérange, c'est que le match aurait dû se disputer en province d'Anvers et pas à Sclessin. Le Standard a "acheté" l'avantage du terrain moyennant une compensation financière (on évoque la somme de 20.000 euros).

Pendant ce temps, Bruges a frôlé l'élimination à Dessel (mené 2-0 à un quart d'heure du terme) : un scénario qui aurait sans doute été inimaginable s'il y avait eu, là aussi, une inversion de terrain et si le match avait eu lieu au stade Jan Breydel.

Dans l'affaire, ce n'est pas tant le Standard que la fédération qu'il faut blâmer, elle qui accepte ces petits arrangements contre compensation financière. C'est de la corruption déguisée. Entre proposer de l'argent à un club pour venir jouer chez soi et donc rendre la qualification plus facile, et proposer de l'argent à des joueurs pour "lever le pied" (et donc aussi rendre la qualification plus facile), où est la différence ?

A l'étranger, dans les pays où la Coupe est encore populaire et où l'on ne joue pas devant des banquettes vides, on ne voit pas cela. En Angleterre, on respecte scrupuleusement le tirage au sort. En Allemagne, et en France lorsqu'il y a deux divisions d'écart, on joue même systématiquement chez le "petit".

Daniel Devos, Sport/Foot Magazine

Le Standard a donc réalisé le carton de la soirée en Coupe de Belgique, hier soir : 8-2 contre Hoogstraten, félicitations aux Rouches. Ce qui nous dérange, c'est que le match aurait dû se disputer en province d'Anvers et pas à Sclessin. Le Standard a "acheté" l'avantage du terrain moyennant une compensation financière (on évoque la somme de 20.000 euros). Pendant ce temps, Bruges a frôlé l'élimination à Dessel (mené 2-0 à un quart d'heure du terme) : un scénario qui aurait sans doute été inimaginable s'il y avait eu, là aussi, une inversion de terrain et si le match avait eu lieu au stade Jan Breydel. Dans l'affaire, ce n'est pas tant le Standard que la fédération qu'il faut blâmer, elle qui accepte ces petits arrangements contre compensation financière. C'est de la corruption déguisée. Entre proposer de l'argent à un club pour venir jouer chez soi et donc rendre la qualification plus facile, et proposer de l'argent à des joueurs pour "lever le pied" (et donc aussi rendre la qualification plus facile), où est la différence ? A l'étranger, dans les pays où la Coupe est encore populaire et où l'on ne joue pas devant des banquettes vides, on ne voit pas cela. En Angleterre, on respecte scrupuleusement le tirage au sort. En Allemagne, et en France lorsqu'il y a deux divisions d'écart, on joue même systématiquement chez le "petit". Daniel Devos, Sport/Foot Magazine