En début d'année, quand nous avions interviewé Frankie Vercauteren, nous lui avions demandé ce qu'il pensait du parcours réalisé par Ariel Jacobs avec Anderlecht. Il nous avait répondu: "Pas un mot sur ce monsieur". Depuis lors, Vercauteren a toujours refusé de parler de celui qui lui avait succédé comme entraîneur du Sporting. Ariel Jacobs, lui, a choisi une autre méthode de communication: dans le livre qu'il vient de sortir, il critique vertement Vercauteren, et lance que pour le Ket, rien n'était jamais bon quand ils travaillaient ensemble. Dimanche dernier, lors de Genk-Anderlecht, Vercauteren a fui Jacobs et n'a pas voulu participer à ses côtés à la conférence de presse.

Aujourd'hui, c'est le président d'Anderlecht, Roger Vanden Stock, qui s'en mêle et démolit son ancien coach Vercauteren. Morceaux choisis: "Il parle toujours de professionnalisme mais je dois constater que son comportement était tout sauf celui d'un professionnel. C'est peut-être la raison pour laquelle il officie aujourd'hui à Genk et non plus à Anderlecht. Si on place constamment son ego devant les intérêts de son club, on a un gros problème. C'est ce même problème que nous avions connu avec lui à Anderlecht." Et toc, fin de la partie?

Pierre Danvoye

En début d'année, quand nous avions interviewé Frankie Vercauteren, nous lui avions demandé ce qu'il pensait du parcours réalisé par Ariel Jacobs avec Anderlecht. Il nous avait répondu: "Pas un mot sur ce monsieur". Depuis lors, Vercauteren a toujours refusé de parler de celui qui lui avait succédé comme entraîneur du Sporting. Ariel Jacobs, lui, a choisi une autre méthode de communication: dans le livre qu'il vient de sortir, il critique vertement Vercauteren, et lance que pour le Ket, rien n'était jamais bon quand ils travaillaient ensemble. Dimanche dernier, lors de Genk-Anderlecht, Vercauteren a fui Jacobs et n'a pas voulu participer à ses côtés à la conférence de presse. Aujourd'hui, c'est le président d'Anderlecht, Roger Vanden Stock, qui s'en mêle et démolit son ancien coach Vercauteren. Morceaux choisis: "Il parle toujours de professionnalisme mais je dois constater que son comportement était tout sauf celui d'un professionnel. C'est peut-être la raison pour laquelle il officie aujourd'hui à Genk et non plus à Anderlecht. Si on place constamment son ego devant les intérêts de son club, on a un gros problème. C'est ce même problème que nous avions connu avec lui à Anderlecht." Et toc, fin de la partie?Pierre Danvoye